Prycédia, les humeurs de la Déesse

Gas Giant by Alexlinde

Gas giant par Alexlinde

[Prynaath-Soorooth (Clydön)]

Type de monde: Sphérique gazeux

Taille: G (diamètre équatorial de 78 453km)

Rotation: 14 heures

Révolution: 392 jours

Lunes: Prynanth

Population: Aucune

Trame magique: Resserrée, magie divine dominante

La première planète géante du système de Wyrm est un orbe de gaz brûlants et de tempêtes éternelles. Aucune nef ne peut approcher de cet enfer élémentaire à plus de cent kilomètres, et des langues de flammes jaillissent parfois bien au-delà de cette limite.

Ce monde est également désigné sous le nom de Trône de la Déesse, Prycédia étant visiblement une mystérieuse Puissance belliqueuse et cruelle. Rares sont les sectateurs à oser braver les dangers de la géante gazeuse, mais ce sont des quelques survivants de ce genre de périples que viennent les plus étranges récits sur Prycédia, le monde et la déesse.

D’après ces fanatiques, des ruines d’obsidienne subsisteraient dans la haute atmosphère, dérivant au milieu des tempêtes de feu, vestiges d’un peuple inconnu et maudit. Une entité faite de chair siégerait en ces lieux, sur un trône de magma durci, commandant les éclipses amenant les dragons des mondes voisins à entrer en frénésie. Bien entendu, peu de personnes sensées prennent en considération ces récits.

Ports d’accueil: Prycédia n’est pas un monde tourné vers le spelljamming et le commerce. Aucune structure ne semble exister, et il est même ardu de trouver un havre où faire escale.

Ressources: La planète géante ne peut fournir aucune ressource aux voyageurs. Les mages les plus imprudents essaient parfois d’approcher des nuages incandescents de Prycédia, espérant pouvoir y trouver un moyen d’élaborer quelque relique leur conférant un ascendant sur les dragons, mais aucun de ces fous n’a jamais réussis dans son entreprise.

Cultures: Bien que les sectateurs fanatiques de la Déesse restent persuadés que Prycédia renferme les ruines d’un peuple ancien et méconnu, nulle trace avérée d’une quelconque civilisation n’a jamais pu être reliée à ce monde géant et clairement hostile à la Vie.

Bien des sages conservent toutefois des doutes sur ce genre de certitudes, l’influence de la Déesse étant visible sur chaque monde de ce système, et ses pouvoirs incommensurables ayant très bien pu protéger quelques élus des éléments déchaînés au sein de son trône.

Sites notables: Orbe géant aux brasiers éternels, Prycédia est un signe de mauvais augure lorsqu’il point dans le ciel des autres mondes de Wyrm. Son influence sur les espèces draconiques s’est atténuée avec le temps, mais les saisons du sang restent toujours au cœur des plus sinistres prophéties, celles qui annoncent généralement la chute d’une brillante civilisation, où la mort d’un dieu.

Mais outre cette influence néfaste, le monde de Prycédia est également le cœur d’une très ancienne culture élémentaire, contemporaine de l’apogée Reigar et qui passa inaperçu en son temps.

Les Efrit Nawm’al’Jaffrad étaient alors sur le déclin, après une terrible guerre planaire face aux Dao. Humiliés et privés de leurs plus grands chefs, ils s’exilèrent à travers le Plan Primaire en émergeant du noyau planétaire de Prycédia. Des tréfonds du monde, les fuyards ne furent pas dépaysés et puisèrent dans leur formidable magie afin de fonder une grande cité, Kanawm’sad’rr, sur un fragment solide entourant le cœur de leur nouveau domaine.

Durant un millénaire local, les Nawm’al’Jaffrad aménagèrent leur métropole en puisant dans le cuivre et le platine. Avides de vengeance, ils ne portèrent jamais leur regard par-delà les nuées incandescentes représentant la limite de leur territoire. Mais il advint qu’un jour, une comète percuta Prycédia avec la force de cent coups de poings de leur plus grand guerrier. Le cœur cristallin de la comète fut découvert peu après par les gardes du Malik Nowlm’bin’Sad’rr.

Ceux qui touchèrent l’objet céleste furent transformés, leurs pensées étroitement liées à celle, embryonnaire, du cristal, dont ils devinrent les serviteurs. Très rapidement, tous les Nawm’al’Jaffrad succombèrent au pouvoir de la comète, à l’exception de l’un d’eux, qui parvint à fuir vers le Plan élémentaire du Feu.

Avec la corruption des élémentaires, les pouvoirs maintenant Kanawm’sad’rr dans le ciel de Prycédia disparaissent, et la cité commence à basculer vers le noyau en se brisant.

Quelques fragments de l’Histoire Nawm’al’Jaffrad subsistent dans des bibliothèques des Plans élémentaires, mais la connaissance de ce peuple reste anecdotique, et rien n’a filtré parmi les cultures locales de Wyrm. Il existe cependant un lien probable entre la présence de la Déesse Prycédia et la destinée de ces êtres élémentaires.

Prynanth

La petite lune de Prycédia est un orbe aride et rocailleux ; également nommé la Gueule du Dragon, elle abrite un très ancien sanctuaire Reigar qui fut éventré par une force immense. L’atmosphère brûlante de l’astre est difficilement respirable, mais les conditions de vie s’améliorent au sein d’un Donjon Ryukkii ayant été bâtit autour des ruines Reigar.

Le complexe souterrain s’étend sur une dizaine de niveaux piégés, plusieurs sections se situent dans les entrailles des Montagnes Naines en Outreterre, d’autres s’étendent dans un amas de matière stabilisée au cœur des Limbes. Le Donjon Ryukkii est connu de nombreux aventuriers de la Ligue, mais ses défenses dissuadent la majorité d’entre eux. Ajouter à cela des conditions climatiques extrêmes, rendant l’approche par spelljammer hautement hasardeuse, et la lune de Prynanth reste ainsi rarement explorée.

Catégories : Les Sphères Connues, Sphères de cristal | Tags: , , , | 3 Commentaires

Nycédia, la Tourmente écarlate

.psd planet stock gas giant by sewer-pancake

[Nootaaril-Saatreen (Clydön)]

Type de monde: Sphérique gazeux

Taille: G (diamètre équatorial de 142 876km)

Echappée: 6 tours

Rotation: 42 heures

Révolution: 840 jours

Lunes: Nymanth

Population: Aucune

Trame magique: Diffuse


Quatrième monde du système de Wyrm, Nycédia est une géante gazeuse aux nuages écarlates, traversés par de colossales tempêtes crachant des nuées d’éclairs rouges. Outre des conditions atmosphériques extrêmes, le puits gravitationnel de la planète est particulièrement intense, affectant même des spelljammers croisant aux abords des mondes voisins de Lycédia et de Caldera.

Le Trône de la déesse Nycédia est prétendument un rubis tenant lieu de noyau planétaire. En réalité, ce cœur gigantesque est un dédale de flammes pourpres pétrifiées, passage vers le mystérieux domaine planaire de Celle qui appelle le Souffle carmin.


Ports d’accueil: Il n’existe aucune infrastructure au sein de l’atmosphère tourmenté de Nycédia. Les différents conquérants qui vinrent s’emparer des mondes intérieurs du système de Wyrm négligèrent la planète au premier coup d’œil, comprenant instinctivement que les forces impliquées ne pourraient jamais être apprivoisées.


Ressources: Etrangement, la Tourmente écarlate offre de l’air respirable, contrairement aux autres géantes gazeuses de cette Sphère de cristal. Bien entendu, seuls quelques Capitaines expérimentés peuvent se risquer le long des puissants courants gravitationnels, afin de régénérer leur enveloppe d’air au cœur d’une tempête s’éternisant durant des mois.


Cultures: Aucune espèce ne s’est jamais développée au cœur des nuées de Nycédia. Quelques créatures du Plan Elémentaire de l’Air s’égarent parfois au cœur de la Tourmente écarlate, mais la Vie n’a tout simplement jamais pu s’ancrer au sein de ce monde.


Sites notables: Les strates de nuages écarlates de Nycédia ne renferment que peu de mystères pouvant être étudiés par les sages des Sphères Connues. Le fragile équilibre entre les forces de l’Air et de la Foudre n’existe que par la volonté de la déesse régnant sur ce monde.

Nymanth

La petite lune solitaire de Nycédia est nommée Nymanth, elle possède également une atmosphère respirable, mais se trouve au cœur de perturbations gravitationnelles rendant son approche difficile.

La surface est recouverte par une étrange jungle faite de brumes pourpres cristallisées, reprenant leur état initial au contact d’une importante chaleur. L’étrange jungle lunaire est le territoire des serviteurs draconiques de Nycédia, les agiles Ny’shaan. Nul ne connaît leur nombre, mais leur population s’élève à plusieurs dizaines de milliers, au bas mot. Petite créature reptilienne aux écailles pourpres, dotée d’ailes, de griffes et de crocs, le Ny’shaan se caractérise par sa taille, n’excédant pas les soixante centimètres de long. Doté d’une intelligence rudimentaire, il est couramment employé comme messager ou compagnon de chasse.

Les fidèles de Nycédia reçoivent invariablement un compagnon draconique né sur Nymanth, et pouvant y revenir à volonté. Certains ont même employé cette intéressante capacité pour laisser leur Ny’shaan emporter des objets de valeur sur la lune isolée. Avec le temps, de petits amoncellements de trésors se sont accumulés un peu partout dans la jungle, abandonnés après le funeste devenir des ingénieux fidèles.

Catégories : Les Sphères Connues, Sphères de cristal | Tags: , , , | Un commentaire

Wyrana, les collines aux dragons

Gleenland par HPashkov

[Weenaan-Nutaroo (Clydön)]

Type de monde: Sphérique rocheux

Taille: D (diamètre équatorial de 4621km)

Echappée: 3 tours

Rotation: 78 heures

Révolution: 156 jours

Lunes: Wyro, Wylana, Wyrl

Population: 897 351 Nadakanaa, 452 983 Syndarhanaa

Trame magique: Resserrée, magie profane dominante

Guère plus grosse que ses trois lunes, Wyrana n’en reste pas moins le monde majeur du système de Wyrm, tant par la diversité de ses ressources que par son histoire.

La planète est un havre pour les peuples qui s’y sont installés, sa faune et sa flore offrent de grandes variétés d’espèces, et à l’exception des terribles dragons rouges, finalement bien peu de dangereux prédateurs. Le climat est tempéré, bien que des vents chauds soufflent régulièrement, annonçant l’approche des saisons du sang.

Les vastes plaines herbeuses sont le domaine des tribus Nadakanaa, coalitions ancestrales de nombreuses ethnies centaurines et wemics qui durant bien longtemps servirent de proies aux terribles dragons. Tout au long de l’équateur de Wyrana se trouvent de larges bandes forestières recouvrant de profondes combes au sein desquelles est née la culture Syndarhanaa. Ceux des elfes qui vivent désormais en ces lieux sont ostracisés par leurs descendants des collines grises et conservent des traditions remontant souvent au-delà de la présence Clydön sur ce monde.

Les pôles sont des territoires anciens sous l’influence des plus puissants dragons rouges connus. Véritables héros pour leur peuple, ils sont capables de ne pas succomber aux effets de la saison du sang mais usent de cette dernière afin d’amplifier de terrifiants rituels causant la désolation sur une grande échelle.

Ports d’accueil: Bien que les Syndarhanaa soient depuis longtemps considérés comme un peuple du Vide, la surface de leur monde est exempt de grandes infrastructures destinées aux nefs célestes. La présence de nombreux dragons rouges est évidemment la cause de ce fait, et seuls sont maintenues des unités de cavalerie aérienne au sein des grandes métropoles elfiques de Wyrana.

Cependant, depuis l’apparition des imprudents humains originaires des autres Sphères Aventureuses, les seigneurs des Syndarhanaa ont dû se résoudre à tolérer la présence des importuns, au sein de quartiers isolés où des négociants ont pu bâtir de petites plateformes pour leurs propres spelljammers. Avec le temps, et de prodigieux efforts diplomatiques, certaines de ces communautés humaines ont pu parvenir à de plus complexes accords et proposent ainsi leurs services aux Syndarhanaa les plus tolérants.

Bien que Preseem-Treemlaadh ne représente pas la cité elfique traditionnelle, beaucoup s’accordent à dire d’elle que les futures générations des Syndarhanaa favoriseront ce type de métropole nouvelle. Le Draanak’T’ranaa Baelnis D’osaam-Shandruu, seigneur des lieux, fut le premier à tolérer l’établissement durable d’une communauté étrangère, peu après avoir vu sa plus jeune fille ramenée par de redoutables guerriers humains, en quête d’aventure dans les collines grises. Il eu l’occasion de voir ces mystérieux barbares affronter un dragon rouge, à la seule force de leurs lames et de leur ruse. Plutôt que de s’en faire des ennemis maraudant librement sur ses terres, il leur fit bâtir un quartier isolé du reste de sa cité, dans lequel ils purent librement faire du commerce, principalement avec les tribus Nadakanaa, mais également depuis peu avec certains des Syndarhanaa de la jeune génération.

Preseem-Treemlaadh est une cité circulaire typique, bâtie entre plusieurs collines rocheuses dont les flancs ont servi à bâtir de hautes structures formant l’ossature d’un dôme hérissé de larges pointes métalliques sur lesquelles les dragons s’empalent. Comme toutes les autres communautés disséminées dans les collines grises, la cité est bâtie en étages formant un entonnoir au fond duquel se trouve un lac, à partir duquel un complexe réseau de conduits aliment les fontaines desquelles jaillissent de véritables torrents liquides en cas d’attaque draconique, permettant ainsi d’éteindre les incendies, mais également aux combattants de traverser les flammes formant l’armure élémentaire de leur ennemi.

Preseem-Treemlaadh se caractérise par son quartier humain disposé non dans les hauteurs exposées de la ville, mais sous la même avancée rocheuse cernant le lac, non loin des palais des lignées D’osaam et Shandruu. Bien entendu, une telle proximité a entraîné une évolution notable du comportement des négociants et autres aventuriers peuplant ce quartier humain, communément désigné du nom de Mantelnoir. Nul parmi les étrangers à ce monde ne se souvient plus de l’origine de ce patronyme, mais les Syndarhanaa se rappellent d’un puissant sorcier originaire de la Sphère de Newhon, maître de forces entropiques apparemment sans limite et qui sauva le domaine d’un vol de six grands dragons rouges. Oral Mantelnoir est enterré sous les fondations du quartier portant son nom et au sein duquel se regroupent plusieurs petites guildes offrant plutôt des services de renseignement et d’espionnage aux différents seigneurs elfes curieux de la politique des autres peuples et souhaitant ne pas dépendre uniquement de leurs alliés de l’Armada.

Les membres de la Guilde des Courtisanes représentent à elles seules la moitié des habitants permanents du Mantelnoir, aménageant de somptueuses demeures en combinant les styles Syndarhanaa à d’autres plus exotiques. Se plaçant au service d’un seigneur elfe pour quelques années, une Courtisane peut acquérir fortune et prestige avant de se retirer. La Haute-Dame Djaliwama règne sur les membres de la guilde présentent dans toutes les métropoles elfiques, elle dispose d’un pouvoir certain, même sur les seigneurs les plus hostiles à la présence d’étrangers sur Wyrana. Elle a plusieurs fois joué de cette influence dans des affaires impliquant plusieurs puissances disséminées à travers les Sphères Aventureuses, et reste reconnue comme la plus grande éminence grise auprès des Syndarhanaa.

Outre le commerce du renseignement, les Courtisanes consacrent également beaucoup de temps à recueillir dans leurs demeures les malheureux enfants métisse des elfes, qui succombent aux tentations de la chair avec les étrangers qu’ils méprisent, mais ensuite se purgent de cette souillure en sacrifiant leurs rejetons dans de cruels rituels mystiques hérités des Clydön. Les demi-elfes de Wyrana sont encore peu nombreux, mais forment une communauté particulièrement méprisée de leurs parents elfiques.

Les Syndarhanaa apprécient également la propension des humains à trahir, tuer et corrompre. Ils entretiennent ainsi des liens avec la Guilde des Assassins, qui possède un chapitre officieux au sein du Mantelnoir. Ses membres sont étroitement surveillés par des serviteurs de Baelnis D’osaam-Shandruu, qui s’inquiète de voir de tels individus dans les murs de sa cité, et parfois même au sein de ses palais. Mais bien des seigneurs de cités voisines font appel aux services des assassins, pour des affaires discrètes et éloignées des mondes de la Sphère de Wyrm. Jusqu’à maintenant, jamais un Syndarhanaa n’a cherché à en tuer un autre pour un motif autre que le déshonneur au combat, mais la présence de redoutables meurtriers pourrait bien être une nouvelle tentation à laquelle pourrait bientôt succomber les elfes.

Ressources: Wyrana est une petite planète riche en nombreuses ressources minérales et végétales. La majorité des espèces animales sont regroupées dans les combes forestières de l’équateur, tout comme les plus rares essences végétales de ce monde.

