Magie éthérique et Rituels stellaires

Force primordiale imprégnant chaque aspect du Multivers, la magie domine toutes les nations du Vide, et sa maîtrise sous une forme ou une autre permet de distinguer les êtres exceptionnels du commun des mortels. Certains peuples s’avèrent plus sensibles que d’autres, et se distinguent souvent par l’influence qu’ils ont par la suite sur ceux qui leurs succèdent, il en va ainsi des Reigar ou des Zamaron. Mais la magie peut être de nature profane, ou mortelle, impliquant alors des individus ordinaires ayant un lien avec les énergies environnantes, ou bien divine, qui se voit octroyée par les Puissances des Plans Extérieurs, mais également par de nombreuses entités parvenues à un stade supérieur de leur évolution. De grandes magiocraties naissent, puis s’effondrent, car les forces mystiques offrent un pouvoir illimité, sans limite, mais entraînent inexorablement la chute de ceux qui pensent pouvoir en user sans considération ni contrôle de soi. Bien des sages estiment que tout est magie au sein des Sphères, et que sans cette force, aucune espèce ne pourrait évoluer ni s’élancer vers les étoiles.

Les Sphères Connues
Les Sphères Connues abritent des centaines, si ce n’est des milliers, de pratiques et traditions magiques différentes. Rares sont les régions du Phlogiston où les connaissances remontant à l’Âge des Légendes se sont autant diversifiées. Deux grands courants philosophiques se distinguent cependant, avec pour chacun une multitude de variations, mais des fondements semblables. Les adeptes de la magie Kuraa, qu’ils soient magiciens, ensorceleurs, enchanteurs ou nécromants, puisent dans des forces imprégnant le Plan Matériel Primaire, des énergies complémentaires, qui ont une part dans la cohésion de cette réalité. Ce sont les pratiquants de la Haute-magie en vigueur dans l’Empire Septer, les élémentalistes des Fontaines stellaires ou encore les Shugenja Lao. A l’opposé se trouvent les adeptes de la magie Vacuu, qui implique pour sa part de façonner sorts et rituels à partir d’énergies étrangères au Plan Matériel Primaire. Ces forces peuvent parfois apparaître comme bénéfiques au plus grand nombre, mais elles concourent à défaire la cohésion de la réalité. Les Hautes-sciences junanes, tout comme les Rituels interdits, et dans une moindre mesure, la Sorcellerie valorienne, sont des principes ésotériques dont les paradigmes menacent la réalité.

Cette opposition philosophique se cristallise au sein des Sphères Connues durant l’Âge des Conquérants. Les Zamaron et leurs héritiers inculquent aux jeunes peuples du Vide les principes Kuraa, qui deviendront par la suite la norme de cette région du Phlogiston, tandis que les Clydön imposent la puissance de leur sorcellerie Vacuu, que même leurs alliés Baatezu apprendront à redouter.
Le Grand Soulèvement en 9594 ci voit s’éteindre la majorité des écoles mystiques soutenues par une philosophie de type Vacuu. L’Empire des Soixantes Sphères est pillé, et dans le même temps, plusieurs magiocraties Kuraa en profitent pour éradiquer les dangereuses traditions de leurs adversaires.

Régulièrement cependant, des aventuriers insouciants retrouvent des traces de rituels oubliés, et les diffusent à travers les Sphères Connues, avec pour résultat à plus ou moins long terme l’émergence de nations puissantes, détentrices de dangereux sortilèges Vacuu.

La Sorcellerie valorienne
Communément répandue au sein du Triangle Radiant, la Sorcellerie valorienne est basée sur la conjuration de nombreuses entités, essentiellement originaires des Plans Inférieurs, mais elle a su s’étoffer avec l’expansion apparemment sans limite des communautés valoriennes à travers les Sphères Connues. Certaines branches se consacrent ainsi à la conjuration d’entités natives des Plans de la Roue ancienne, d’autres se spécialisent dans l’appel de créatures du Royaume Lointain, et suivent ainsi des rituels Vacuu.

