Seyadah, le Trône temporel du Phalène

Type de monde: Sphérique rocheux

Taille: D (diamètre équatorial de 4 987km)

Rotation: 34 heures

Révolution: 483 jours

Lunes: Jawamaat

Population: 752 394 Keyalaarn

Trame magique: Tellur renforcée, magie profane dominante

Sur la même ellipse que Kwaloom, la planète Seyadah fut refaçonnée il y a longtemps par un phénomène de marées temporelles, qui dérégla les saisons et transforma les propriétés élémentaires. Longtemps abandonné, ce monde fut une conquête facile pour les ancêtres des Keyalaarn, qui établirent là le Trône temporel de leur divinité tutélaire, le Phalène bleu. Sa trame planétaire renforcée par la puissante chronomancie Phalénite, la planète fut dès lors en mesure d’accueillir de grandes communautés, au cœur de plaines jonchées de pierres précieuses et d’océans aux eaux changées en cristal.

Des vents violents, porteurs de poussière brûlante, soufflent sur toute la surface, il n’existe guère de reliefs notables sur Seyadah, et les pôles sont recouverts par des brumes suffocantes, à travers lesquelles il est encore possible de se noyer.

Ports d’accueil: Les sept grandes métropoles de Seyadah sont de grands ports marchands, qui disposent encore de capacités leur permettant d’accueillir des navire spatiomantiques en provenance du système Ancien. Les Keyalaarn ont depuis longtemps détournés les yeux des étoiles, ils favorisent le négoce le long du Fleuve du Temps et dans les réalités alternatives, mais gardent toujours un accueil cordial pour ceux qui bravent leur ciel tourmenté.

Tyawaarm est particulièrement renommé parmi les voyageurs en provenance de l’Espace sauvage, car la métropole bâtie selon les normes traditionnelles Keyalaarn abrite les vestiges d’un chantier naval remontant à l’Âge des Conquérants. Trois étranges structures cylindriques, forgées dans des alliages inconnus, permettent d’accueillir de très gros porteurs. Une forme de magie oubliée permet alors aux bâtiments en équilibre sur un courant gravitationnel de restaurer leurs dégâts avec une matière cristalline et organique. Selon les Kwalaat’Tyoneel ayant étudiés ces structures, il était possible à leurs créateurs de façonner des nefs entières à partir d’un cristal particulier, qui permettait de contrôler les dépôts cristallins se déposant autour de lui. Les anciennes techniques ont été oubliées, mais quelques mages ont accomplis un très long périple à travers les Sphères Anciennes afin de chercher à créer un navire spatiomantique à partir des Cylindres de Tyawaarm.

Ressources: Comme pour Kwaloom, les vastes étendues de Seyadah sont retournées depuis longtemps à l’état sauvage. Les marées temporelles menacent toujours les rares voyageurs imprudents se risquant hors des grandes métropoles Keyalaarn, et les phénomènes entropiques sont légions. Quelques chronomanciens font le choix d’être soudainement éparpillés à travers le Temps, pour collecter des matières uniques, propres aux combinaisons aléatoires engendrées par les marées temporelles.

Cultures: Les Sept Syneriarques de Seyadah possèdent une autorité sensiblement moins importante que leurs pairs sur Kwaloom. Si le Phalène bleu est ici révéré et respecté, ce sont les castes mystiques qui prédominent et influence la vie publique. Les trois grandes castes de Chronomanciens Phalénites sont dirigées par un individu, maître des maîtres dans son domaine, et portant le titre de Sanasaad. Secondé par un représentant de sa caste dans chacune des métropoles de Seyadah, il est traité en égal par les différents Hauts-Syneriarques, et possède traditionnellement une charge cléricale lui permettant de siéger durant les sessions du Conseil Œcuménique du Phalène incarné.

Les Chronomanciens des trois castes sont particulièrement nombreux au sein des cités Keyalaarn, ils occupent de nombreuses positions réservées aux prêtres Phalénites sur Kwaloom, et les Kwalaat’Keyeem sont seuls à commander les huit Chrono-légions planétaires, sans aucune supervision cléricale.

Contrairement à leurs frères et sœurs de Kwaloom, les Keyalaarn de Seyadah tendent à se mêler plus facilement aux autres peuples, essentiellement pour faire du négoce d’objets magiques ou d’informations. Respectant les dogmes du Phalène bleu, ils évitent d’employer leurs connaissances sur le Temps mais peuvent s’impliquer dans de grands évènements, voir même en soutenant Chronarques ou Anachrons. La planète est plus souvent en phase avec le système Ancien que sa consœur, et les peuples du Vide connaissent donc la culture Keyalaarn à travers le prisme des habitants de Seyadah. C’est grâce à cette ouverture vers l’extérieur que la caste des Kwalaat’Tyoneel a su s’imposer, grâce à ses prodiges. Quatre des sept métropoles planétaires sont ainsi sous l’influence des mages-artisans, qui ont su prospérer pour devenir une force reconnue à travers le Multivers. Le Sanasaad Bjowoo’Peweet (Keyalaarn ♂/ Chronomancien [Kwalaat’Tyoneel] 28/ N) contribue depuis cinq siècles à cette prédominance des artisans dans la culture Seyadah et ambitionne de voir le savoir-faire des siens se répandre à travers toutes les réalités connues. Mais en tant que protecteur des trois castes mystiques, il encourage également les Kwalaat’Seyeed, qui tendent à voir leurs rangs se clairsemer, et leur influence disparaître dans toutes les métropoles planétaires. Seuls subsistent de très puissants chronomanciens solitaires, ne partageant leurs connaissances qu’à contre-cœur, et uniquement lorsque des Syneriarques l’exige.