Un peu partout à la surface de la planète, des carrières abandonnées sont visibles depuis les cieux, ce sont les vaines tentatives des communautés humaines qui cherchèrent fortune sur les territoires des dragons rouges. La planète est en effet renommée pour ces filons de métaux précieux, et de pierres rares, il est d’ailleurs fréquent qu’un magicien fortuné envoie des mineurs sur Wyrana afin d’extraire certaines richesses minérales, cela au risque fort élevé de ne voir aucun de ses gens revenir.

Bien que les légendaires Tulaan-Sayaad n’existent plus, leur exemple suscite toujours des vocations parmi les jeunes elfes de Wyrana, mais également au sein des communautés d’aventuriers d’outresphère. Des guerriers autoproclamés tueurs de dragons viennent ainsi chasser les grands vers des collines, arborant les crocs et les griffes de spécimen propres à des mondes lointains. Mais les dragons rouges de Wyrana ne sont en rien des créatures ordinaires, leurs capacités en font des adversaires mortels pour le plus expérimenté de ces combattants étrangers, et leurs pouvoirs sur le Feu dépassent de loin ce qui est généralement associé à leur espèce sur les mondes lointains.

Cultures: Il est difficile de parler du lointain passé des tribus Nadakanaa, qui furent longtemps harcelées par les dragons rouges. Des traditions orales subsistent cependant, et révèlent une époque durant laquelle les ancêtres des Syndarhanaa émergèrent des forêts, qui possédaient alors une aura mystérieuse pour les peuplades des plaines. Les elfes d’alors étaient apparemment de fragiles et délicates créatures, plus proches d’ancêtres féeriques que des redoutables guerriers façonnés par les Clydön.

Les Nadakanaa cherchèrent à inclure ces êtres au sein de leurs communautés nomades, mais ils se révélèrent incapable de survivre aux rigueurs de la plaine. Ils furent emmenés dans les collines de pierre, ne souhaitant pas retourner à l’abri de la forêt. Là, les Nadakanaa eurent l’espoir que ces êtres fragiles pourraient trouver par eux-mêmes un moyen d’échapper aux terribles dragons.

Depuis des millénaires, les Nadakanaa forment un peuple aux origines hétérogènes mais unifié dans l’adversité. Les Wemic forment près de la moitié des plus importantes tribus nomades de la plaine, tandis qu’une ethnie centaurine combinant des traits d’halfelins et de poney, les Na’poon, forment pratiquement la totalité des autres tribus. Nul ne parvient à comprendre quel principe lié à la création de la Vie amena l’émergence d’une multitude d’espèces centaurines, mélangeant des traits de quadrupèdes à ceux d’humanoïdes souvent reconnaissables par les voyageurs d’outresphère. Quoi qu’il en soit, la grande majorité de ces espèces ont été décimées par les dragons rouges, et seules leurs représentations dans des lieux sacrés des Nadakanaa attestent encore de leur existence.

Une tribu Nadakanaa moyenne rassemble une centaine d’individus, fréquemment de la même espèce, mais sans que cela soit une norme. Le chef est un puissant guerrier, le Kam’laam, qui organise les chasses dans la plaine et veille à la formation des futurs guerriers. La plus ancienne femme de la tribu, la Na’laak, est en charge des affaires quotidiennes de la tribu, elle veille à apaiser les tensions, maintenir les équipements communs en état et donne également son avis sur tout ce qui touche à la reproduction des uns et des autres. Les Nadakanaa vénèrent les esprits de la nature à travers leur Chamane, une femme désignée du nom de Pa’laak. Leur cosmogonie est dominée par les trois aspects divins communs aux peuples de cette Sphère de cristal ; La Déesse Prycédia, pour eux nommée Ka’Laak, qui règne sur les dragons rouges et leur soif inextinguible de sang, la Déesse Nycédia, pour eux connue sous le nom de Sha’Laak, maîtresse des vents et des Ny’shaan, de petits reptiles ailés servant de messagers entre les tribus, et la Déesse Lycédia, désignée par les Chamanes Nadakanaa du nom de Na’Laak, maîtresse des collines et des anciennes voies.

Ces trois esprits protègent les tribus de Wyrm depuis des millénaires, bien avant que des cultes modernes ne leur attribuent des noms et des fonctions différentes. Ka’Laak est l’esprit invoqué pour éviter que ses enfants draconiques ne viennent dévaster les communautés tribales, Sha’Laak est plus généralement invoquée pour amener la chance et la bonne fortune, tandis que Na’Laak désigne les meilleurs territoires de chasse pour la saison à venir.

De son côté, la culture Syndarhanaa s’est longtemps développée dans l’ombre des Sorciers, qui apposèrent durablement leur marque sur ce peuple. A l’origine membres de la grande alliance spirituelle des Nadakanaa, les elfes de Wyrana furent asservit et forgèrent eux-mêmes leur destinée en s’appropriant des coutumes Clydön.

Leur société a profondément évoluée au fil des siècles, et bien qu’étant membre à part entière de la puissante Armada, les Syndarhanaa conservent encore des traditions cruelles liées à leur passé sanglant.

Officiellement, un grand royaume elfique unifie toutes les communautés, en réalité, cinq puissantes lignées mystiques s’affrontent en permanence pour la suprématie de leur sang. Le Draanak’roln’Wyranaa est une nation représentée par un couple royale composé des deux lignées majeures du moment, le Draanakaralaad est le Roi, la Rolnalaat est la Reine. Le premier à le commandement d’un Ordre de Chevaliers-dragons, les Draanakalayaad, il ne possède guère d’influence sur les différentes régions formant son royaume, mais se doit d’y faire régner ordre et justice. La justice Syndarhanaa étant des plus expéditives, peu de crimes communs sont commis sur Wyrana. Cette tendance évolue cependant avec la présence toujours croissante des colons d’outresphère, qui se voient régulièrement menacés par les redoutables chevaliers du royaume elfique. La Rolnalaat pour sa part, est la garante de la pureté des cinq lignées, elle arrange les unions afin que les futurs héritiers disposent de tous les dons liés à leur lignage. Egalement Haute-prêtresse de Shalamaad, elle s’assure que son clergé maintienne sa position prédominante au sein d’une société foncièrement tournée vers les arts profanes.

Onze régions forment le Draanak’roln’Wyranaa, elles sont gouvernées par les Maisons Nal’Draanak, héritières des lignées anciennes et guerroyant sans cesse entre elles afin de faire prévaloir leur puissance. Le Roi est à la tête d’une Maison Nal’Draanak, la Reine est l’héritière d’une autre. Les neuf restantes sont gouvernées par de puissants seigneurs liés entre eux par des alliances et des liens de parenté complexes. Un tel seigneur porte le titre de Nal’manaraan, ses gens de confiance gouvernent les métropoles sur son territoire, en portant le titre de Draanak’T’ranaa et en ayant toute latitude pour faire appliquer la loi de leur seigneur.

Il est toutefois intéressant de noter que l’autorité des Draanak’T’ranaa s’arrête aux hautes murailles de leur cité, et que seules les places fortes et autres hameaux restent sous la juridiction des Nal’manaraan. Routes et étendues sauvages sont de la responsabilité du Draanakaralaad qui peut ainsi librement favoriser sa propre Maison le temps de son règne. Bien entendu, tout seigneur Syndarhanaa convoite le Trône du Draanak’roln’Wyranaa.

Les Onze Maisons Nal’Draanak

Bien que leur puissance s’équilibre depuis plusieurs siècles, les onze Maisons majeures régnant sur le Draanak’roln’Wyranaa continuent à se quereller pour le contrôle des terres ancestrales que des millénaires d’unions entre lignées du sang ont transformé en un épineux sujet.

Trois grandes alliances existent traditionnellement et ne sont que rarement rompues. Elles seraient liées aux affinités des lignées magiques transmises aux Syndarhanaa par les Sorciers.

La Maison Saranaal-Pereelm est celle de l’actuel Draanakaralaad, elle règne grâce à la puissance individuelle de ses chevaliers, qui possèdent tous un sang imprégné de forces mystiques encore vives. Le Roi Ormiol Tuazar-Pereelm (Syndarhanaa ♂/ Guerrier Dragon 22/ Lignée Tuazar/ CN), est connu pour avoir combattu cinq jours durant un terrible seigneur draconique, qui le brûla au-delà des capacités curatives des meilleurs soigneurs. Il arbore depuis lors un masque intégral fait d’écailles de son adversaire.

Soutenant la Maison royale avec une indéfectible loyauté, la Maison Nalakaan-Tuazaad conserve jalousement ce qu’il subsiste de la lignée Samalaarn, connue pour ses redoutables pouvoirs magiques, concentrés dans la cité de Seleteem-Tuazaad. De même allégeance, mais favorisant la formation de ses combattants plutôt que de ses sorciers, la Maison Orodeelm-Tuazar soutien sans faiblir la Maison royale et forme les meilleurs équipages des spelljammers de la flotte planétaire. Redoutables combattants spécialisés dans l’abordage, les Orodeelm-Tuazar sont connus pour être d’excellents explorateurs, ayant des liens anciens avec les aventuriers de la Ligue.

La Maison Alayaam-Tuazar est connue pour ses patrouilles de chevaucheurs de griffons. Assurant une seconde ligne de défense au-dessus des cités liées aux Maisons de l’alliance royale, le Nal’manaraan Ardaan Alayaam-Tuazar (Syndarhanaa ♂/ Guerrier Dragon 19/ Lignée Tuazar/ CB) garantie également la sécurité sur les routes et passe pour être le plus apprécié des seigneurs auprès du peuple. Ami avec plusieurs membres éminents de la Ligue, il cherche à favoriser des liens avec cette puissante organisation.

La Maison Tuazaam-Kyneshaal compte parmi les plus jeunes et ses meneurs puisent dans la lignée Sayaad, en favorisant l’étude magique des dragons, de leurs forces et faiblesses. Grâce à eux, plusieurs grandes métropoles disposent de protections efficaces, et certaines ont même été épargnées depuis la dernière saison du sang.

La Maison Tuaraaln-Tuazar est à la tête d’une alliance en opposition constante au pouvoir des Draanakaralaad du sang des Pereelm. Disposant de nombreux Draanak’T’ranaa sur le monde proche de Caldera, la Maison guerrière soutien activement les plus jeunes Syndarhanaa cherchant à renouer avec les anciennes traditions des Tueurs de dragons. Les seigneurs Tuaraaln-Tuazar sont porteurs de la lignée Tuazar et disposent de pouvoirs semblables à ceux de la Maison royale.

La Maison Oruuln-Drassun rassemble un nombre conséquent de sorciers, mais se voit considérée comme inférieure à ceux de la lignée Samalaarn dans ce qui est de la maîtrise des antiques rituels elfiques. Excellents Timoniers, les Oruuln-Drassun migrent depuis peu sur la lune de Caldera, où un projet secret leur permet de démontrer leur force. Le temps venu, le Nal’manaraan Tyolno Oruuln-Drassun (Syndarhanaa ♂/ Guerrier Dragon 17/ Lignée Oruuln/ CN) compte bien avoir placé ses gens à tous les postes de commandement de la flotte secrète, afin d’en faire usage pour prendre le pouvoir.

La Maison Oldorith-Kyneshaal entretient sa puissance militaire en formant des combattants porteurs de la lignée Sayaad, qui était jadis celle des Tueurs de dragons. En se regroupant sur le monde de Caldera, la Nal’manaraan Vianith Oldorith-Kyneshaal (Syndarhanaa ♀/ Guerrière Dragon 20/ Lignée Sayaad / CM) espère renforcer le pouvoir de sa Maison et s’emparer des ressources des Nains.

La Maison Pyalam-Drassun est également concentrée autour de Caldera, dont les ressources minérales fournissent les forges où ceux de la lignée Nysheenaal œuvrent à façonner de nombreux objets magiques. Peu doués pour manipuler directement les énergies mystiques, les membres de cette lignée s’avèrent être d’excellents enchanteurs.

La Maison Dyleenis-Tuazar mène la troisième alliance traditionnelle au sein des territoires du le Draanak’roln’Wyranaa. Ambitieuse et excessivement belliqueuse, elle est l’instigatrice de nombreux conflits contre les peuples d’outresphère, et place ses équipages dans des flottes de l’Armada en espérant pouvoir conclure des alliances avec des ethnies elfiques contestant l’autorité Syndarhaan. Peu concernée par la politique interne du Draanak’roln’Wyranaa, la Maison Dyleenis-Tuazar mobilise ses forces outresphère en prévision d’une expansion prochaine.

La Maison Seleenis-Pyalam maintien son influence sur les lunes de Wyrana, et se tourne depuis peu vers l’obtention de domaines outresphère, négociant des privilèges en offrant objets et armes magiques forgés à partir de rituels anciens impliquant du sang de dragon. Particulièrement appréciée des officiers de l’Armada, la magie Nysheenaal des Seleenis-Pyalam fait parler d’elle et apporte à la Nal’manaraan Seleet Seleenis-Pyalam (Syndarhanaa ♀/ Guerrière Dragon 18/ Lignée Nysheenaal / CN) l’influence qu’elle recherche pour les siens.

Les Maisons Nal’Draanak sont liées entre elles par cinq lignées ancestrales, portant le sang des Tulaan-Sayaad, les Tueurs de Dragons qui servirent les Sorciers, et en furent remerciés par de profondes altérations de leur nature elfique. Egalement nommées Lignées Draanak, cet héritage est désormais disséminé entre les onze Maisons et engendre nombre de capacités uniques, mais amoindries. Les Garants de la préservation du sang ancien sont désormais les prêtresses du culte de Shalamaad, l’incarnation elfique de Nycédia. Puissant ordre religieux s’étant développé durant les derniers siècles, en réponse à la présence grandissante de la Seldarine. Les Lignées Draanak engendraient jadis de puissants sorciers, dracomanciens puisant dans les entrailles des dragons rouges afin d’amplifier leurs rituels. Depuis que l’Eglise de Shalamaad a pris le contrôle de ces lignées, plus aucun sorcier d’importance ne s’est manifesté.

Les Lignées Draanak

Les puissantes lignées héréditaires octroyées aux anciens Syndarhanaa par les Sorciers transforma ce peuple de la Cours féerique en une civilisation brutale et tournée vers une magie sanglante.

Le Culte de Shalamaad est désormais en charge des lignées, et dispose ainsi d’une influence certaine sur les Onze Maisons Nal’Draanak. Avec le repli de la société Syndarhanaa qui s’opère depuis quelques décennies, cette influence s’accroît encore.

Seule la lignée royale des Tuazar semble aussi vigoureuse que jadis, et se passe des unions arrangées du Culte. Les lignées Nysheenaal, Oruuln et Samalaarn se sont grandement amoindries mais soutiennent toujours les fondements de la sorcellerie Syndarhanaa. La lignée Sayaad encourage plutôt l’émergence de pouvoirs métamorphiques, permettant à ses plus puissants porteurs d’acquérir brièvement des traits draconiques.

Désormais une influente nation du Vide, la culture du Draanak’roln’Wyranaa conserve encore ses traditions ancestrales et maintien de grandes métropoles dans les collines de Wyrana. Très peu d’infrastructures sont destinées au spelljamming, car les ports tournés vers l’Espace sauvage sont regroupés sur les trois lunes proches. Depuis un peu plus d’un siècle, les Maisons Nal’Draanak tendent à se replier sur elles-mêmes et veillent à ce que leurs lignées restent pures. Beaucoup de jeunes Syndarhanaa partent au loin, explorant les Sphères Connues pour rarement revenir ensuite dans le système de Wyrm, et les unions avec d’autres souches Syndarh sont difficilement supportées par les vieux seigneurs du royaume des tueurs de dragons.

Les communautés originaires d’outresphère et qui commencent à coloniser les étendues de Wyrana sont essentiellement Valoriennes. Formées à l’origine par d’intrépides marchands et aventuriers, elles étaient destinées à accueillir de petits groupes d’étrangers entre deux explorations des Donjons Ryukkii. Agacés mais tolérant, les puissants seigneurs des Maisons Nal’Draanak laissèrent ces individus étranges s’établir dans de petits fortins isolés, qui pour la plupart furent décimés par les dragons rouges.

Malgré tout, la ténacité des nouveaux colons eu le dessus sur les dangereux prédateurs des pôles. De petites cités naquirent, protégées par de puissants héros, qui attirèrent toujours plus de nouveaux venus, avides de pillages au sein des Donjons Ryukkii, mais qui portèrent également leur attention sur les hameaux frontaliers du Draanak’roln’Wyranaa.

Il est difficile de définir les fondements d’une culture parmi les nombreuses influences visibles au sein des communautés. Nombre de celles-ci cherchent encore à survivre aux rigueurs d’un environnement hostile, et bien peu peuvent se prémunir contre les incursions de dragons particulièrement puissants et agressifs.

Depuis quelques décades, plusieurs colonies Guildiennes se sont établies dans une même région minière, bâtissant un grand temple voué à l’Ennéade, et recrutant sans compter les meilleurs tueurs de dragons outresphère. Reprenant à leur compte les anciennes carrières abandonnées par les Clydön, les Guildiens ont fait le choix de n’entretenir aucune relation diplomatique avec les Syndarhanaa, qui de leur côté ignorent totalement ces importuns.