Bien que certains Sorciers valoriens soient particulièrement puissants et redoutables, cette discipline magique est fréquemment perçue comme primitive et peu digne d’intérêt. Ceux qui s’en réclament les héritiers font face à un certain mépris de la part d’adeptes d’autres voies magiques. Les différentes traditions valoriennes sont en effet les creusets de nombreuses influences plus anciennes, mais retranscrites pour êtres accessibles aux membres des jeunes peuples de l’Âge des Prétendants. Le grimoire d’un Sorcier valorien compte ainsi un très grand nombre de conjurations peu puissantes, mais terriblement efficaces dans le moment, contre très peu de rituels complexes.

La Sorcellerie valorienne est peu pratiquée par les puristes en quête de sortilèges élaborés, mais connaît toujours un vif succès parmi les adeptes profanes cherchant l’efficacité et la diversité des sorts.

Les Voies mystiques Syndarh
Les origines de la magie Syndarh se perdent dans les brumes des Âges Sombres. L’influence Nariac est omniprésente, mais se teinte de rites Zamaron et d’une forme de magie clairement puisée à travers les Plans Primordiaux.
On peut distinguer trois grandes Voies mystiques toujours en usage parmi les Syndarh des Sphères Connues. La Voie Seldan’arh’Shelm est celle enseignée par les Puissances de la Seldarine à leurs fidèles, elle comprend de nombreuses oraisons et sorts divins tournés vers l’osmose avec la Nature, ainsi que de puissants rituels très semblables dans leurs effets à ceux liés à la Haute-magie Septeri, des pouvoirs affectant des régions entières, voir des planètes, comme le Bouclier de l’Arc-de-Lune, qui érige un champ de force autour d’un monde en transformant ceux qui le traverse en amas de feuilles.

La Voie Syndan’arh’Qyelm est celle des mages et ensorceleurs, elle est essentiellement dominée par l’école de l’Enchantement et une influence Zamaron certaine. Des rituels stellaires particulièrement complexes existent et sont transmis depuis des millénaires, cela malgré que le nombre de pratiquants dans cette voie ne cesse de diminuer.
Jalousement gardés au sein des communautés Syndarh, les sortilèges Syndan’arh’Qyelm ne sont en usage qu’au sein de certains espaces, comme celui de la Sphère de Sehonid bien entendu, où parmi les Sphères de l’Arbre. Avec le temps cependant, quelques aventuriers elfes ont diffusés des bribes de ce savoir, et des mages d’autres espèces se sont ainsi tournés vers l’étude des rituels Syndarh. Des nations comme le Haut-Runath sont en partie nées de cette propagation souvent involontaire.

La troisième est dernière forme mystique pratiquée par les elfes des Sphères Connues est celle de la Voie Syndan’arh’Uluun, aussi nommée Voie de la Corruption. La légende veut que ce furent les Sorciers Syndarhuun qui exhumèrent d’antiques rituels Vacuu pour les combiner avec des sorts Kuraa, en y ajoutant des forces puisées dans les enfers. Il est cependant plus probable que les origines de cette troisième Voie soient bien plus anciennes.
Quelques références historiques mentionnent régulièrement l’apparition de Sorciers Syndarh pactisant avec des peuples de l’Âge des Conquérants, faisant démonstration de leurs terribles pouvoirs corrupteurs, et amenant invariablement l’apparition de cultures foncièrement mauvaises et suivant des principes Vacuu. Ce sont toujours des individus isolés, détenteurs de connaissances bien particulières, et nul n’a encore pu déterminer si ces êtres étaient les héritiers d’une tradition ou d’un peuple Syndarh originaire d’une autre région du Phlogiston. Quoi qu’il en soit, les rites Syndan’arh’Uluun sont particulièrement mal perçus par les Syndarh des Sphères Connues qui consacreront temps et ressources à éradiquer ce qu’ils considèrent comme une grande menace pour leur mode de vie.