Les mages-combattants Kwalaat’Keyeem sont également peu nombreux, et restent souvent cantonnés dans de vastes garnisons où s’entraînent les chrono-légions phalènites. L’ouverture d’esprit Keyalaarn propre à ce monde se traduit pour eux par un désir d’intervention le long du Fleuve du Temps, et les membres du Conseil Œcuménique du Phalène incarné doivent continuellement déployer des trésors de diplomatie afin de minimiser les incidents engendrés par les déplacements de troupes de leurs légions. Absaal’Coomk (Keyalaarn ♂/ Chronomancien [Kwalaat’Keyeem] 17/ CN) est le meneur de la caste combattante, ainsi que le chef suprême de l’armée planétaire. Sa propension aux éclats de voix détonne dans une culture plus volontiers contemplative, et ses ambitions sont fréquemment contrecarrées par les Syneriarques. Malgré cela, le chronomancien semble avoir la faveur du Phalène bleu, qui perçoit la nécessité d’un individu tel que lui dans son grand dessein.

Sites notables : Les marées temporelles refaçonnent régulièrement la surface de Seyadah, et seuls les abords des sept métropoles Keyalaarn voient ces perturbations atténuées. Bien peu de choses peuvent ainsi résister au Temps, et même la bénédiction du Phalène bleu ne permet pas de se prémunir durablement.

Cela étant, il apparaît que des peuples anciens parvinrent visiblement à maîtriser les marées temporelles, tout du moins à les repousser pour bâtir sur la surface de la planète. Certains sages alliés des Chronarques estiment que Seyadah est une important croisée temporelle, tout du moins le deviendra-t-elle dans un avenir plus ou moins proche, et que ce sont des peuples du futur qui ont trouvés comment ériger leurs singulières structures au beau milieu d’étendues sauvages.

Il en va ainsi des Pylônes éternels, un ensemble de pas moins de mille trois-cent sept structures forgées dans un alliage inconnu, même des Kwalaat’Tyoneel. Les pylônes sont en vérité de véritables tours creusent, pleines de salles vides et de rampes colossales, beaucoup sont déphasées, aussi bien par rapport à Seyadah qu’au reste du système Ancien, mais ces constructions sont une vision courante n’importe où sur la surface. Ceux qui ont beaucoup voyagé rapprochent souvent cet ensemble imposant de celui existant sur Parnatuu, dans la région des Sphères Oubliées. Là, les mystérieux Faiseurs de ciel auraient jadis terraformés la planète grâce à une magie disparue. La fonction des Pylônes éternels reste énigmatique, bien que certains chronomanciens phalènites estiment qu’ils jouent néanmoins un rôle dans l’intensité des phases dimensionnelles de la planète.

L’Orbe multi-phasique de Jetiuul’Woroom est un lieu légendaire bien connu des Keyalaarn, dont la localisation spatio-temporelle est désormais perdue, mais que la rumeur rattache à Seyadah. L’individu fut en son temps le plus grand chronomancien au service du Phalène bleu, et chacun de ces sorts était un prodige que bien peu purent par la suite imiter. Son ambition démesurée fut par trop encouragée par la divinité, alors jeune, et le mage tenta de s’accaparer le pouvoir de son maître. L’Orbe fut alors élaboré, en sacrifiant une réalité entière pour en élaborer l’enveloppe, puis une autre afin d’en faire une arme cosmique. Jamais il ne servit, et avant qu’un grand malheur ne s’abatte sur les Keyalaarn, Jetiuul’Woroom disparu. Régulièrement, de puissants chronomanciens partent en quête de son orbe, mais sans succès. Etrangement, certains reçoivent même le soutien du Phalène bleu durant leur quête.

Jawamaat

La lune de Seyadah fut cédée au Chronarque céruléen en échange de connaissances sur l’Avenir. Les navigateurs parvenant miraculeusement à bravers les marées temporelles se heurtent à de violentes tempêtes dans l’atmosphère lunaire. D’épaisses nuées chargées d’éclairs écarlates pulvérisent les coques les plus solides, et nul n’a finalement jamais pu apercevoir la surface de Jawamaat. Par le passé cependant, certains des plus grands Kwalaat’Seyeed développèrent des sorts permettant de discerner ce qui est caché sur cet astre par le Chronarque. Les visions furent toujours fugaces, et causèrent la mort de bien des espions, mais il semblerait que de grandes structures soient assemblées sur une étendue aride. Disséminées sur toute la surface de Jawamaat, elles formeraient une métropole gigantesque, inoccupée et balayée par des vents violents.

Publicités

Auteur : derynnaythas

Passionné par les univers imaginaires depuis toujours, je me suis tourné vers les jeux de rôles et l'écriture à douze ans, je n'ai jamais plus arrêté de jouer, de mener, d'écrire, dessiner et lire. Fasciné par l'acte créatif, qu'il soit artistique ou scientifique, j'essaie de m'ouvrir à autant de sources que possible, afin de créer mon propre univers fantastique, essentiellement autour du thème de Spelljammer.

3 réflexions sur « Seyadah, le Trône temporel du Phalène »

  1. vue la description, ça ne donne pas trop envie d’y aller, mais les villes ont l’air sympa. Il faudrait préciser les limites de leurs capacités à faire de la chronomancie « quotidienne ».

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s