Sites notables: Wyrana est un monde ancien, imprégné par les forces de jeunes divinités. Reigar, Clydön et bien d’autres peuples encore y apposèrent leur marque, avec toujours un même ennemi commun à affronter, les terribles dragons rouges peuplant les pôles de cette planète. Il n’est guère surprenant donc de trouver un nombre important d’ouvrages défensifs en ruines à la surface de Wyrana.

L’exemple typique de cet état d’esprit voué à la protection contre un ennemi volant et maîtrisant le feu se retrouve dans la culture Syndarhanaa, dont les cités peuvent choquer les adeptes des architectures elfiques finement ciselées. Seleteem-Tuazaad est également nommée la Cité des Fortes-lames, car les Seigneurs de la Maison Nalakaan-Tuazaad règnent en ce lieu, et forgent depuis des siècles d’immenses épées dentelées, réputées pour être incassables, à l’épreuve du sang brûlant des dragons, mais nécessitant un entraînement martial poussé. La métropole abrite trente milliers d’individus, tournés vers l’étude des arts profanes et se rassemblant autour des représentants de la puissante lignée mystique Samalaarn.

Le Nal’manaraan Sonadraat-Tuazaad (Syndarhanaa ♂/ Guerrier-Dragon 18/ Lignée Samalaarn/ CN), de la Maison Nalakaan-Tuazaad, règne sur la cité, tandis que sa compagne assure la prospérité de la lignée en faisant et défaisant les maisons mineures, vassales de son seigneur.

La métropole est connue pour ses forges mystiques où sont régulièrement crées d’incroyables armes imprégnées de la magie ancienne des dracomanciens grâce à des ossements noircis de centaines de dragons, fournissant un combustible unique.

Wyro

La plaine herbeuse recouvrant la petite lune de Wyro est le domaine ancestral de la Maison Orodeelm-Tuazar, qui a su faire prospérer plusieurs cités aménagées dans de profondes cuvettes étagées, suivant ainsi les normes architecturales traditionnelles du Draanak’roln’Wyranaa tout en développant d’efficaces défenses là où n’existait d’une étendue sans reliefs.

Le Nal’manaraan Dyold Orodeelm-Tuazar (Syndarhanaa ♂/ Guerrier-Dragon 16/ Lignée Tuazar/ CN), consacre beaucoup de son temps à former ses combattants aux techniques d’abordage, et la vision de spelljammers s’affrontant en rigoureux entraînements dans le ciel de Wyro est chose commune. La flotte de la Maison compte une trentaine de vaisseaux de guerre dont la moitié seulement sont mobilisés pour la défense de Wyrana. Les autres sont souvent mis à disposition de la Ligue, qui peut ainsi compter sur des équipages de confiance.

Loronod-Pyaneelith est la capitale du domaine lunaire, il s’agit d’une cité accueillant vingt milliers d’habitants, et pratiquement le triple durant la saison des tractations, durant laquelle de nombreux voyageurs d’outresphère reçoivent une autorisation exceptionnelle de traverser le territoire Syndarhanaa pour venir jusqu’à la petite lune. L’artisanat du Draanak’roln’Wyranaa est alors proposé, et mêmes les Maisons réfractaires à de telles interactions ne peuvent imposer à leurs populations d’aller festoyer et faire du négoce sous la protection du Nal’manaraan Dyold Orodeelm-Tuazar.

La petite lune semble avoir jadis hébergée une espèce draconique mineure, mais un fléau semble l’avoir décimée à l’époque de l’expansion des Syndarhanaa dans l’Espace sauvage. Les Dracomanciens de Wyrana ne découvrirent que des corps décomposés, impropres à servir leur magie. Depuis lors, des champs d’ossements existent toujours et sont considérés comme des lieux sacrés.

Wylana

Le domaine de la Maison Seleenis-Pyalam est une succession de collines rocailleuses et de landes arides sur lesquelles souffle un vent froid. Quelques grands lacs équatoriaux sont reliés entre eux par des canaux anciens, ornés de statues montrant des humanoïdes inconnus, et sont bordés par des étendues de forêts.

Les petites cités Syndarhanaa sont bâties sur les berges des lacs et sont spécialisées dans la conception de coques cultivées à partir des essences locales. Contrairement aux autres Maisons qui élaborent des spelljammers à partir d’alliages métalliques, les Seleenis-Pyalam ont décidé de suivre les voies traditionnelles des autres peuplades elfiques.

Pyadraan-Tholneer est la capitale de ce territoire où se rassemble un nombre important de sorciers spécialisés dans l’élaboration d’objets magiques. la Nal’manaraan Seleet Seleenis-Pyalam (Syndarhanaa ♀/ Guerrière Dragon 18/ Lignée Nysheenaal / CN) s’appuie sur le Culte de Shalamaad afin d’arranger les unions fortifiant la lignée Nysheenaal au sein de sa Maison. Elle règne sur la cité et reste proche de son peuple, guettant l’émergence des prodiges mystiques, seuls en mesure de façonner certains objets dont les secrets de conception ont été perdus. Les Crocs d’Ecaille-noire est un ordre de sorciers regroupant les plus influents Draanak’T’ranaa qui se rassemblent régulièrement dans la métropole afin de conseiller leur maîtresse, et élaborer des objets magiques uniques. Redoutables adeptes profanes et guerriers impitoyables, les Crocs d’Ecaille-noire assurent la défense du domaine et forment personnellement les jeunes sorciers prometteurs.

Wyrl

La troisième lune de Wyrana est recouverte par une savane herbeuse parsemée de forêts et de hauts massifs rocheux aux pôles. Des dragons bleus occupent une large bande désertique dans l’hémisphère austral et représentent une menace constante pour les petites cités limitrophes. Le territoire lunaire était jadis un fief de la Maison Oruuln-Drassun, mais depuis l’accession au Trône de la lignée Tuazar, les seigneurs migrent les uns après les autres vers la lune de Caldera, où ils peuvent exercer leurs talents mystiques loin de l’influence Samalaarn.

Le Nord est encore sous le contrôle du Nal’manaraan Tyolno Oruuln-Drassun (Syndarhanaa ♂/ Guerrier Dragon 17/ Lignée Oruuln/ CN) et de quelques Draanak’T’ranaa qui gardent le contrôle de plusieurs métropoles importantes, essentiellement des chantiers navals assurant une certaine prospérité à la Maison des Timoniers.

Le Sud par contre est désormais le domaine central de la Maison Tuazaam-Kyneshaal, vassale du Roi et spécialisée dans la recherche des anciens rituels dracomantiques, plus particulièrement les sorts de protection. Héritiers de la lignée Sayaad, les membres de cette Maison ont pour devoir de reporter les faits et gestes de leurs voisins, toujours prompts à contester les lois du Draanakaralaad.

Catégories : Les Sphères Connues, Sphères de cristal | Tags: , , , , | 2 Commentaires

La Sphère de Wyrm

L’étrange Sphère de Wyrm semble être un orbe fait non de cristal mais de fumée grise s’étiolant dans le Phlogiston. En réalité, elle est bien composée d’une matière cristalline, mais dont la composition aurait été altérée par un quelconque phénomène cosmique qui laisse suinter une matière unique et brumeuse, capable de dissiper au contact toute forme de magie connue. Cette matière, nommée brume de Wyrm, est collectée par de nombreux individus cherchant à en faire le commerce. Mais la brume se dissout rapidement en dehors du Phlogiston, et son usage reste donc fort limité.

Trois passages permanents donnent accès à l’espace de Wyrm. Ils sont tous les trois encombrés de nombreux débris gelés formant des amas de planétoïdes où évoluent de dangereux prédateurs du Vide. Quelques ruines peuvent servir d’abris sommaires, mais les enveloppes d’air sont rares en ces lieux. La Porte de Koram est le plus sûr passage pour les voyageurs d’outresphère, elle offre les meilleures trajectoires pour rallier les mondes du système de Wyrm, et bon nombre de guildes locales maintiennent de petits zocalo au-delà de l’amas local d’astéroïdes.

La Porte de Sylune est à l’opposée un passage à éviter. Une mystérieuse entité spectrale s’y trouve en effet embusquée, et son pouvoir de possession peut déjouer les meilleures protections magiques. Connue sous le nom du Rire fou, la créature non-morte sème le trouble parmi les équipages qu’elle parvient à infiltrer, jusqu’à ce que les spelljammers dépassent l’amas de débris. Terrorisée par le Vide, elle se hâte d’engendrer le chaos le plus total, avant de reprendre sa place à la Porte. Apparemment impossible à détruite, le Rire fou pourrait bien être une divinité oubliée, isolée et maudite pour des actions passées.

La Porte de Wyrm est un autre passage vers le système intérieur. Un amas plus important de débris limite les tentatives de traversées, et les rumeurs de la présence Tyrannoeil font que bien peu de négociants risquent leurs cargaisons par cette Porte.

Le système de Wyrm comprend deux mondes telluriques et trois géantes gazeuses, tournant autour d’un soleil doré nommé Arath. Aucun phénomène cosmique notable n’a été recensé, et seules quelques nuées cométaires sillonnent le Vide interplanétaire.

La plus proche planète est la géante gazeuse Prycédia, dont les bandes alternées de nuages noirs et or abritent de terribles tempêtes brûlantes. Des conjonctions de Feu, amplifiées par la proximité d’Arath, engendrent tous les mille ans une brève expansion planétaire, se traduisant par d’inquiétantes éclipses solaires sur les mondes telluriques voisins. L’influence de ce phénomène touche tout particulièrement les espèces draconiques, dont les membres sont possédés par une frénésie sanguinaire le temps de l’éclipse. Cette sombre période peut se prolonger durant quelques jours, mais parfois s’étendre à des semaines, c’est la Saison sanglante.

Seconde planète du système, Wyrana est un monde modeste par sa taille, possédant trois lunes verdoyantes et abritant pour sa part de nombreux peuples farouches. Alternant d’immenses étendues herbeuses avec de larges bandes de collines, Wyrana est le domaine ancestral des Syndaranaa, les elfes des collines grises, ennemis jurés des dragons rouges menaçant ce monde. Centaures et Wemics sont nombreux dans les plaines, tandis que plusieurs petits royaumes humains tentent de coexister avec la société elfique locale. Les Syndaranaa sont membres de l’Armada elfique, et disposent de leur propre flotte de guerre, qu’ils reconvertissent en navires marchands durant les périodes de paix. Egalement maîtres du Vide au sein de l’espace de Wyrm, ils perçoivent l’intrusion des humains sur leur territoire comme une menace.

La troisième planète est nommée Caldera. C’est un monde volcanique, dont une large bande équatoriale abrite des volcans en constante activité. Seuls les pôles, protégés par de hautes montagnes, possèdent des zones fertiles où les Syndaranaa de Wyrana ont établis des colonies déjà anciennes. Les massifs rocheux sont pour leur part peuplés par des clans nains formant une ligue marchande, le Borthuamnor. Les nains vivent reclus dans leurs magnifiques métropoles souterraines, observant de loin leurs voisins elfes qui pour leur part, ne ressentent nul besoin d’entretenir des liens avec ces êtres. En huit siècles de cohabitation, jamais les deux peuples n’ont cherché à former une alliance face aux terribles dragons du magma, véritables maîtres des trois-quarts du monde. Cruels et avides de richesses, les créatures ne cessent d’attaquer les communautés polaires de Caldera, leur influence pourrait même s’étendre, dit-on, bien au-delà des mers de lave et des volcans équatoriaux, à travers le Plan paraélémentaire du Magma, à partir duquel un mystérieux seigneur de ces créatures chercherait à accroître son pouvoir.

La quatrième planète de Wyrm est la géante gazeuse Nycedia, aux teintes écarlates et dont le cœur légendaire serait une géode de rubis, Trône de la déesse du même nom. Les courants gravitationnels autour de ce monde étant des plus capricieux, les navigateurs préfèrent éviter ses abords.

Le monde le plus proche des Confins de Wyrm est également une géante gazeuse. Nommée Lycedia, la planète est constituée de brumes empoisonnées adoptant toutes les teintes possibles de vert et des îles rocheuses évoluent pesamment dans sa haute atmosphère. Des ruines sont visibles sur ces débris, témoignant de la présence d’une civilisation avancée mais désormais éteinte. Aucun style architectural n’étant reconnaissable, les sages penchent pour l’hypothèse d’un peuple esclave des Clydön, qui aurait disparu en même temps que leurs maîtres.

Plusieurs donjons existent dans l’atmosphère de Lycedia, ils ont été explorés par de nombreux aventuriers, qui ont ramenés bon nombre d’objets étranges, taillés dans des cristaux et des roches locales. Les lieux sont occupés par de nombreux morts-vivants inférieurs, et les pièges mécaniques abondent dans les plus anciens niveaux souterrains.

Histoire de Wyrm: Les Junans séjournèrent quelques temps au sein des mondes extérieurs de Wyrm, où ils étudièrent les nuées de Nycedia, dans lesquelles ils trouvèrent un intérêt certain. Après leur départ vinrent les Clydön, alors au tout début de leur expansion à travers les Sphères.

Peu intéressés par les géantes gazeuses, encore moins par les champs de débris dans les Confins, les Sorciers qui apparurent sur Caldera trouvèrent là des accès planaires utiles à leurs rituels. Ils fondèrent une première cité, Caerleem-Sularoo, à partir de laquelle leur expansion locale débuta. Le magma en fusion ne dérangeait aucunement les envahisseurs, protégés par un bouclier magique efficace et une bonne tolérance naturelle aux effets nuisibles de cet élément.

Très vite cependant, la menace des dragons pesa sur l’avant-poste impérial, et avec l’achèvement d’un Anneau de translation en orbite, des renforts militaires furent amenés sur Caldera. Malgré leur magie et la force de leurs armes d’acier verdâtre, les Clydön furent contraint de limiter leur emprise sur le monde volcanique. Un siècle après leur arrivée, ils migrèrent vers Wyrana, abandonnant Caerleem-Sularoo à la fureur des dragons de magma.

Sur ce nouveau monde, ils asservirent les ancêtres des Syndaranaa, qui devinrent des esclaves mais reçurent en contrepartie des fragments de connaissance les amenant à développer de nouvelles traditions. Mais là encore, les Clydön se heurtèrent à des créatures draconiques, qui plus est en pleine saison du sang. Les premiers affrontements terrestres virent une légion entière se faire décimer en quelques instants. La mort d’un neveu de l’Empereur durant ces premiers conflits sur Wyrana amenan de nombreuses Cabales à se mobiliser, afin d’élaborer un rituel à l’échelle planétaire, en mesure de terrasser les terribles dragons rouges.

En attendant qu’une solution radicale soit trouvée, les meilleurs guerriers des Syndaranaa furent choisis pour devenir les premiers Tulaan-Sayaad, les tueurs de dragons. Armés par leurs maîtres de longues lances imprégnées d’une puissante magie, leurs exploits enflammèrent rapidement les esprits, et ce fut toute la société elfique qui fut finalement transfigurée par la gloire des Tulaan-Sayaad.

Au sein de la Sphère de Wyrm, le soulèvement contre les Clydön se fit sans heurt ; Sans grand intérêt stratégique, cet espace fut tout simplement délaissé en quelques générations par ses conquérants, qui mobilisaient alors toutes leurs forces outresphère. Les seigneurs Syndaranaa n’eurent qu’à menacer les derniers Clydön encore en place, afin que ces derniers cèdent sous le nombre et s’enfuient à travers leur Anneau de translation, qui fut par la suite fondu en orbite afin de créer un premier avant-poste d’observation au-dessus de Caldera.

Peu après leur libération, les Syndaranaa furent contactés par les membres d’une branche cousine de leur peuple, les Syndarhaan, qui avaient traversés les courants irisés à bord de vaisseaux végétaux. La rencontre se produisit au sein du Vide, à bord d’un Soonok Clydön qui devint par la suite une légende, le Kyelk’asheen.

Les Syndaranaa acceptèrent immédiatement d’intégrer l’Armada encore en gestation. Emerveillés par le Phlogiston et ses mystères, ils embarquèrent en grand nombre à bord des vaisseaux Syndarhaan. Par la suite, d’autres ethnies elfiques vinrent découvrir Wyrana et le système de Wyrm, mais les traditions locales, teintées de cruauté Clydön, rebutèrent la plupart de ceux qui espéraient s’établir durablement au sein des Sphères Aventureuses.

En quelques décades, l’influence des anciens conquérants disparue, et la culture Syndaranaa s’ouvrit aux coutumes de leurs cousins d’outresphère. Les divinités de la Seldarine finirent par se manifester à leurs nouveaux fidèles, et les saisons du sang devinrent bien plus supportables. De nouvelles cités furent érigées, aussi bien sur Wyrana que dans les toutes jeunes colonies polaires de Caldera. Les Tulaan-Sayaad fondèrent des lignées porteuses de pouvoirs mystérieux, dernier leg des Clydön à leurs plus loyaux serviteurs. La société Syndaranaa évolue mais reste cependant à l’écart des grands rassemblements et événements marquant au sein des Sphères Connues.

Puis, durant une saison du sang particulièrement longue, une force se manifeste parmi les dragons du magma. De grands héros sont tués en livrant bataille sur la mer de lave de Caldera, et le dernier des Tulaan-Sayaad manque de disparaître, avant d’être sauvé par les membres des Frères de Jalobsen, une compagnie d’aventuriers des mondes de Nehwon. Les humains viennent de découvrir la Sphère de Wyrm et sont fascinés par la culture elfique locale, fière, arrogante, mais également raffinée, et possédant encore de très nets influences Clydön.