Les Rites du Kuraa-Vacuu
Elaborés durant l’Âge des Légendes par les mythiques Nariac, les Rituels du Kuraa-Vacuu devaient permettre aux peuples à venir de manipuler harmonieusement toutes les énergies connues afin de promouvoir le fragile concept de la Vie. Bien des espèces évoluèrent en suivant ces principes toujours très vivaces à travers les Sphères de l’Arbre.
Le Kuraa-Vacuu est une philosophie favorisant l’évolution de la Vie, mais les peuples de l’Âge des Prétendants ont depuis longtemps oubliés les plus formidables rituels permettant de créer celle-ci à une échelle cosmique. Guerres et fléaux stellaires ont amenés les adeptes du Kuraa-Vacuu à se consacrer à la préservation des espèces, dans un équilibre multiversel extrêmement tendu et fragile.
Les Rituels modernes restent prodigieux par leurs effets, mais ne sont plus que de pâles reflets de ceux que les Nariac enseignèrent. Ils sont strictement réservés aux nombreux cercles druidiques rassemblés au sein des Sphères de l’Arbre, et leur usage reste confidentiel.

Il est probable que les Lao parvinrent à s’approprier des fragments de ces Rituels du Kuraa-Vacuu et purent développer leur terrible magie draconique par ce biais. Leurs Puissances usèrent par la suite de ce savoir pour refaçonner les soleils des Sphères conquises par l’Empereur-Dragon. Au fil des siècles, les adeptes Kuraa-Vacuu tentèrent de confisquer ce dangereux savoir, mais tous échouèrent face à la puissance du Quinconce de Jade et ses suivants.

La Haute-magie Septeri
Réputée pour être la plus ancienne forme mystique des Sphères Connues, la Haute-magie Septeri fut enseignée par les légendaires Zamaron, qui ne cessèrent d’étoffer leur art et posèrent les bases des différentes écoles magiques encore connues à ce jour.
Les héritiers des Zamaron tentèrent de préserver l’ensemble des connaissances de leurs maîtres, mais ne purent tout simplement pas faire vivre ce vaste savoir. Guerres et catastrophes cosmiques emportèrent des pans entiers de la Haute-magie, amenant par la suite les différents peuples Septeri à se partager les derniers fragments de connaissances et les préserver jalousement.

La grande majorité des peuples des Sphères Connues de l’Âge des Prétendants ont été influencés par les enseignements Zamaron, mais pratiquent ce que les mages Septeri désignent avec un certain dédain la Basse-magie. Le terme se veut péjoratif, mais même au sein du grand empire magiocratique, bien des communautés se sont tournées vers ces formes amoindries de l’ancienne magie, le plus souvent pour cause d’inaptitude à suivre les complexes enseignements de leurs aînés. Cette Basse-magie est finalement devenue la norme à travers les Sphères Connues, tandis que les derniers rituels de la Haute-magie Septeri restent l’apanage d’individus excessivement puissants et jaloux de leur savoir.

Parmi les rituels anciens encore connus, le plus fameux reste le Bouclier planétaire, un champ de force protégeant un monde de toute sorte de phénomènes étrangers, et pouvant être imprégnés par les Mages qui le suscite de nombreux sorts contingentés.

Les Rituels interdits
Sous ce nom sont regroupés les vestiges encore trop nombreux de la Sorcellerie impériale Clydön, ainsi que bien d’autres connaissances aussi anciennes, toutes se basant sur des principes magiques Vacuu.
Des bibliothèques entières sont encore consacrées aux Rituels interdits, elles se retrouvent à travers les mondes des Sphères Maudites, et parfois même en certains sanctuaires de l’Empire Lointain. Les adeptes profanes en quête du savoir oublié découvrent bien trop aisément des fragments de ces rituels, qui les amènent à subir la corruption du Royaume Lointain, ou encore de forces plus anciennes.

Il faut préciser que les Hautes-sciences junanes sont depuis longtemps considérées comme parties de ces Rituels dangereux, mais que plus généralement, leur complexité intrinsèque et telle que nul mage de l’Âge des Prétendants ne peut se targuer d’appréhender les principes junans les plus simples.