Les Syndaranaa tentent d’ignorer ces nouveaux arrivants, comme ils l’ont fait avec les nains du Borthuamnor. Mais les humains ont soif de connaissances, autant que de richesses. Les dragons du magma représentant un trop grand danger, la plupart migrent sur Wyrana, où ils fondent des communautés isolées. Les cités elfiques leurs sont fermées, mais bon nombre des jeunes guildes naissant parmi les Sphères Aventureuses développent des comptoirs, ouvrent des voies spatiales de navigation, et bouleversent à tout jamais la sérénité des Syndaranaa.

Malgré tout, au fil du temps et des saisons du sang, les deux espèces finissent par développer des liens. Face à la menace de dragons rouges toujours plus agressifs et retors, les elfes doivent accepter l’aide des humains, qui s’approprient ainsi les traditions Syndaranaa et fondent une culture parallèle qui leur est propre. Les communautés humaines sont disparates, désorganisées, mais sous l’impulsion d’individus charismatiques, elles parviennent à former des alliances, éphémères du point de vue des elfes de Wyrana, mais suffisamment durables pour les humains qui s’inspirent de ces exemples pour éviter, parfois, les erreurs du passé.

Catégories : Les Sphères Connues, Sphères de cristal | Tags: , , | 4 Commentaires

Practical Planetology, pour Spelljammer!

 

Practical planetology! Un supplément pour Spelljammer, écrit par Nigel Findley, auteur de jeux de rôles prolifique, qui a également pondu dans cette gamme Greyspace et Skulls & Crossbows, mais que les amateurs connaissent pour sa prose sur Earthdawn ou Shadowrun. Supplément de 68 pages qui s’attache à offrir d’autres planètes que les très classiques mondes du Triangle radiant. Les nouvelles planètes sont classées selon la classification élémentaire traditionnelle dans Spelljammer; Mondes telluriques, mondes gazeux, pyrétiques et aquatiques.

Le premier monde décrit est de type tellurique, sensiblement plus gros que notre bonne vieille Terre avec sa Taille E, il s’appelle Comporelon, c’est une planète à forte activité volcanique et peuplée par… Des dinosaures! Oui je sais, une sorte de paradis pour MD, et où les pjs devront s’attendre à se crasher-la-faute-aux-dés, à chaque début de campagne. Oui, c’est comme ça! Accessoirement, quelques tribus nomades évoluent entre les coulées de magma, ce sont les Ai’ir, dans le supplément des humanoïdes-humains à peau blanche, mais j’ai préféré en faire des sauriens de différentes ethnies primitives avec des traditions animistes.

 Les descriptions du monde suivant sont à l’opposées; Falx est une planète morte et froide, avec zéro activité géologique et une dense couverture nuageuse, le jour est une pénombre perpétuelle, et la concentration de gaz entraîne une plus grande fatigue parmi les espèces humanoïdes. Son écosystème biologique se trouve dans l’épaisse croûte planétaire enserrant un noyau plus petit que la moyenne, ce qui implique un champs magnétique moindre (pas de boussole). Le monde souterrain de Falx et dominé par les Illithids, j’en ai fait une Grande Enclave dissidente et dissimulée, attendant son heure en lançant des raids dans l’Espace sauvage.

Armistice est un autre monde tellurique froid, caractérisé par une gravité trois fois plus importante que la norme. Le nom vient d’un ancien conflit qui opposa Gobelinoïdes natifs de ce monde et elfes de l’Armada. Après une sanglante bataille, l’Amiral Aldyn Leafbower accorda un cessez-le-feu à ses adversaires, qui devint une armistice, en échange de quoi les descendants des vaincus évolueraient en tant que Rampants.

La plus intéressante planète tellurique décrite dans Practical planetology reste encore Radole, un monde semblable à Mercure,sans rotation et avec une face continuellement exposée au soleil, et une autre plongée dans les ombres. Difficile de s’y poser tranquillement pour refourguer de la verroterie aux autochtones! Radole possède une bande équatoriale, le Ruban, où la vie est possible. Des communautés vivent là et font du commerce, mais l’intérêt de la planète réside dans le fait que cette bande habitable semble avoir été aménagée de manière artificielle, par un peuple ancien. Et donc… ruines mystérieuses, donjons piégés, écritures bizarroïdes et autres joyeusetées!

Enfin, dernier des mondes telluriques décrits dans ce supplément: Bodi, un monde forestier doté d’un anneau d’astéroïdes de glace. Classique avec ses populations elfiques et alliées des elfes, la planète est relativement petite, elle peut servir d’étape our des spelljammers de gentils, mais également d’enjeu face à une flotte de méchants.

Les deux mondes de feu qui sont ensuite décrits, Ignia et Garrash, sont des environnements extrêmes, peuplés pour le premier par quelques efrits, et pour le second par des créatures géantes, les Zat. Les pjs évitant traditionnellement ce type de planète, les descriptifs sont donc réservés au plaisir du MD.

Viennent ensuite les mondes aquatiques, avec Thalassa, une bulle liquide sans atmosphère, mais plutôt une enveloppe d’eau à forte teneur en oxygène. Cette strate océanique supérieure est clairement distinguée du reste de l’océan planétaire. Les profondeurs sont le territoire de créatures géantes, et les communautés plus développées se regroupent dans la bande extérieure, ce sont les traditionnels Sahuagins et autres Nixies et Mermen.

Charon est un autre monde-océan, qui s’avère être en réalité la lune liquide d’un monde disparu,nommé Nex, et dont les habitants provoquèrent la destruction. Les débris planétaires s’écrasèrent dans l’océan extrêmement salé et toxique de Charon, formant des îles. Bon, rien qu’au nom de la planète, les plus innocents des pjs comprendront qu’il y a quelque chose de pourri dans le coin. Et en effet, les anciens sorciers de Nex ont survécut au cataclysme, sous la forme de liches! Eh oui, c’est l’île de Sahu du Book of Necromancers, étendue à l’échelle d’une planète!

Le dernier monde aquatique est plus classique, il s’appelle Barbuda et abrite des esprits de l’Eau, des Coualt et des Sahuagins. C’est un monde-océan avec des archipels mais très peu de lien avec les populations de l’Espace sauvage.

Les mondes gazeux sont à mon sens les plus intéressants pour le setting de Spelljammer. Même si les Rampants seront peu nombreux à s’y développer, il existe mille et une idées pour établir des colonies de natifs du Vide. Alabeth est un monde géant divisé en strates nuageuses où les conditions atmosphériques sont souvent diamétralement opposées. Des créatures géantes, en forme de sac de gaz, servent d’îles à de nombreuses petites communautés, tandis que des scavven maraudent sur d’autres niveaux. La planète est chauffée par un noyau de Feu que bien peu de navires ont pu approcher.

La planète gazeuse suivante s’appelle Nubis, elle est le territoire de nombreux dragons d’argent, et pour ceux qui n’aiment pas, il y a également des communautés de géants des nuages et des tempêtes. La discussion entre les pjs et les habitants peut donc être très souvent brève. La planète se caractérise par les classiques nuages solides, sur lesquels sont établis de nombreuses communautés.

Enfin, pour compléter les descriptions de mondes pour Spelljammer, Practical planetology se penche sur des planètes hors-classification. Nivil est la version donjoneuse de l’Anneau monde, un cercle de métal entourant son soleil, aux dimensions si vastes qu’il est possible d’y placer n’importe quel idée. Les conditions de vie sont optimales, pour toutes les espèces, seul petit problème; C’est la force centrifuge qui maintien une gravité à la surface de l’anneau, approcher à bord d’un spelljammer est donc une opération des plus complexes!

Torus est un tore, un donut semblable à Sigil mais avec une plus luxuriante végétation, sans démons ni célestes, bref, c’est plus sympa! La civilisation locale est celle d’une ethnie centaurine particulièrement sociale et raffinée, ayant des connaissances sur le spelljamming.

Plata est un disque ayant la particularité de n’avoir qu’une face affectée par sa gravité. C’est un monde où il est possible de rejouer Avatar (ou Pocahontas, même scénario), en opposant les Chilterik, des aarakocra divisés en nombreuses tribus, et des colons humanoïdes un peu belliqueux. Planète classique en dehors de sa forme, donc.

Voilà pour Practical planetology. On y puise ainsi quelques bonnes idées, en tout cas des setting prêts à l’emploi pour des mini-campagnes ou des one-shot. Les descriptifs sont suffisamment détaillés pour être employésdirectement, mais sont suffisamment standards pour une adaptation à n’importe quelle campagne Spelljammer.

Catégories : Peuples du Vide, Sphères de cristal | Un commentaire

Parnatuu, aux Faiseurs de ciel

Afficher l'image d'origine

Monolith par ShahabAlizadeh

Type de monde: Sphérique rocheux

Taille: D (diamètre équatorial de 4872km)

Rotation: 96 heures

Révolution: 824 jours

Lunes: Aucune

Population: 58 472 Forgeliers

Magie: Trame renforcée, magie profane dominante

Le monde de Parnatuu est un grand désert de sable, avec quelques bandes rocheuses sur lesquelles viennent se briser des tempêtes de moins en moins fréquentes. Plusieurs grands bassins poussiéreux semblent avoir abrité des mers peu profondes, et de larges canaux autour des pôles indiquent la présence de fleuves.

Le plus marquant concernant ce monde est son ensemble de monolithes sculptés, formant un vaste réseau recouvrant la surface. Les monolithes sont séparés les uns des autres de cinq kilomètres, aucun n’a été érodé par le temps, et les séismes ne semblent aucunement menacer leur équilibre. Ils possèdent une faible aura d’enchantement, mais sans commune mesure avec les effets qu’ils produisent.

Port d’accueil : Ur-Parnashalaat est ce qui s’approche le plus d’un port spatial, malgré ses dimensions réduites et ses cinq cent habitants. Les vents violents de la haute atmosphère limitent fortement l’usage des spelljammers, et les Forgeliers favorisent depuis longtemps les voies planaires liés à leur Porte des Ur-Kataï.

Une dizaine de spelljammers de moyen tonnage sont toujours disponibles pour les Ensorceleurs Dracostellaires, mais Ur-Parnashalaat reste un comptoir d’un accès peu aisé, au milieu d’une région particulièrement riche en sables mouvants. La communauté est dirigée par un vieux Draconite nommé Tior Kem’Nual, un mage de renom, ayant souhaité contribué encore un peu à l’expansion de la Maison Urst avant de partir rejoindre la Forge. Employant ses équipages pour effectuer des reconnaissances dans le système de Parnatuu, le Draconite espère cartographier tous les sites d’intérêts, pour les prochaines générations d’explorateurs.

Ressources : La planète offre aux Forgeliers qui la colonisent actuellement des richesses minérales, mais c’est essentiellement sa Trame magique renforcée qui représente son principal attrait.

Les Ensorceleurs Dracostellaires ne comprennent pas les grands principes de cette magie à l’échelle planétaire, mais profitent des conditions actuelles sur Parnatuu. Une nouvelle Forge a ainsi été assemblée sur ce monde, et elle puise dans la Trame planétaire afin d’engendrer de nouveaux Forgeliers. Plusieurs sanctuaires consacrent également leurs ressources à des recherches magiques difficiles ailleurs, comme le développement de nouveaux dracogrammes, ou l’étude de forces nouvelles, rencontrées pendant l’expansion du Second empire d’Ukan-Uramazakaal.

Cultures : De ceux qui érigèrent les monolithes de Parnatuu, très peu de choses sont arrivées à la connaissance des marqués de Maiashariith. Les ruines colossales laissent supposer qu’ils furent des Géants, d’une ethnie jamais rencontrée au sein des Sphères Connues, et qu’ils maîtrisèrent très tôt une forme de magie à l’échelle planétaire. Ils pouvaient voyager jusqu’aux Confins de leur Sphère, mais ignoraient tout du Phlogiston.

Les Ensorceleurs de la Maison carapaçonnée suivirent les indications de leurs alliés de la Guilde des Cartographes éthériques. Ils trouvèrent un monde riche en magie, à l’atmosphère saturée de gaz mortels pour les créatures organiques. C’est réellement à partir de Parnatuu que le Grand Draconite Kizias Lim’Tor entame l’expansion de ce qui deviendra rapidement le Second empire d’Ukan-Uramazakaal.

Contrairement aux autres mondes colonisés dans les Sphères Oubliées, celui-ci reste sous le contrôle exclusif de la Maison Urst, qui implante une Forge, et voit la planète devenir le nouveau grand sanctuaire lorsque Ur-Djianaï, dans la Sphère de Forge-mondes, basculera finalement à travers le vortex d’Avalterre, entamant dès lors sa chute vers la Grande nébuleuse étoilée de Kzvim.

De grands travaux ont été entreprit par les Forgeliers, qui aménagent de nouveaux sanctuaires, difficiles d’accès et se fondant dans l’environnement, afin de limiter les menaces extérieures à leur monde. Une nouvelle Porte est même en cours de construction dans les étendues rocailleuses du Pôle septentrional, elle est déjà entourée par les bâtiments d’une cité nommée Ur-Navastaa, qui sert aux Ensorceleurs Dracostellaire de terrain neutre pour discuter des affaires du Second empire d’Ukan-Uramazakaal avec leurs alliés Forgeliers. La métropole abrite un zocalo où s’échangent les produits des Sphères Oubliées, une garnison et un sanctuaire à partir duquel trois Draconites nommés les Langues ont en charge la bonne marche d’Ur-Navastaa

Sites notables : De son lointain passé, Parnatuu ne montre que des champs de ruines, indiquant malgré tout la présence d’une civilisation maîtrisant une magie puissante et possédant un certain raffinement se retrouvant dans ses restes architecturaux. La planète elle-même a clairement été refaçonnée, comme le faisaient les Junan au début de l’Âge des Légendes. Il apparaît en effet que les mers, lacs et fleuves qui occupaient autrefois une importante superficie, furent sciemment asséchés, leurs eaux canalisées par d’impressionnants ouvrages vers des gouffres donnant sur les entrailles de Parnatuu.

Le grand désert orangé, émaillé de hauts monolithes sculptés, offre ainsi une vision maîtrisée, par des êtres gigantesques, dont nul ne se souvient plus.

Les Monolithes noirs délimitent la région du Pôle austral, il en existe une centaine, plus haut que les autres et taillés dans une matière sombre inconnue. Les Forgeliers ne peuvent s’aventurer dans cette région, car de puissantes et soudaines décharges électriques jaillissent entre ces monolithes. Seules des protections magiques conséquentes permettent d’atteindre un groupe de quatre obélisques, encore plus massifs et positionnés exactement sur l’axe planétaire. Ils sont creux, aménagés de salles vides aux dimensions impressionnantes. Leurs murs sont recouverts des mêmes symboles que ceux gravés dans tous les monolithes de Parnatuu. Que voulaient accomplir les créateurs d’un tel dispositif? Nul ne peut l’affirmer, mais les Draconites en charge d’étudier ce lieu découvrirent que l’axe du monde était un véritable nexus de forces entremêlées. La décision du Grand Draconite Kizias Lim’Tor d’ériger un nouveau Portail planaire à l’exact opposé des Monolithes noirs fut ainsi décidé.

La Couronne équatoriale est un autre ensemble de monolithes se démarquant de leurs voisins, encore une fois par une plus grande hauteur, ici près de soixante mètres, et par des séries de runes différentes. Ici cependant, des constructions similaires achevées par des peuples anciens mieux connus permettent d’identifier les piliers d’un bouclier planétaire, comme ceux que les Reigar, et plus tard les Septerii, employaient pour repousser les Xix. Une douzaine d’Ensorceleurs Dracostellaires ont été assignés à la seule tâche de trouver un moyen d’activer une telle défense, car avec un atout tel qu’un bouclier planétaire, le nouveau sanctuaire Urst serait à l’abri de tout danger.

A ce jour, le lieu à partir duquel peut être levé le bouclier de Parnatuu n’a pas encore été découvert. Les immensités désertiques, sans cesse remodelées par les vents depuis des millénaires, n’aident en rien dans les recherches, mais il semblerait qu’une cité ancienne fut bien engloutie par les sables orangés, peu avant la fin mystérieuse de cette culture oubliée.

La Ruche pétrifiée est un lieu encore inconnu des Forgeliers qui s’établissent de préférence en surface. De nombreuses références sont sculptées dans les ruines que les Ensorceleurs Dracostellaires occupent, mais ces derniers n’ont pas encore entreprit de recherches précises concernant ce lieu légendaire, qui semblait inquiéter les Géants de Parnatuu.

La Ruche pétrifiée est une région souterraine, à plusieurs dizaines de lieues sous la surface, où une colonie de Xix vint se placer en sommeil pour des millénaires. De l’espèce connue des Reigar sous le nom de Dévoreurs de mondes, ces créatures sont hautes de cent mètres, pèsent des centaines de tonnes et peuvent littéralement dévorer une planète.

La récente venue des Forgeliers commence à éveiller les Xix, qui restent perturbés par le champ atmosphérique suscité par les monolithes. Ce n’est plus qu’une question de temps, avant que l’un d’entre eux ne prenne conscience de son environnement et se lance dans la remontée vers la surface, où la magie de Urst ne pourra rien face à une entité de l’Âge des Légendes.

Catégories : Les Sphères Oubliées | Tags: , , , | 3 Commentaires

Le Grimoire des Sphères [Extrait]

La magie est la force fondatrice des plus incroyables civilisations des Sphères Connues. Grâce à elle, bon nombre de mortels peuvent agir sur leur environnement, protéger les leurs face aux fléaux cosmiques, accroître leur connaissance du Multivers, et laisser de glorieux témoignages aux générations suivantes. Mais la magie est également outil de destruction, pouvant être manipulée pour briser des planètes, souffler des soleils ou anéantir des peuples entiers. Les avertissements quant à son usage ne manquent pas, et si les peuples anciens sont révérés pour leur grande maîtrise mystique, bien peu d’entre eux ont connus une heureuse et paisible destinée.

Le Grimoire des Sphères est un corpus de sorts profanes d’un usage commun à travers les Sphères Connues. De nombreuses influences y sont reconnaissables, mais bien souvent, les formes premières de ces écrits cryptiques ont été adaptées aux pratiques les plus courantes en vigueur parmi les peuples Prétendants. Le Grimoire n’a pas de forme physique définie, et selon les coutumes et particularités des différentes espèces partageant ce savoir, il peut prendre bien des apparences différentes. A noter également que les sorts décrits sont liés à l’Espace sauvage ou au Phlogiston, ils viennent ainsi en complément de ceux déjà publiés dans les suppléments officiels de la gamme.

Géode de Feu (Evocation)

Sort de magicien du 3ème niveau

Composants :

SM

Temps d’incantation :

5

Portée :

0

Zone d’effet :

Une Géode*

Durée :

1 round/ 3 niveaux

Jet de sauvegarde :

½ dégâts

Résistance à la magie :

Oui

Effets sensoriels :

Visuel +6

Le principe des géodes amplificatrices de sorts offensifs embarquées à bord d’un spelljammer remonte aux Âges sombres. Nul ne se souvient quel peuple ancien contribua à développer ce puissant atout tactique, mais pour bon nombre de peuples Prétendants, ce furent les elfes du système de Sehonid qui répandirent l’usage de ce type de sorts.

La Géode de Feu n’est qu’une variation parmi d’autres employant des énergies primordiales différentes. Elle permet au mage d’harmoniser son essence avec la structure d’une géode embarquée à bord d’un spelljammer, qui octroie un effet métamagique sur un sort de Feu. Le plus généralement, c’est la portée du sort qui est affectée, avec un bonus de +150% pour pouvoir atteindre un spelljammer à bonne distance.

Par exemple, un mage du 8ème niveau invoquant une Boule de feu (Ma3) après avoir incanté Géode de Feu bénéficiera d’une augmentation de portée lui permettant de toucher une cible à 540m (216m x 150%).

Transmigration millénaire (Nécromancie)

Sort de magicien du 8ème niveau

Composants :

VSM

Temps d’incantation :

9

Portée :

Toucher

Zone d’effet :

Une créature

Durée :

Spéciale

Jet de sauvegarde :

Annule

Résistance à la magie :

Oui

Effets sensoriels :

Auditif +8

Puissant sortilège des temps anciens, la Transmigration millénaire permet au mage de placer une créature dans une stase pour une durée de (niveau du mage) x1d100 années locales. Le corps se décompose normalement, mais se reconstitue sous l’effet de certaines conjonctions astronomiques définies au préalable. La créature ainsi régénérée subit un malus de -6 en Constitution et récupère cette perte en 1d6 semaines.

Mais le plus intéressant concernant ce sort est que l’âme de la créature transit bien via l’Astral et se manifeste sous une forme fantomatique dans les Plans Extérieurs. Ses moyens d’interagir restent limités mais après quelques années, il lui est possible de communiquer et de manipuler des objets. Les risques sont grands à évoluer ainsi sous cette forme, mais plusieurs sorciers durant les Âges sombres usèrent du procédé afin d’échapper à des rivaux, étudier auprès d’entités planaires puis revenir des générations plus tard, régner sur leur peuple. A noter que la magie divinatoire ne peut plus percevoir la présence désincarnée de l’entité sous l’effet de la Transmigration millénaire.

Souffle gravitationnel (Altération)

Sort de magicien du 4ème niveau

Composants :

VSM

Temps d’incantation :

6

Portée :

120m + 30m/ niveau

Zone d’effet :

Spéciale

Durée :

1 round/ niveau

Jet de sauvegarde :

Non

Résistance à la magie :

Non

Effets sensoriels :

En manipulant les courants gravitationnels alentours, le mage peut en façonner un nouveau servant ses intérêts. Il peut ainsi permettre à un spelljammer de (10 tonnes + 5 tonnes/ niveau) de glisser sur un tel courant, gagnant +2 sur sa vitesse de déplacement, ou inversement, de contraindre les navires l’empruntant de progresser à contre-courant, leur faisant alors subir un malus de -2 sur leur mouvement tactique.

Concassage d’astéroïde (Altération)

Sort de magicien du 5ème niveau

Composants :

VS

Temps d’incantation :

6

Portée :

80m + 20m/ niveau

Zone d’effet :

10m³/ 3 niveaux

Durée :

Instantanée

Jet de sauvegarde :

Non

Résistance à la magie :

Non

Effets sensoriels :

Visuel +8

En utilisant les forces gravitationnelles disséminées dans une ceinture d’astéroïdes, le mage peut faire éclater des morceaux de roche en fragments inoffensifs pour un spelljammer de moyen tonnage. Le sort ne fonctionne pas face à des planétoïdes dotés d’une enveloppe d’air, ou recouverts par une végétation luxuriante. Il fut grandement employé durant l’Âge des Conquérants, afin d’aménager les grands ports spatiaux de régions autrefois hostiles.

Une variation du Concassage d’astéroïde existe, affectant exclusivement l’enveloppe extérieure des Massacreurs. Mais au vue des dimensions conséquentes de ces entités minérales, seuls de très puissants mages peuvent espérer les vaincre par le biais d’un tel sort.

Œil de la sangsue spatiale (Enchantement)

Sort de magicien du 2nd niveau

Composants :

VSM

Temps d’incantation :

3

Portée :

0

Zone d’effet :

Le mage

Durée :

1 round/ niveau

Jet de sauvegarde :

Annule

Résistance à la magie :

Oui

Effets sensoriels :

Visuel +4

Les magiciens ayant eu à faire au fléau des sangsues spatiales s’intéressèrent à la puissante propriété de ces créatures, consistant à dérober des sorts dans la mémoire d’un timonier, sans guères se soucier de la complexité du sortilège ainsi subtilisé. Les puristes préciseront que les sorts ainsi absorbés ne sont que de pâles copies, mais leurs effets restent suffisamment similaires aux sorts originaux pour que plusieurs grands esprits créatifs ne cherchent à tirer parti de ce pouvoir.

Un Œil de la sangsue spatiale fait pousser sur le front du mage un œil pédonculé, identique à celui de la créature. Grâce à celui-ci, il peut absorber jusqu’à 1d3 niveaux d’un sort profane, qu’il doit pouvoir employer dans l’heure qui suit, en dépensant ses propres points de magie.

Il est impossible de mémoriser un sort ainsi dérobé, car il est stocké dans l’appendice magique. De la même manière, le mage n’a aucun moyen de sélectionner un sort dans la mémoire de la victime.

Grand filet Sluk (Conjuration)

Sort de magicien du 4ème niveau

Composants :

VSM

Temps d’incantation :

6

Portée :

60m

Zone d’effet :

Rayon de 9m

Durée :

1d4 rounds/ niveau

Jet de sauvegarde :

Non

Résistance à la magie :

Non

Effets sensoriels :

Visuel +6

Les algues spatiales connues sous le nom de Sluk ont la capacité de stopper un spelljammer en se développant en une nasse végétale hautement résistante et immunisée à la magie, exception faite de la cryomancie.

Le mage peut conjurer un amas d’algues Sluk de 1d10 x 10m², en sachant que pour chaque tranche de 1,5m², la nasse peut stopper 5 tonnes de navire. Un spelljammer en vitesse spatiale passe brutalement en vitesse tactique, il faut 1d6 +3 rounds pour dégager la coque d’un vaisseau du Grand filet Sluk, qui contrairement aux variétés naturelles, ne se reproduit pas.

Orbus anthropomorphique (Nécromancie)

Sort de magicien du 4ème niveau

Composants :

VSM

Temps d’incantation :

8

Portée :

Toucher

Zone d’effet :

Une créature humanoïde

Durée :

Permanente*

Jet de sauvegarde :

Annule

Résistance à la magie :

Oui

Effets sensoriels :

Visuel +8

L’on suppose que les Hybrideurs Vodanes furent à l’origine de ce sort, tout du moins de sa redécouverte. L’Orbus anthropomorphique transforme un humanoïde ordinaire en une créature cauchemardesque et pathétique. Si ses membres ne s’atrophient que légèrement, son crâne ne tarde pas à laisser éclore un œil livide et gluant, qui déchire son visage désormais inutile. La créature continue à vivre mais à l’état végétatif.

L’intérêt du sort réside dans le fait que la victime est désormais un Timon vivant, à l’identique d’un Orbus Tyrannœil. Il peut ainsi fournir 1 point de déplacement et mouvoir 5 tonnes de navire.

L’espérance de vie d’une telle créature est fort heureusement pour elle particulièrement réduite, ne dépassant guère 1d4 semaines.

De nombreuses variations existent pour affecter des peuples spécifiques, mais l’Orbus anthropomorphique reste le plus répandu à travers les Sphères Connues.

Souffle du dragon de mithril (Evocation)

Sort de magicien du 5ème niveau

Composants :

SM

Temps d’incantation :

7

Portée :

30m

Zone d’effet :

Rayon de 1m50

Durée :

Instantanée

Jet de sauvegarde :

½ dégâts

Résistance à la magie :

Oui

Effets sensoriels :

Visuel +6

Natifs de la planète Radole, les dragons de mithril ont été remarqués de bien des mages qui notèrent la singularité de leur souffle. Constitué d’une forme de lumière intense, le Souffle du dragon de mithril inflige 1d8+1/ 3 niveaux et nécessite deux jets de sauvegarde contre les souffles, le premier pour réduire les dégâts de moitié, le second pour ne pas être aveuglé durant 1d6 rounds.

Nébuleuse de Parvanathim

(Enchantement, Divination)

Sort de magicien du 3ème niveau

Composants :

VSM

Temps d’incantation :

5

Portée :

3m

Zone d’effet :

Spéciale

Durée :

1 round/ niveau

Jet de sauvegarde :

Non

Résistance à la magie :

Non

Effets sensoriels :

Visuel +6

Une amélioration du sort Planétarium (Ma2 – par Mark Doolan), Nébuleuse de Parvanathim fut développée par les Zamaron qui souhaitaient prendre en compte les phénomènes intrusifs dans leurs observations des systèmes planétaires.

Le sort fait apparaître une vision en temps réel de l’intérieur de la Sphère de cristal où se trouve le mage, incluant planètes, lunes, phénomènes cosmiques et même les mouvements cométaires. Par ailleurs, toute présence d’une taille équivalente à celle d’un spelljammer de 50 tonnes apparaît au sein de la Nébuleuse de Parvanathim, qui peut en matérialiser une image précise.

Catégories : Les Sphères Connues, Peuples des Courants éthériques, Peuples du Vide | Tags: | 6 Commentaires

La Sphère de Dreyk

L’orbe rouge sang de Dreyk se situe à l’extrémité d’un Courant éthérique excessivement violent, que les navigateurs désignent du nom de l’Ophidien. Le trajet depuis les Sphères Connues peut prendre deux mois, et bien peu de navires se risquent donc dans cette région.

Isolée, la Sphère de Dreyk se situe au cœur d’une vaste zone de brumes éthériques dominées par le Feu. Le fragile équilibre des gaz du Phlogiston est fréquemment rompu par des déchaînements pyrétiques, qui transforment les flux sur des centaines de lieues en un vaste océan de flammes.

Un unique passage permanent existe pour accéder au système planétaire de Dreyk. Les Syndarheem le nomment Tyoniriit’Parnuruu, la Spirale nocturne, car le passage semble avoir été comme foré par une force colossale, et une Sargasse se trouve au cœur même de cette voie de navigation. Les Capitaines expérimentés usent de vieilles cartes afin de suivre au plus près les étroits passages traversant le phénomène en épargnant leurs vaisseaux.

Mais la Spirale nocturne est également connue pour sa faune atypique, composée de mystérieux octopodes fait de ténèbres et émergeant aux abords de la Sargasse, pour attaquer les navires de passage. Liés à une dimension éthérée où prédomine l’Ombre, les créatures sont appelée Nocimi, elles ne semblent pas douée d’une conscience développée, mais peuvent enserrer un spelljammer de moyen tonnage pour l’emmener dans leur domaine.

La face intérieure de la Sphère est un vaste océan de brumes rougeoyantes et irrespirables, au sein duquel brûlent d’impressionnants brasiers de pure magie entropique. Agencés en constellations mouvantes, ces feux cosmiques influencent l’intensité du Vortex, tout comme ce dernier semble également avoir un lien avec les changements de configurations stellaires tous les mille ans.

Le système de Dreyk est dominé par le Vortex du même nom, véritable maelstrom d’énergie entropique affectant toutes les forces s’exerçant à travers les mondes de cette Sphère de cristal. Son rayonnement ne peut cependant rivaliser avec celui d’un véritable soleil, et une nuit éternelle règne ainsi sur ce système planétaire. Le Vortex de Dreyk est un phénomène cosmique affectant profondément les trames magiques, il influe également sur l’évolution des quelques espèces natives, qui ne se rencontrent nulle part ailleurs.

Les Syndarheem ont développés de nombreux mythes depuis leur arrivée dans cette Sphère de cristal. Selon eux, le vortex serait un passage menant au-delà des Orbes célestes, en un lieu où résideraient les Dieux des dieux. Ceux qui osent s’aventurer à travers les forces colossales de Dreyk n’en sont jamais revenus, mais les Syndarheem restent persuadés que comme les N’uru’N et leur Nexus des Eléments infinis, il leur faut apprivoiser les énergies cosmiques pour évoluer et devenir égaux de la Seldarine.

Vortex de DreykLe système de Dreyk est un ensemble d’amas de débris indiquant la présence de mondes plus importants en un passé éloigné. L’entropie du vortex s’étendant aux forces gravitationnelles, il y a fort à parier que ce furent ces dernières qui pulvérisèrent les anciennes planètes.

Les peuples anciens des Sphères Connues ne semblent pas avoir eu d’influence au sein de ce système, mais plusieurs cultures planaires se sont brièvement implantées au sein des amas d’astéroïdes, laissant derrière eux des sanctuaires à partir desquels la culture barbare des Syndarheem évolua rapidement. Bien que plusieurs influences antiques se distinguent, seuls les Yotoï restent connus par le biais de quelques gravures Kyrzaï. Peuple planaire natifs des Plans Primordiaux, Ceux qui observent le Chaos semblent avoir migré vers les Plans de la Roue ancienne, au cœur même de Reg’Naruu. Bien après, les Puissances elfiques de Dreyk établirent également leur domaine en ce lieu, mais nul ne trouva trace des mystérieux Yotoï. Ce sont pourtant bien eux qui forgèrent de grands sanctuaires protégés des effets entropiques du Vortex, au sein des planétoïdes d’Otroon-Galyrm.

Une autre influence ancienne a également marquée les puissants brasiers entropiques des Confins du système. Là, méconnus des Syndarheem et de leurs vassaux, se trouvent de grands palais forgés dans des métaux liquides. Les édifices dérivent au sein même des brumes toxiques, ils sont vides mais toujours imprégnés par une puissante magie primordiale. Nul ne se souvient du peuple qui vint explorer la face intérieure de la Sphère de Dreyk, mais leur grande connaissance de la magie entropique fut rassemblée en de vastes bibliothèques dont les ouvrages sont gravés sur des tablettes de métal vivant. Le clergé Dreyk de l’Arpenteur téméraire soupçonne l’existence des Palais mystiques, mais nul n’a jamais pu s’aventurer dans cette région particulièrement inhospitalière.

Au plus près du Vortex de Dreyk se trouve l’amas d’Otroon-Galyrm, territoire de la tribu Syndarheem des Ombremorts, dont les familles résident dans les anciens sanctuaires Yotoï. L’environnement de cette région est changeant, hostile à la vie et toujours excessivement dangereux pour les voyageurs, qui de fait, se font rares. Les Ombremorts n’emploient que très peu leurs nefs pour sillonner le Vide, et seuls les membres de la caste Natori peuvent braver les forces du Vortex. La tribu migre lentement vers les Plans Primordiaux, où elle prospère grâce aux sorciers de la caste Nitiri.