Comme de bien entendu, ceux qui osent se pencher sur l’étude des Rituels interdits développent très rapidement  de prodigieux pouvoirs et peuvent forger de grandes nations du Vide qui marqueront l’Histoire des Sphères Connues. Il en est ainsi de l’Empire Vodane, ou encore du légendaire Rajaat, dont la Guerre Purificatrice sur le monde d’Athas influence encore chaque être vivant de la Sphère Pourpre. Mais avec ce grand pouvoir vient une rapide corruption de l’âme et de l’esprit. Les énergies étranges canalisées par les principes Vacuu sont bien trop perturbantes pour un être vivant, qui ne peut tout simplement pas les supporter.

Les Sphères Oubliées

Imbriquées au sein de plusieurs régions du Phlogiston, les Sphères Oubliées sont majoritairement isolées sur des Courants éthériques tumultueux et instables, rendant toute navigation au mieux hasardeuse.

Les sages des Sphères Connues connaissent principalement la région comme un berceau pour des peuples particulièrement hostiles vis-à-vis des civilisations du Vide actuelle. Les Grandes Enclaves Illithid, les flottes suprêmistes K’r’r’r et bien d’autres encore émergent de temps à autre du Phlogiston pour menacer les mondes des Sphères Connues.

En ces lieux, la magie est une force relativement mineure, supplantée par les Voies de l’Esprit comme elles furent enseignées à de nombreux peuples durant l’Âge Spirituel. Les grands courants mystiques des Sphères Oubliées sont dominés par les Flagelleurs mentaux, qui suivent une philosophie Vacuu. L’influence de ces pratiques magiques depuis des millénaires commence d’ailleurs à affecter profondément la trame du Réel, aussi bien à travers des systèmes planétaires qu’au sein du Phlogiston.

De nombreuses créatures anormales commencent à se manifester, éradiquant des espèces natives et provoquant un déséquilibre des énergies magiques. Ce phénomène apparaît sous la forme d’ondes entropiques dont les points d’origines semblent se multiplier et deviennent des lieux de pouvoir pour certaines cultures des Sphères Oubliées, autant que des passages vers ce qui semble être une réalité alternative plutôt qu’une dimension comme le Royaume Lointain.

La Sorcellerie Yonoruu

Bien que les sorciers Illithid de la Grande Enclave Yonoruu ne furent pas les fondateurs de la voie profane au sein de la Sphère de Yossoom-Cheldriit, ce furent eux qui durant plusieurs millénaires développèrent une terrible magie Vacuu, basée sur la transformation de la chair et des enchantements psioniques. La Sorcellerie Yonoruu est ainsi la référence en ce qui concerne les communautés de Flagelleurs mentaux, non seulement à travers les Sphères Oubliées, mais également bien au-delà.

Les grandes principes mystique de cette voie sont divisés en trois cercles majeurs, ainsi qu’en un nombre de cercles mineurs, en fonction des particularités locales et de l’évolution de la société Illithid loin de l’influence centrale des Grandes Enclaves.

Le Yenood-Sosuut est le Cercle de l’Initié, il est enseigné comme base est concerne essentiellement des sorts de nécromancie et d’altération. Les principes Vacuu qui sous-tendent cette forme rudimentaire de magie entraînent à plus ou moins court terme de profondes mutations, qui débouchent sur la folie, puis une mort généralement douloureuse. Les maîtres du Yenood-Sosuut contrôlent ces altérations et parviennent à créer de nouvelles entités imprégnées par des forces contre-nature.

Le Yenood-Yosuun est le Cercle du Maître, il est réservé aux sorciers Illithid des Grandes Enclaves, et à quelques lignées d’exceptions possédant des facultés uniques. Les écoles d’évocation et d’ombre prédominent et influent tout le répertoire magique connu, avec toujours des principes Vacuu affectant les sortilèges les plus anodins.

La plupart des peuples ayant à faire avec les Illithid des Grandes Enclaves connaissent bien les sorciers adeptes du Yenood-Yosuun, car les sortilèges de ces derniers s’avèrent particulièrement difficiles à contrer, du fait de leur lien avec une source de pouvoir Vacuu.