Nyataam-Velk est un ensemble d’astéroïdes partageant une même atmosphère, et bénéficiant d’une luxuriante végétation où la tribu Noctelune a su prospérer autour de la conception de spelljammers organiques. Malgré un environnement extrême et une culture ayant évoluée sous l’influence du Vortex de Dreyk, les Noctelunes restent les elfes les plus proches par leurs traditions des ancêtres qui abandonnèrent la Sphère de Sehonid.

Le peuple végétal des Pyoneel occupe également ce territoire et adopte les traditions Syndarheem. L’alliance des deux espèces s’oppose à l’expansion de Nyshaydama, la jungle vivante, qui cherche à se propager à tous les planétoïdes de la région, et tenta même par le passé d’étendre son influence dans les amas de débris voisins.

Jamaar-Juuna est le domaine des Dextre-dagues, une tribu du Vide puissante, belliqueuse, et puisant dans des planétoïdes riches en minerais pour forger des armes troquées aux autres tribus contre les ressources qui manquent au sein de l’amas médian. Tributaires des autres communautés Syndarheem du système, les Dextre-dagues sont parvenues, non sans mal, à asservir le peuple ancien des Kyrzaï, qui vivait dans cette région bien avant la venue des exilés de Sehonid. Désormais vassaux de leurs conquérants, les Kyrzaï conservent un fort désir d’indépendance, et possèdent leurs propres planétoïdes, où les Syndarheem évitent de se déplacer en groupes restreint.

Les Œil-ophidiens forment une tribu Syndarheem se regroupant autour du plus massif planétoïde subsistant au sein du système de Dreyk. Suffisamment éloigné du vortex, ce monde de Kuaj-Pyoroon bénéficie d’une enveloppe d’air naturelle extrêmement fragile mais permettant aux communautés de prospérer en surface. Il en va tout autrement du monde souterrain, où les Okilonn ont su adapter certaines variétés coralliennes qui fournissent ainsi une atmosphère stable, encourageant le développement d’une faune aux origines planaires. Les deux peuples ne communiquent pas, la majorité des passages menant vers Kuajapaï, la magiocratie Okilonn, sont interdits aux Œil-ophidiens, qui sont tournés vers l’adoration de Pyorom, une divinité encourageant le conflit et les troubles.

A l’extérieur du système de Dreyk se trouve la ceinture d’astéroïdes de Magim-Lahsaan, domaine tribal des Magestaan, qui conservent leurs traditions nomades et entretiennent la plus impressionnante flotte spatiale Syndarheem. Gardiens des connaissances prises aux Treel peu après le Grand Soulèvement, les Magestaan imposent fréquemment leur vision d’avenir aux autres tribus. Les puissantes sorcières tribales contrôlent le secret du corail Treel, capable de générer une enveloppe d’air, et assurant le développement de toutes les communautés Syndarheem du système. Les étranges coraux poussent de manière naturelle au sein de Magim-Lahsaan, mais seule l’intervention d’une sorcière Magestaan permet la survie des coraux dans les autres régions, grâce à un minutieux entretien.

Des liens tendus existent encore entre les tribus Syndarheem et les peuples des Sphères Connues, qui n’ont qu’une vague connaissance empreinte de rumeurs concernant la Sphère de Dreyk. Bien que leur réputation de sauvagerie perdure et inquiète bon nombre de seigneurs, les Syndarheem ne sont plus véritablement liés comme jadis, et n’envisagent aucune campagne de pillage de grande ampleur. Au contraire, les tribus évoluent lentement, douloureusement, autour de leur structure de castes et en étant entourés par des vassaux avides d’indépendance.

Alors qu’à l’époque du Grand soulèvement, la caste combattante Siriti dominait l’ensemble des tribus Syndarheem, ce sont désormais les sorciers Nitiri qui imposent leur volonté, et incitent leur peuple à évoluer. Magestaan, Ombremorts et Noctelunes étudient le passé, explorent les Plans Primordiaux ou font usage de la magie pour découvrir leur système. L’émergence de la caste cléricale des Natori apporte également les prémices de profonds changements, préfigurés par les traditions de la tribu Œil-ophidien. A terme, de profondes dissensions semblent inévitables entre les deux castes magiques, et qui pourraient même amener la fin des tribus Syndarheem. La seule force en mesure de contrebalancer ce sombre avenir pourrait bien prendre racine parmi les Riniri, ceux de la caste servante. Autrefois composée de métisses et de parias, elle a su développer ses propres traditions et combine désormais des qualités et connaissances inspirées des trois autres castes tribales. Parmi les Noctelunes ou les Magestaan, les Riniri sont considérés comme des égaux, et servent sans subir de menace émanant des autres castes. La position de certains servants égale même celle de puissants combattants ou sorciers.

Okilonn visagesDe leur côté, les Okilonn renforcent lentement leur position dans le système de Dreyk. Liés au minéral, ils manipulent aisément les forces primordiales et ne sont guère affectés par l’influence du Vortex. Leurs communautés sont présentes dans trois des cinq amas de débris, et une brillante culture se développe depuis longtemps dans les entrailles de Kuaj-Pyoroon. Bien moins agressifs que les Kyrzaï, les Okilonn perçoivent les Syndarheem comme des alliés temporaires et instables, avec lesquels ils n’ont en réalité guère de rapports. Des amitiés existent à titre individuel, et il semble évident que seuls les seigneurs tribaux les plus agressifs considèrent encore les Okilonn comme des vassaux.

Seules quelques communautés disséminées dans les amas extérieurs se sont adaptées au Vide, usant de connaissances anciennes pour façonner des nefs minérales, particulièrement redoutables face à celles, plus fragiles, des Syndarheem. Les Okilonn ne forment pas de flotte spatiale et sont généralement liés aux tribus les plus tolérantes, faisant du négoce et servant le plus souvent de lien avec les mages du Kuajapaï.

Les Kyrzaï de Jamaar-Juuna vivent dans d’anciennes forteresses spatiales abandonnées par un peuple oublié. Adaptés à l’apesanteur et à des conditions de vie extrême, les créatures ont rapidement évoluées, mais furent vaincues par les Syndarheem lorsque ces derniers vinrent explorer le système de Dreyk. Depuis cette époque, les Kyrzaï se regroupent et mobilisent leurs forces pour préparer leur libération. Les combattants de la tribu Dextre-dague surveillent avec inquiétude la moindre velléité d’indépendance parmi leurs vassaux, mais un sanglant conflit semble inévitable parmi les astéroïdes de Jamaar-Juuna.

Fréquemment considérés comme des bêtes sauvages, les Kyrzaï façonnent des armes rudimentaires, et leur artisanat reste limité à cause de ressources réduites. Leurs coutumes sont cependant bien développées, et même si l’apogée de la culture Kyrzaï semble perdue dans un lointain passé, ce peuple est un lien entre les cultures disparues et les Syndarheem.

Enfin, les Pyoneel de Nyataam-Velk sont nés d’un déchaînement excessivement violent de Pyoneel by derynnaythasvagues entropiques qui traversèrent tout le système, quelques siècles auparavant. Nés spontanément en même temps que la jungle vivante, les Pyoneel restèrent longtemps liés à Nyshaydama avant de découvrir les Syndarheem. Imitant les coutumes de ces derniers, ils se détachèrent de leur symbiose végétale, qui menaçait de les faire disparaître en tant qu’espèce, puis commencèrent à côtoyer les Noctelunes.

Généralement considérés comme des alliés plutôt que des vassaux, les Pyoneel vivent le plus souvent parmi les Bosquets où ils communiquent avec les essences favorites des Syndarheem. Etroitement liés aux forces naturelles de Nyataam-Velk, ils sont nés du Vortex de Dreyk, mais n’ont en réalité aucun lien avec ce phénomène cosmique. Leurs pouvoirs ont façonnés une philosophie proche de celle du Kuraa-Vacuu, tandis que leurs nouvelles traditions s’inspirent des coutumes Noctelunes.

Peu enclins à la violence, les Pyoneel forment un jeune peuple se plaçant volontiers sous la tutelle des Syndarheem. Ils ne quittent que rarement l’amas de Nyataam-Velk, et si cela se produit, séjournent à bord des Bosquets Noctelunes. Leur simple présence reste un atout majeur pour la tribu, qui sait pouvoir compter sur une alliance durable avec ces êtres végétaux.

Catégories : Sphères de cristal | Tags: , , , , , , , , , | 5 Commentaires

Sa’vasku… Des vaisseaux organiques dans un autre univers.

IMG_20160119_233204_1

Sa’vasku, pour le jeu de figurines Full thrust.

Mon blog Full thrust Reconquête ICI

Catégories : Peuples du Vide | 2 Commentaires

As’kaan, la Croisée multiverselle

Type de monde : Sphérique rocheux

Taille : G (diamètre équatorial de 138 547km)

Rotation : 89 heures

Révolution : 890 jours

Lunes : Jelessia, Plemissos, Ar’Komay, Sav’l’, Oorohn, Piel’k, Jorn’U’kaan

Population : 78 542 381 Askaari, 14 736 521 Sokaari

Trame magique : Tellur renforcée, magie divine dominante

As’kaan est un monde tellurique géant sur lequel s’exerce des forces planaires nombreuses et excessivement puissantes. Faunes et flores en ont depuis longtemps été altérées, et les peuples vivant à sa surface sont imprégnés par des énergies étranges.

Une unique masse continentale domine As’kaan, avec seulement quelques chaînes de grands lacs autour desquelles se sont développées de gigantesques métropoles. Quelques hautes montagnes résument les reliefs les plus marquants, mais dans son ensemble, la surface planétaire est une lande rocailleuse agrémentée de forêts et de plaines herbeuses.

Un très grand nombre de portails planaires ont altérés en profondeur les forces régnant sur As’kaan, et de nombreux phénomènes magiques sont ainsi présents depuis des siècles, engendrant de brusques changements climatiques et saisonniers.

Port d’accueil : Les Askaari entretiennent quelques ports spatiaux à la surface, mais leur culture est essentiellement tournée vers les Plans Extérieurs. Seules quelques petites cités isolées conservent une tradition tournée vers l’Espace sauvage, et malgré une certaine prospérité, elles sont considérées comme appartenant à une culture passéiste et sans véritable poids économique ou politique.

Regroupées autour du Lac de sel, les cités ont formées une alliance séculaire, la Ligue des Falaises blanches, qui est dominée par la métropole de Na’kaald, également nommée la Cité des perles salines. Avec sa population de vingt milliers d’habitants, elle compte comme la plus peuplée autour du lac, et son seigneur, le Sa’kaat Umoj Na’Kaald (Askaari ♂/ Négociant des Plans 12/ NB) représente la Ligue au sein du Sanakaan.

Avec ses quartiers en équilibre au bord d’une falaise haute de soixante mètres et dominant le lac, Na’kaald reste caractéristique de l’architecture Askaari, avec son absence de muraille ou autres ouvrages défensifs, ses ziggourats de pierre sombre et ses constructions à toits plats. Plusieurs cavernes à ciel ouvert sont accessibles par des rampes ornées de statues représentants les héros fondateurs de la Cité des perles salines. Une douzaine de niveaux souterrains forment autant de quartiers populaires et d’entrepôts, et un labyrinthe permet d’accéder au Temple des Cent deux lames, consacré à Jorn’U’kaan qui est le Saint-patron de la Ligue des Falaises blanches. Les prêtres sont les seuls à collecter les fameuses perles de Sel, dans des cavernes reliées au lac par des passages inondés. Liées au Plan Quasi-élémentaire du même nom, les Perles sont employées comme de puissants focus de sorts, et servent également de Timons pour les flottilles de spelljammers Askaari.

Trois fois par an, les habitants de Na’kaald forment de longues processions s’aventurant à travers le labyrinthe et venant jusqu’au temple célébrer les Rites salins avec les prêtres. Ce sont là des occasions de réconciliations politiques et d’alliances économiques.

Le zocalo, comme les autres bâtiments publics, est en surface. Il tient également lieu de port pour une vingtaine de spelljammers anciens, qui sont à quai dans de grands berceaux de pierre sculptée. Le marché de Na’kaald n’est pas le plus important au sein de la Ligue, mais il est traditionnellement utilisé par les délégations protocolaires et comme lieu où se concluent les pactes commerciaux. Une importante population Sokaari est d’ailleurs présente dans la cité, et la moitié des auberges sont patronnées par des négociants de ce peuple.

Les Askaari n’entretiennent pas d’armée de métier et les cités de la Ligue des Falaises blanches ne dérogent pas à cette coutume. Na’kaald maintien des alliances militaires avec trois compagnies de mercenaires Sokaari qui sont chacune spécialisée dans un domaine particulier. Les portails planaires étant rares dans la région du Lac de sel, la métropole ne peut compter sur des troupes planaires conséquentes, mais peut en cas d’urgence se tourner vers quelques tribus de Bariaures outreterriens, qui forment alors une force mobile et redoutable.

Ressources : As’kaan est un monde aux ressources nombreuses et uniques. L’influence planaire sur sa faune et sa flore en a fait un lieu où des milliers d’espèces ne se retrouvent nulle part ailleurs dans le Multivers. Bien entendu, la planète est connue pour ses passages dimensionnels qui abondent dans certaines régions. Les prêtres du panthéon Sokaari, en trois millénaires de dur labeur, n’en ont pas terminés de recensés et sécurisés ces conduits, portails et vortex ouvrant sur des réalités différentes.

Toute la culture Askaari, et dans une moindre mesure Sokaari, est basée sur l’usage des passages entre les Plans d’existence, les migrations planaires et les alliances avec de lointains royaumes. Tant et si bien que les civilisations des Plans Extérieurs comme celles des Plans Primordiaux se mêlent ici harmonieusement pour former la Croisée multiverselle.

Cultures : La civilisation Askaari est jeune, en comparaison des cultures anciennes se côtoyant sur As’kaan. Elle est née sur les vestiges d’une terrible guerre qui opposa les Puissances de l’ancien panthéon Ashokaan et qui amena la destruction d’un monde, de nombreuses étoiles, ainsi que d’un mythique second soleil. L’on suppose qu’Aoskar était jadis une divinité Ashokaan, et qu’il usa de son pouvoir pour éviter de basculer dans l’Astral avec les siens.

Les Askaari semblent avoir été une peuplade mineure au sein d’une vaste coalition de tribus et de clans plus belliqueux. Aucun vestige ne subsiste d’avant la guerre divine, et les prêtres de l’ancienne religion ne se penchent jamais sur cette époque de chaos absolu.

Quoiqu’il en soit, c’est Aoskar qui prend les Askaari sous sa protection, et les guide à travers les étendues dévastées de leur monde. Les plus anciennes légendes mentionnent les Sept, des gardiens célestes en charge de guider les rescapés vers des lieux propices à leur développement, et qui pourraient être les actuelles divinités Sokaari sous leurs formes mortelles.

En tant que Dieu des Portes, Aoskar favorise son peuple qui apprend à ouvrir et fermer des passages planaires. La trame magique d’As’kaan est alors si fragile que la Vie elle-même menace de s’éteindre, mais grâce à certains rituels, les Askaari parviennent à la régénérer en la liant à de nombreuses réalités.

L’Âge des Portes, c’est ainsi qu’est désigné l’ère légendaire durant laquelle les Sept permettent aux Askaari de fonder les grandes métropoles planaires qui feront la renommée de ce peuple. Cet âge s’étend sur près d’un millénaire et reste une référence pour ceux qui suivront. Le culte d’Aoskar prédomine et son clergé se structure rapidement. Dans le même temps, chacun des Sept encourage les métissages avec des peuplades planaires très différentes. Les métropoles s’étendent à travers les Plans de la Roue ancienne et dans bien d’autres réalités. Mais c’est le sang Askaari qui permet d’ouvrir aisément des passages planaires, et c’est lui qui maintien le lien entre les natifs d’As’kaan.

L’Âge des Arches débute avec une scission entre Aoskar et les Sept. Ces derniers ont acquis un grand pouvoir individuel et sont vénérés tels des dieux par les Askaari. Tandis que la Puissance ancienne encourage ses fidèles à explorer le Multivers, les Sept veulent imposer la culture Askaari comme une norme pour toutes les autres. Un siècle durant, les tensions ne cessent de croître, et de nombreux cataclysmes frappent As’kaan. Mais finalement, redoutant une répétition des événements du passé, Aoskar offre à ses anciens serviteurs les secrets de l’Ascension, ainsi que la responsabilité des Sokaari. De nouveau seul guide de son peuple, il devient une Puissance planaire extrêmement puissante, parvenant même à établir son culte dans la Cité des Portes.

L’Âge des Arches est également celle des magiciens, nés de la convergence de nombreux courants philosophiques, et exploitant les anciennes lignées planaires qui se sont mêlées au sang des Askaari. Ce sont eux qui bâtissent les Arches, des portails planaires formant une toile alimentant et se nourrissant des puissantes trames planétaires propres à la Sphère d’As’Kar.

Lorsque survient l’Âge des Voies, les Puissances Sokaari guident leur peuple vers As’kaan où la Guerre sanglante s’est rapidement propagée. Les cités sont en ruines et la trame planétaire est alors en train de subir la corruption des enfers. Les prêtres Sokaari interviennent aux côtés des Askaari, et leur alliance permet de repousser les hordes démoniaques vers Li’kaan. L’Âge des Voies débute ainsi par une ère sombre et tourmentée, mais apporte ensuite une prospérité sans précédent à toutes les communautés qui se reconstruisent rapidement.

L’Âge des Voies est cependant marqué par la destruction d’Aoskar. Son culte est rapidement supplanté par celui des Puissances Sokaari qui accèdent ainsi au Royaume planaire de la Grande Porte. C’est sous leur protection que les peuples de la Sphère d’As’Kar parviennent à unir leurs forces et former une brillante civilisation multiverselle.

Les Askaari forment une espèce aux caractéristiques particulièrement diversifiées. Les antiques lignages planaires ont laissés leur empreinte et une multitude d’influences se combinent de manière unique pour distinguer la culture Askaari.

De l’Âge des Portes subsiste sept différentes traditions nées de la volonté des anciens Gardiens célestes. L’arrivée des Sokaari et de leur panthéon a renforcée ces divergences culturelles et il est ainsi possible de parler de sept différentes civilisations.

L’Alliance planaire As’kaani est sans conteste la plus vaste et influente entité politique Askaari sur le monde d’As’kaan. Tournée vers son glorieux passé, l’Alliance est une coalition de soixante territoires dont vingt sont de nature extraplanaire. Elle regroupe en son sein un tiers des habitants de ce monde, et presque autant disséminés à travers les Plans. En ce sens, la culture propre à l’Alliance planaire est souvent identifiée comme étant l’instigatrice de la Croisée multiverselle, au détriment des six autres civilisations Askaari locales.

La capitale de l’Alliance est la métropole d’Ashalaan, la Cité du rêve divin, une ville abritant huit millions d’habitants, et triplant ce nombre impressionnant durant les célébrations en l’honneur de Jelessia, protectrice de l’Alliance et Mère des mythiques Askaani.

Un conseil, le Sanakaan, est rassemblé en permanence au sein de la Cathédrale As’kaani, il est composé de soixante-dix Pèlerins Sanctifiés, des différents seigneurs dont les territoires sont liés à l’Alliance, ainsi que par des représentants d’organisations et factions influentes. Les débats sont toujours très animés et une forte corruption règne dans les artères de la Cathédrale. Malgré tout, lorsqu’un danger menace l’Alliance planaire As’kaani, les membres du Sanakaan parviennent à s’accorder et font front commun.

Bien que la grande assemblée soit pour moitié composée d’adeptes profanes et d’entités planaires, l’Alliance est souvent considérée comme une théocratie vouée à Jelesia. La Cathédrale As’kaani est en effet consacrée au culte de l’Eternelle quêteuse, et tous les monuments d’Ashalaan sont marqués de symboles anciens liés à la déesse, mais si les Pèlerins ont bien un poids considérables dans la culture de l’Alliance, de nombreux aspects de cette dernière sont clairement dominés par les magiciens Askaari, très nombreux et divisés en sept voies rivales mais complémentaires. Une bonne moitié des territoires sont ainsi des magiocraties gouvernées par des Sa’nujaat, égaux des Archimages Septeri et pouvant mener des rituels à l’échelle de leur domaine. Ce sont également eux qui entretiennent les traditions remontant aux mythiques Askaani, qui suivirent les Sept et fondèrent Ashalaan. La question se pose souvent de savoir par quel biais Jelessia parvint à rendre vivaces des connaissances perdues de l’ère Ashokaan, mais tous les oracles s’accordent pour identifier les Askaani comme étant membre d’un peuple ayant précédé les Askaari.

Les autres domaines de l’Alliance sont gouvernés par des Pèlerins Honorés, d’anciens arpenteurs planaires ayant embrassés la Foi et sillonnant leur territoire de manière plus ou moins officielle, veillant au bien-être de leur peuple tout en observant les potentiels dangers. Une dizaine de domaines sont sous l’autorité d’individus ou d’entités dont le nom seul tient lieu de titre, leur influence reste mineure mais les ressources de ces régions extraplanaires sont primordiales à l’Alliance planaire As’kaani.

Comme dans la majorité des autres cultures Askaari, l’Alliance ne possède pas d’armée de métier mais s’appuie sur des compagnies de mercenaires mobilisés via le réseau des passages planaires en fonction de la menace. Les ouvrages défensifs n’existent pas non plus au sein du territoire, des ennemis pouvant sans mal emprunter des portes dimensionnelles afin d’investir les cités. L’Alliance planaire As’kaani favorise la diplomatie et le négoce, s’appuyant le plus souvent sur le jeu des alliances et des pactes pour dissuader les plus belliqueuses nations.

Une autre particularité propre à la culture Askaari est son refus d’employer une monnaie lui étant propre. La tradition du troc reste forte et prévaut parmi les territoires de l’Alliance planaire. Un complexe système de services et de valeurs des biens permet aux négociants de se baser exclusivement sur les ressources qu’ils peuvent réellement échanger. De nombreuses civilisations planaires n’ayant également aucun usage de monnaie, l’Alliance connaît une certaine prospérité depuis sa fondation.

L’Empire des Cendres Ashokaan est une autre civilisation Askaari tournée vers le lointain et mythique passé. Mais contrairement à l’Alliance planaire qui s’inspire des traditions anciennes pour bâtir une nation moderne et ouverte, l’Empire des Cendres puise dans la culture Ashokaan afin d’imposer son autorité au reste du Multivers.

L’Impératrice Synestilaal XXII est l’incarnation des voies anciennes et oubliées, qui amenèrent jadis le monde d’As’kaan à la ruine. Détentrice de pouvoirs faisant d’elle une rivale pour les Puissances du panthéon Sokaari, l’Impératrice des Cendres puise dans des forces planaires propres à la région sur laquelle son autorité est imposée. Ses prêtresses ont un contrôle absolu sur la dizaine de millions d’âmes vivant selon les normes des anciennes divinités Ashokaan. Pour assister l’Impératrice dans sa quête d’expansion multiverselle, les Sept Masques œuvrent sans relâche dans leurs grands sanctuaires afin de renforcer les rituels entretenant la Muraille de scories, une barrière magique séparant l’empire du reste de la planète. Les Masques sont des Vestiges, souvenirs à demi-oubliés d’entités autrefois puissantes, et nombre de sages estiment qu’ils sont les reflets de divinités anciennes, celles-là même qui provoquèrent la fin d’un monde et soufflèrent les étoiles. Chacun est également un Grand-prêtre vénérant Synestilaal et possède sa propre hiérarchie de servantes.

Au sein de l’Empire des Cendres Ashokaan règne de terribles conditions de vie pour des habitants qui sont rassemblés dans de grandes métropoles dont les quartiers sont fréquemment en équilibre entre les Quatre Piliers planaires, des dimensions pseudo-élémentaires forgées durant l’ère mythique des Ashokaan, et qui furent rouvertes un millénaire plus tôt par une ancêtre de l’actuelle Impératrice. Scories, Obsidienne, Cendres Ashokaan et Noire-vie sont les sources de puissance donnant sa force à l’Empire. Les Askaari de ce vaste domaine ont lentement évolués en se liant avec les mystérieuses entités de ces dimensions, et restent reconnaissables partout où ils se rendent.

Malgré tout, l’Empire des Cendres Ashokaan partage avec les autres civilisations Askaari des traditions communes, comme l’absence d’une armée de métier, ici remplacée par les forces pseudo-élémentaires déchaînées par le clergé et un important mercenariat puisant dans les hordes de créatures originaires de ces dimensions. L’Empire se refuse également à employer une monnaie, lui préférant le troc et la capture de ressources.

Synestilaal XXII est la troisième impératrice à tolérer une certaine ouverture vers les autres cultures d’As’kaan. Bien qu’elle recherche l’expansion de son domaine à travers le Multivers, elle sait devoir composer avec de puissants alliés pour fortifier ses frontières et préparer l’annexion de réalités difficiles à conquérir. Disposant d’un accès unique à des sommes de connaissances perdues, l’Impératrice des Cendres a plusieurs fois soutenue des actions communes menées par les Askaari face à des adversaires redoutables. Bien que les Quatre Piliers planaires lui offrent un pouvoir quasi-divin, sa force reste liée au monde d’As’kaan. Elle tolère ainsi la présence dans son domaine de fidèles des Puissances Sokaari, ainsi que d’autres entités planaires, en contrepartie de quoi ses propres prêtresses peuvent fonder de nouveaux temples à travers les territoires d’As’kaan.

L’Empire Xee’kaan est le fruit des explorations d’intrépides Askaari vers Xy’leek, la Ruche infinie. C’est Aoskar lui-même qui apparut jadis à celle qui deviendrait la première Impératrice Xee’kaan, pour la guider vers ce Plan de la Roue ancienne. De ce premier périple naquirent de nouvelles lignées planaires liées aux anciennes entités insectoïdes de cette dimension. Ceux qui poursuivirent l’œuvre de Xee’kaan ne firent que renforcer la puissance de ce qui devint un grand empire au milieu de l’Âge des Arches.

Les immenses étendues dominées par les Askaari du Xee’kaan forment une vaste savane à la flore endémique et où l’influence planaire de Xy’leek est partout. Les créatures insectoïdes sont nombreuses à se partager le territoire et forment une trentaine de domaines bien distincts. L’Impératrice Xee’sa’taan règne sur trois millions de sujets disséminés sur son territoire d’As’kaan, mais également à travers plusieurs dimensions. Autorité suprême et incontestée, elle règne par le droit de sa lignée, qui prévaut sur toute autre considération. L’Empire Xee’kaan est une matriarchie rigide dans laquelle les mâles n’ont qu’une faible part dans la vie politique, les plus favorisés par leur naissance se tournent fréquemment vers le négoce, mais l’empire est connu pour fournir une main d’œuvre importante et bon marché à ses alliés.

Les Puissances Sokaari sont vénérées par les Xee’kaan, mais le clergé reste une force mineure, alors que prévaut une forme ancienne de Génomancie semblable à celle des Xixchil des Sphères Connues. Seules les femelles des différentes espèces rassemblées dans l’empire peuvent prétendre au titre de Xu’laan, tandis que certains mâles puisent de manière instinctive et désordonnée dans cette tradition mystique ancienne.

Comme indiqué précédemment, la principale ressource de l’Empire Xee’kaan est sa main-d’œuvre corvéable à merci. Les Askaari au sein du territoire sont plus généralement des artisans qualifiés ou des maîtres d’ouvrages, mais la grande majorité des peuples insectoïdes se plient sans rechigner à la volonté de leur impératrice. Au besoin, cette puissance de travail peut rapidement former une armée disciplinée et très difficile à stopper. Les Xee’kaan préfèrent cependant s’en remettre à des mercenaires qualifiés pouvant être mobilisés par le biais des portails planaires au sein de l’empire.

Les Enclaves Sa’kaan forment un morcellement de petits territoires majoritairement dominés par des seigneurs Sokaari excessivement belliqueux et formant la principale puissance militaire sur As’kaan.

Pas moins de soixante-huit Enclaves existent et forment une coalition instable autour de meneurs charismatiques à l’espérance de vie écourtée. Seules les traditions Askaari permettent de lier durablement les Enclaves Sa’kaan autour d’une puissante caste cléricale vénérant Ar’Komay, le Rempart des Plans. La grande métropole de Kom’ashaan est surtout connue pour sa Cathédrale des Cent pavois, à partir de laquelle le Protecteur Sanctifié dirige en sous-main la politique des Enclaves Sa’kaan. Le clergé d’Ar’Komay est ici structuré en Ordres templiers maintenant la sécurité des rues de la cité, mais également des voies planaires liées aux Enclaves.

Le mercenariat est la principale ressource du territoire, et les domaines Sa’kaan sont connus et soigneusement évités pour leur instabilité permanente. Seulement quatre Enclaves sont de nature extraplanaires, elles abritent des populations Sokaari ayant jadis migrées et s’étant mélangées avec des peuplades locales. Contrairement aux Askaari qui voient les métissages comme une richesse, les conquérants Sokaari tendent à ostraciser ceux des leurs qui diluent leurs précieux lignages élémentaires. Cette différence entre les deux peuples est leur principale source de tension au sein des Enclaves Sa’kaan.

Les Seigneurs Sa’kaan étant des chefs de guerre maintenant leur position par leur prestige sur le champ de bataille, seul le Protecteur Sanctifié reste un interlocuteur rassurant pour les autres représentants des sociétés Askaari. Son prestige lui permet de tenir lieux d’intermédiaire et ainsi de favoriser ceux des Seigneurs Sa’kaan pouvant fortifier sa position.

Le Domaine des Arches est une grande nation de mages spécialisés dans la conception et l’entretien du vaste réseau de passages planaires faisant de la planète une croisée multiverselle. Magiocratie éclairée et tolérante, le Domaine rassemble quelques centaines de milliers d’individus sur As’kaan, et autant disséminés à travers les Plans de la Roue ancienne. Ses différents territoires sont gouvernés de manière indépendante par des Alat’aan, puissants Archimages dimensionnalistes qui se rassemblent régulièrement au sein du Grand cercle planaire.

Le Domaine des Arches accueil des congrégations de toutes les divinités Sokaari, ainsi que nombre d’autres cultes qui sont cependant rassemblés dans un même quartier, isolé du reste de la cité typique. Les affaires religieuses ne se mêlent jamais de la politique à l’échelle domaniale, bien qu’elles soient au cœur de la gestion urbaine. Chaque temple dispose de contrats le liant à différentes compagnies de mercenaires pouvant assurer la sécurité des métropoles. Lorsque les dissensions entre clergés prennent le pas sur le bon fonctionnement de la cité, le Grand cercle planaire mobilise ses Tu’nishaan, des magiciens disposant des pleins pouvoirs pour arranger les choses. Le châtiment pour les religieux impliqués dans les dysfonctionnements est la réclusion au sein d’une cage dimensionnelle, très semblable aux Dédales suscités par la Dame des Douleurs.

Le Domaine est en expansion grâce à son jeu d’alliances à travers les Plans de la Roue ancienne. Les Alat’aan représentent un pouvoir conséquent, tenant en respect les peuples les plus belliqueux et même certaines anciennes Puissances, qui doivent ainsi sceller avec eux des pactes pour accéder à la Croisée multiverselle. Le Grand cercle planaire est perçue par les Askaari comme une dangereuse organisation cherchant à imposer son autorité sur toutes les autres cultures planétaires. Les Alat’aan se considèrent comme seuls héritiers des anciens Askaari en ce qui concerne le savoir mystique lié aux Arches. Ils partagent les bienfaits du réseau planaire qu’ils entretiennent, mais peuvent à tout moment sceller un passage, isolant ainsi un territoire contestant son autorité. Le Domaine des Arches fut stratégiquement fondé au cœur même du réseau ancien et peut difficilement être menacé par des ennemis cherchant à l’approcher. Les structures physiques des passages sont fortifiées, occupées par des compagnies de mercenaires, mais surtout défendues par les Alat’aan eux-mêmes.

L’Ethérium est une petite nation Sakaari ayant su imposer sa propre culture magiocratique, profondément inspirée par l’influence mystique Sokaari. Le culte de Nielvos est très influent au sein de cette nation tournée vers l’Ethérée et les dimensions qui lui sont liées. Le Conseil des Moires est l’instance dirigeante, elle regroupe les seigneurs dirigeants d’une douzaine de provinces sur As’kaan, et autant disséminées à travers l’Ethérée. Tous sont des Archimages élémentalistes ayant développés des traditions mystiques leur permettant d’unir leurs forces dans de puissants rituels.

Bien que l’influence Sokaari soit prédominante au sein de l’Ethérium, les membres de ce peuple restent peu nombreux et sont généralement cantonnés à des rôles subalternes au sein de la hiérarchie cléricale. Beaucoup sont les descendants d’une grande vague migratoire en provenance des Confins, et forment une population de serfs et d’artisans. L’équilibre entre les dirigeants Askaari de la magiocratie et le peuple Sokaari peut sembler fragile, mais l’Ethérium a su façonner sa propre culture faite de contradictions et de forces nouvelles. Qui plus est, le domaine connaît une certaine prospérité depuis près d’un siècle, ses mages encourageant les déplacements et l’exploration de nouveaux territoires. Plusieurs alliances avec certains Clans Ku’noon de la dimension des Moires Nielvosii permettent en outre de pouvoir mobiliser des ressources planaires conséquentes, ainsi que des troupes en cas de nécessité.

Le clergé de Nielvos est regroupé dans la grande capitale de Nalashaan, la Cité des Moires, qui est perpétuellement plongée dans des brumes magiques et à partir de laquelle il est aisé de s’aventurer sur la Bordure éthérée. Plusieurs de ses quartiers sont d’ailleurs bâtit en équilibre sur cette frontière planaire et donnent de nombreux accès aux régions élémentaires. Le Saint Patriarche est en charge de l’église nielvosii de l’Ethérium, il est également membre du Conseil des Moires et sert d’ambassadeur avec les Clans de la dimension des Moires. Traditionnellement, il est choisi parmi les Honorables Patriarches Sokaari mais peut parfois être Askaari. Tandis que les Archimages de l’Ethérium se consacrent le plus souvent à leurs recherches ésotériques, c’est le Saint Patriarche et son église qui se préoccupent des affaires du domaine et veille à exalter le peuple durant de nombreuses célébrations liées aux Moires et à la multitude de dimensions vers lesquelles elles mènent.

Le Zocalo Askaari est une jeune culture planaire née d’une brève alliance entre toutes les civilisations Askaari d’As’kaan. D’anciens Arpenteurs des Plans furent inspirés par la création du Marché multiversel, et rassemblèrent autour d’eux de puissants alliés. Très vite, nombre de traditions se cristallisèrent, essentiellement d’origines Askaari, et le Zocalo finit par être identifié telle une culture à part entière.

Le culte d’As’Kaan prévaut au sein du grand marché qui fait un grand usage des Voies As’kaanii, mais qui se développe également par le biais d’autres passages dimensionnels. La jeune nation se révèle particulièrement vigoureuse et dynamique, tournée vers une expansion et l’intégration de nouvelles peuplades désireuses d’explorer le Multivers. Avec des traditions nomades amenant les communautés à se déplacer d’un monde à l’autre, les Askaari qui sont majoritaires au sein du Zocalo ont imposés leur culte ainsi que les coutumes mystiques propres à As’kaan.

Chacune des communautés appartenant à cette culture est menée par un Grand négociant planaire, membre du clergé d’As’Kaan ayant la capacité d’ouvrir les passages entre les mondes. Des mercenaires sont mobilisés avant chaque déplacement de la communauté, mais depuis quelques décennies, plusieurs espèces liées au Zocalo préfèrent se défendre par elles-mêmes.

Bien que le Marché multiversel se cantonne encore aux Anciens Domaines Reigar et leurs mondes riches en ressources, les enseignements de l’église As’Kaanii poussent les fidèles à se contenter de haltes avant de poursuivre l’exploration du Multivers. La notion de commerce reste ainsi secondaire face aux dogmes de l’église, bien que ce biais permette à toutes les communautés du Zocalo de prospérer et de partager facilement.

Plusieurs grandes haltes jalonnent le cheminement des communautés nomades, ce sont parfois de simples lieux aux conditions climatiques tolérables par tous, mais plus fréquemment, ce sont des cités anciennes restaurées au fil du temps. La métropole As’kaan de Talmashaan est connue pour être la capitale officielle du Zocalo Askaari, elle abrite les témoignages de toutes les peuplades liées par la culture du Marché multiversel, sous la forme de grandes dalles sculptées présentant l’histoire de chacune depuis son ralliement au mouvement religieux d’As’Kaan.

Sites notables : As’kaan est une énorme planète tellurique riche en lieux exceptionnels et uniques. En dehors des grandes civilisations Askaari, un très grand nombre de peuples planaires ont fondés des enclaves au sein desquelles règnent des lois naturelles différentes.

Kalid’saan est une métropole tentaculaire bâtie sur les ruines d’une cité plus ancienne remontant à l’Âge Ashokaan. Elle fut ravagée à maintes reprises par des hordes infernales, et un bon tiers de ces deux cent milliers d’habitants est composé de Tieffelins héritiers de cette brutale époque.

La Cité aux saphirs chantants est depuis un siècle le cœur d’une culture tournée vers la vénération des Puissances Sokaari et l’expansion à travers un grand réseau de Portails planaires. Officiellement rattachée à l’Alliance planaire As’kaani, la cité conserve une grande indépendance et cherche à devenir le creuset d’une nouvelle civilisation métissée par de jeunes lignées infernales. Le Sa’kaat Yorim Ka’nysaal (Tieffelin ♂/ Magicien des Portes 18/ Conquérant/ NM) règne sur le peuple en agitant régulièrement la menace d’un retour des hordes démoniaques. Entouré de conseillers aux ascendances orientées vers les Gastes grises, le seigneur cherche à renforcer son propre réseau de passages planaires en altérant la magie ancienne pour les tourner exclusivement vers les Plans Inférieurs, où de nombreux alliés attendent de pouvoir revenir sur As’kaan.

La métropole de Kalid’saan est faite de rues étroites et sinueuses, de brumes acides et d’ombres mouvantes. Nul ne se souvient des divinités anciennes qui présidèrent à sa construction, mais même les plus redoutables magiciens craignent les forces tapies dans les ténèbres sous les venelles de leur cité. Le surnom de Cité aux saphirs chantants vient d’une mine sur laquelle furent érigés les plus vieux bâtiments, elle renferme encore des pierres imprégnées par une singulière magie les faisant tinter à l’approche de toute force extraplanaire. Certains artisans ont appris à tailler ces gemmes de manière à produire de véritables harmoniques. Les mages de Kalid’saan usent également des saphirs chantants comme base pour leurs sorts d’abjuration.

Les Plaines changeantes forment une vaste région équatoriale n’ayant jamais été réclamées par aucun seigneur Askaari. En ces lieux, des forces planaires s’exercent librement et de manière erratique, aucun portail n’y a été découvert, mais la trame magique semble profondément altérée, amenant plusieurs réalités à se superposer en alternant l’intensité de leur présence. Le phénomène provoque la fusion temporaire de différentes réalités alternatives, plutôt que de dimensions différentes, mais étrangement, aucune civilisation ne se manifeste à travers les changements parfois brutaux de paradigmes.

Ceux qui s’aventurent à travers les Plaines changeantes n’en reviennent jamais, aucun oracle n’est en mesure de retrouver leur trace, et même les Puissances Sokaari apparaissent comme démunies face aux disparitions dans cette contrée.

Quelques voyageurs en émergent pourtant, ce sont fréquemment des Askaari, mais qui ne sont originaires d’aucune culture connue sur As’kaan. Ils meurent tous rapidement, leur corps subissant de violentes contraintes intérieures, mais certains ont pu parler de leur réalité d’origine, souvent très semblable au Réel, mais avec toujours des variations historiques. Il est intéressant de noter que tous mentionnent un cataclysme Ashokaan et trois âges majeurs. Mais pour certains, des hordes infernales ont conquis As’kaan, pour d’autres, les Puissances Sokaari n’existent pas.

Faune et flore ne se développent pas dans les Plaines, qui sont essentiellement des étendues arides et rocailleuses, avec parfois une forêt de cristaux venant rompre la ligne d’horizon.

La Spire inachevée est un autre lieu marquant sur As’kaan, il s’agit d’un vestige de l’ère Ashokaan, pratiquement la seule construction qui survécu au cataclysme ayant résulté de la guerre divine d’alors. Nul ne se souvient de la fonction de la Spire, qui semble avoir poussée à partir des entrailles du monde, mais le parallèle avec son pendant en Outreterre est inévitable.

A deux milliers de mètres, la Spire d’As’kaan semble avoir subie un déferlement d’énergie élémentaire ayant fait exploser son sommet. D’énormes débris maçonnés disséminés dans la région indiquent qu’une ville de petite taille devait se trouver en hauteur.

De nombreux mages Askaari viennent dans la région sauvage pour y découvrir des enseignements mystiques gravés dans les parois de la Spire inachevée. La somme de connaissances est considérable et n’a pas encore été intégralement traduite de l’ancien dialecte Ashokaan. Quelques petits sanctuaires ont été bâtit aux alentours de la base de la Spire inachevée, mais une faune planaire extrêmement hostile rend l’installation de communautés particulièrement périlleuse. Les fidèles des Puissances Sokaari ne s’aventurent jamais en ces lieux, des interdits liés à leur culte les tiennent à l’écart de la Spire et ceux qui outrepassent les commandements divins sont sévèrement sanctionnés.

Pour un monde tel que As’kaan, la Spire inachevée est étonnement peu imprégnée d’énergies planaires. Ouvrir un portail n’est possible qu’à une centaine de lieues de sa base, et les plus puissants sortilèges du répertoire dimensionnaliste Askaari n’ont aucun effet dans la région.

Jelessia

La petite lune-océan de Jelessia est considérée tel un havre pour les Askaari qui viennent dans les archipels lunaires afin d’y trouver quiétude et délassement. Les terres émergées se résument à quelques îles sablonneuses recouvertes par des jungles giboyeuses. Une unique Arche sous le contrôle de l’Alliance planaire As’kaani, permet d’accéder à l’île principale de Sa’tunaal, où se trouve également la seule cité de cette lune.

Un temple consacré à Jelessia rassemble soigneuses et guérisseurs formés à travers les Plans et disposant d’une incroyable pharmacopée extraplanaire, ainsi que de plusieurs reliques majeures. Il accueille les blessés ayant défendu la cause divine et plus généralement ceux ayant combattu pour les peuples d’As’kaan contre des forces extraplanaires. Le Pèlerin Honoré Tyolit Ja’naat (Sakaari ♂/ Prêtre des Sphères [Sokaari] 14/ NB) est en charge du temple, de la cité et des affaires lunaires. Ancien Arpenteur des Plans, il veille à ce que les héros ayant œuvrés pour le bien du plus grand nombre soient amenés sur Jelessia pour y recevoir toute l’attention de ses gens.

Plemissos

La vaste prairie aux herbes bleues qui recouvre la surface de Plemissos est un domaine où le Gardien des Vortex aime à errer en adoptant la forme d’un animal géant. Au sein du panthéon Sokaari, Plemissos est la divinité incarnant le concept de Nature, et sa charge consistant à protéger les vortex planaires apparaît clairement à la surface de la petite lune où se manifestent en grand nombre des passages éphémères vers les Plans Primordiaux.

Le fragile équilibre des forces lunaires est préservé par la volonté divine, qui limite ainsi l’influence des éléments étrangers. Les vortex s’ouvrant cependant sur Plemissos sont particulièrement stables, et mènent toujours à destination, ils se nourrissent de la trame lunaire particulièrement intense mais affectant uniquement les forces élémentaires.

Un grand temple souterrain dédié à Plemissos accueille les nombreuses congrégations Askaari mais également Sokaari, qui viennent au plus près de leur divinité afin de trouver leur place dans le Multivers.

Ar’Komay

Le Bastion lunaire de Ko’saraan est une vaste place-forte recouvrant un tiers de la petite lune aride d’Ar’Komay. Jadis le plus grand temple du Rempart des Plans, sa destruction amena les fidèles à déserter les lieux. L’astre est marqué par une large zone de magie morte et sa flore déjà fragile à l’apogée du règne divin se voit réduite à quelques essences résistantes.

Plusieurs compagnies de mercenaires Sokaari ont établis leur campement dans les ruines de la forteresse, ses dimensions sont telles qu’il est rare que des soldats de différents régiments se croisent.

Les fidèles d’Ar’Komay ont abandonnés plusieurs grandes armureries témoignant d’une époque troublée. Bon nombre des armes abandonnées sont imprégnées par des énergies magiques pouvant affecter les créatures infernales, l’ennemi d’alors. Des caches renferment des reliques de l’ancien culte et nombreux sont les aventuriers à risquer leur vie face aux pièges mécaniques toujours en place dans le dédale du Bastion.

Les anciennes Portes planaires ont pratiquement toutes été scellées avec l’apparition de la zone de magie morte, certaines parmi les plus anciennes subsistent encore mais sont difficiles d’accès, isolées dans des secteurs de la forteresse où de redoutables créatures ont élues domicile.

Sav’l’

Si le monde d’As’kaan est appelé la Croisée multiverselle, la petite lune nommée Say’l’ est pour sa part désignée du nom de Porte divine. L’ancien domaine lunaire du Seigneur des Portes est en effet le principal accès menant au Royaume outreterrien de la Grande Porte, là où vivent les divinités Sokaari et où se rendent les âmes des habitants de la Sphère d’As’Kar.

Bien entendu, la Porte divine est également un lieu de grand renom, cependant inaccessible au commun des mortels. Les Say’anaraal veillent sur le passage, qui prend la forme d’une porte à double battants, haute de soixante mètres, et par laquelle filtre une lumière divine. Les gardiens sont au nombre de sept, ils sont les derniers représentants d’une espèce draconique native d’As’kaan. Imprégnés depuis trois millénaires par les forces de leur monde, les Say’anaraal sont fréquemment considérés comme des Quasi-Puissances liées au panthéon Sokaari, mais le plus souvent perçus comme les héritiers du pouvoir d’Aoskar lui-même.

Say’l’ est une lune montagneuse, dont les cols étroits sont battus par des vents glacés et puissants. Une faune de dangereux prédateurs rôde dans les régions aux températures les plus clémentes, et les voyageurs peuvent trouver de nombreux abris, dans des ruines datant de la mort du Seigneur des Portes. Les temples sont nombreux, accueillant encore parfois de petites communautés, et plus souvent des ermites avides de solitude.

L’existence d’un passage physique vers le Royaume de la Grande Porte fait que les fidèles des Puissances Sokaari ont conscience de la réalité de leur au-delà. Le Domaine des Opportunités est pour eux une récompense tangible, et bien nombreux sont ceux qui deviennent Arpenteurs des Plans pour avoir un aperçu de ce qui les attends à leur mort. Les Say’anaraal ont une liste de noms transmise par les Puissances Sokaari, seuls les mortels inscrits sur celle-ci peuvent passer physiquement la Porte divine, puis revenir sur As’kaan. Malgré tout, les pèlerins sont massés aux abords des battants fermés, espérant une manifestation de leurs divinités.

Oorohn

La froide lune du Guide des âmes est formée d’une roche noire, anormalement glacée. Durant les guerres qui opposèrent Askaari et créatures des enfers, de puissants magiciens vinrent là façonner des armes à partir d’un minerai unique, le vil-froid. La majorité des forges subsistent, mais sont abandonnées depuis la destruction d’Oorohn par les fiéllons.

Astre silencieux et hanté par les murmures des âmes des derniers fidèles du Guide des âmes, la lune est employée comme une nécropole par plusieurs civilisations Askaari, et comme un lieu d’étude par les mages de l’Empire des Cendres Ashokaan, qui emploient plusieurs passages naturels vers leurs Quatre Piliers planaires.

Piel’k

Le domaine du Faiseur de Sceaux est un astre vibrant d’une vie studieuse, où les grands sanctuaires indépendants abritent des sages renommés au-delà de tous clivages culturels. Les Sept sanctuaires du Faiseur attirent adeptes profanes comme fidèles des Puissances Sokaari, tous suivant les mêmes enseignements autour de l’élaboration des Sceaux.

La lune est une succession de plaines herbeuses et de collines, avec de petites cités s’accrochant au prestige des sanctuaires sacrés et de leurs Arches parfaitement verrouillées. Un réseau de portails dimensionnels permet de se rendre d’une agglomération à l’autre en quelques instants, mais un seul passage donne accès à une grande étendue désertique sur As’kaan.

De nombreux mages ont élus domicile sur Piel’k, appréciant les conditions climatiques et l’isolement loin des métropoles cosmopolites du monde proche. Ils attirent à eux aventuriers et puissants seigneurs désireux de s’attacher leurs services, ce qui a depuis quelques décennies amené l’émergence d’une caste d’aubergistes et autres marchands profitant d’illustres personnalités pour mener à bien leurs affaires.

Piel’k est également la seule lune d’As’kaan à posséder un port spatial conséquent, véritable lieu de rassemblement pour tous les Sokaari se préparant à débarquer sur le monde voisin. Piel’asaad héberge vingt milliers d’individus, et six fois plus durant les marchés saisonniers calés sur l’arrivée de marchandises en provenance de la Couronne Sokaari.

Jorn’U’kaan

Bastion de la Foi militante, la petite lune est recouverte par une savane bleutée défigurée par de nombreuses failles desquelles s’échappent des fumeroles toxiques. Plusieurs dizaines de grandes forteresses abritent les Garnisons planaires d’Ukaan, qui forment l’unique corps militaire exclusivement Askaari connu, la Légion Ukaan. Théocratie indépendante et source d’inquiétude pour les peuples d’As’kaan, la Foi militante mobilise régulièrement ses forces pour frapper durement les cités infernales sur le monde proche de Li’kaan. Le Pourfendeur sanctifié, représentant du Fléau des fiéllons dans la Sphère de cristal, est le guide des quelques dizaines de milliers de légionnaires et de novices formant sa congrégation. Rarement convié aux assemblées où se retrouvent les patriarches des différentes religions Askaari, il entretien cependant une relation diplomatique avec le Protecteur sanctifié et de nombreux seigneurs des Enclaves Sa’kaan.

Jorn’U’kaan étant considéré comme une Puissance mineure et querelleuse, les autres cultes planétaires tendent à isoler les adeptes de la Foi militante sur leur petite lune, où de terribles rituels démoniaques sont employés par une caste de sorciers, les Jo’noor. En effet, la Légion Ukaan ne dispose pas de flotte spatiale, et leur divinité n’a pas la force nécessaire pour maintenir des passages planaires vers Li’kaan. Un compromis fut donc trouvé par le prédécesseur de l’actuel Pourfendeur sanctifié, qui libéra lui-même des sorciers asservit par les démons des Malfosses béantes, afin d’en faire une caste vouée à Jorn’U’kaan. Les Jo’noor peuvent ainsi maintenir des malfosses ouvertes en sacrifiant une part de leur essence vitale, réduisant ainsi grandement leur espérance de vie mais permettant à la Légion de frapper directement à la source du Mal.

 

 

Catégories : Les Anciens Domaines Reigar, Les Plans de la Roue ancienne, Les Plans Primordiaux | Tags: , , | 6 Commentaires

Propulsé par WordPress.com. Thème Adventure Journal.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 227 autres abonnés