Le Yenood-Yosuul est le Cercle des Grands-maîtres, son répertoire se compose majoritairement de rituels puisant aussi bien dans la magie profane que dans les disciplines des Voies de l’Esprit. Les Illithid ne maîtrisent pas véritablement des enchantements psioniques, mais savent combiner ces deux traditions, essentiellement car leur propre espèce dispose de manière innée de tels pouvoirs.

Magic The Gathering Damnation Video Games Picture Wallpaper

Les Proto-rituels Reigar

A travers les Sphères Oubliées existent toujours des connaissances très anciennes, inspirées par de nombreux peuples qui furent vassaux des Reigar, mais s’éteignirent pour diverses raisons. Les formes de magie en usage dans ces civilisations furent transmises partiellement, et restent pour beaucoup bien trop fragmentaires pour former de véritables écoles.

Mais au fil du temps, nombreux furent les mages qui redécouvrirent ces fragments, certains parfois à peine altérés depuis leur transmission par les Reigar. Le terme de proto-rituels Reigar est employé depuis quelques siècles pour décrire ces fragments de savoir ancien retranscrits et adaptés à des usages de moindre envergure. Bien qu’ils ne soient pas rassemblés dans une grande discipline aux règles et principes définis, tous possèdent des points communs permettant de les identifier comme tels.

Les Proto-rituels Reigar ont pour eux d’être particulièrement coûteux en temps et en ingrédients extrêmement rares. Les sorts dont ils imitent les effets étaient jadis matérialisés instinctivement par les Reigar, plus difficilement par leurs héritiers directs, mais les peuples de l’Âge des Prétendants ont dû développer les complexes Proto-rituels pour parvenir à des résultats similaires.

Les érudits des Sphères Connues n’ont que peu d’exemples des effets engendrés par les Proto-rituels Reigar, mais ils les considèrent comme des rituels stellaires inachevés, comme la Lance solaire Yezonienne, qui puise dans le soleil une comète pouvant être dirigée par un cercle de mages. Les Reigar pouvaient susciter une pluie de feu pouvant atteindre les Confins.

La Science mystique ancienne

Bien que les écrits de nombreux peuples mentionnent de légendaires ancêtres aux pouvoirs rivalisant avec ceux des Junans, il est difficile de déterminer les origines de ceux que les sages désignent sous le terme d’Anciens. Leur fameuse Science mystique est clairement inspirée par la Haute-science junane, et il est probable, mais pas totalement certain, qu’ils furent vassaux du peuple de l’Âge des Légendes.

Les vestiges physiques de la Science mystique se retrouvent essentiellement dans la région des Sphères Anciennes, et de nombreux peuples viennent en ces lieux afin d’entamer une quête de leurs origines, mais les principes magiques eux sont rassemblés à travers les Sphères Oubliées, où quelques civilisations se sont développées durant l’Âge des Conquérants autour de ce savoir particulier.

La Science mystique des Anciens ne possède aucune application pratique pour un mage, elle regroupe des principes nécessitant d’énormes ressources, un grand nombre d’adeptes, et affecte des régions entières, voir des mondes, comme le monde de Parnatuu, dans la Sphère du même nom.

A travers les Sphères Oubliées, de nombreuses cultures entretiennent des fragments de connaissances liées à la Science mystique ancienne, des bribes inutiles en l’état, mais soigneusement préservées dans l’éventualité où un individu pourrait développer une nouvelle forme de magie à partir de ce qu’il subsiste.

 

Publicités
3 Commentaires

3 réflexions sur “Magie éthérique et Rituels stellaires

  1. très cool ce détail de nouveaux sorts. Je suis curieux de voir quels types de pouvoirs les stellaires peuvent disposer.

  2. la vue d’ensemble avec un comparatif d’autres sphères doit être sympa.

  3. c’est intéressant de diversifier les formes de magie comme ça. Il me tarde de voir la suite.

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :