Runatha, le Sanctuaire secret

abstract asteroids fantasy art light outer space

Sphère de cristal : Saahmsaan

Type de monde : Ceinture d’astéroïdes rocheux

Taille : Majorité de Taille A, cinq Taille B, un Taille C

Rotation : Aucune

Révolution : 478 jours

Lunes : Aucune

Population : 25 473 Saadrah

Trame magique : Vacuu diffuse, magie profane dominante

L’ancien Haut-Runath fut dévasté en 31 879ci par le Raz-de-marée Neshphandorien, une vague de magie morte qui emporta les ruines déjà anciennes du monde le plus proche de Saa-Ruu, le soleil d’argent. Pour les Runath, la catastrophe fut sans précédent et sonna le glas d’une brillante civilisation de l’Âge des Prétendants. Mais pour les Saadrah qui vivaient dissimulés dans les vestiges du Haut-Runath, le fléau planaire fut tout autant mortel.

Runatha est un ensemble de planétoïdes baignant dans le puissant rayonnement de Saa-Ruu, la plupart des enveloppes d’air ont été soufflées par le Raz-de-marée, et celles qui subsistent se régénèrent lentement, sous l’effet de puissants rituels Saadrah. La trame magique des plus gros planétoïdes s’est imprégnée de forces planaires étranges, et elles s’avèrent instables, affectant même les sortilèges des Maisons-sorcières. Faune et flore sont également altérées par la proximité de la réalité neshphandorienne, et se montrent particulièrement hostile à toute forme de vie native des lieux.

Lentement, la nature reprend ses droits, mais l’influence planaire limite fortement le retour de la Vie sous sa forme originelle. La ceinture d’astéroïdes de Runatha se situe dans la zone du système de Saahmsaan la plus durement frappée par le cataclysme ayant marqué cette Sphère de cristal, et ceux qui entament la reconquête des lieux peinent à y trouver des conditions de vie viables.

Ports d’accueil : Tous les anciens passages dimensionnels façonnés par les Suanath-Baatii furent scellés par le Raz-de-marée Neshphandorien, et la nouvelle colonie Saadrah venant de s’établir à travers Runatha ont employés un antique Anneau de Translation, point de sortie de la Langue de Meltzekker. Afin de rester discrets, les Invocateurs ont aménagés un unique port spatial, dans les ruines d’une ancienne communauté Runath, Liosh-Kyneval. Il s’agit d’une caverne à ciel ouvert, agrandie au cœur d’un planétoïde de Taille B, où se dressent de hautes tours en mesure de générer un bouclier atmosphérique qui résista au Raz-de-marée. Une unique plateforme circulaire et centrale permet d’accueillir une douzaine de petits spelljammers. Elle surplombe un zocalo où se dressent une trentaine d’arches brisées, des portails dimensionnels remontant à l’époque du Haut-Runath, depuis longtemps inutilisables.

Sur la vingtaine de tours, seules cinq sont en bon état et ont été renforcées par les Saadrah qui vivent ainsi sur différents niveaux, en fonction des Maisons-sorcières desquelles ils sont vassaux. La zone portuaire est sciemment laissée en l’état, afin de ne pas attirer l’attention d’hypothétiques voyageurs égarés dans le territoire Neshphandorien. Les Saadrah n’entretiennent aucun lien avec les envahisseurs planaires de ce système, ils se focalisent depuis toujours sur la conquête des Sphères Connues, et malgré les difficultés à maintenir un avant-poste comme Runatha, ils se montrent le plus discret possible afin d’échapper à l’attention des Neshphandoriens.

Ressources : Jusqu’à maintenant, les Maisons-sorcières fournissent toutes les ressources vitales via la Langue de Meltzekker et depuis les lunes du système de Tyaleerth-Knalaath. L’ancienne Runatha offre cependant un trésor de connaissances mystiques, sous la forme de tablettes, rouleaux de parchemins et grimoires. La transition du Haut vers le Très-haut-Runath se fit progressivement, mais nombreux furent les mages de l’époque à choisir de délaisser d’anciennes pratiques, pour marquer leur nouvelle vision de la magie. Il n’est ainsi pas une ruine dépourvue d’au moins une salle secrète renfermant des trésors de savoir mystique.

Cultures : Bien que la communauté Saadrah actuellement en place dans la ceinture de Runatha ne soit pas négligeable, ses membres vivent dans l’instant présent et afin de préparer une grande invasion des Sphères Connues. La notion de secret est partout, et les alliances entre Maisons-sorcières évoluent rapidement, au rythme des trahisons de chacun.

C’est la Maison-sorcière Tuhaad-Draniil qui assure une certaine cohésion des forces en présence. L’Exaali Naytaar-Pyron-Draniil (Saadrah ♂/ Sorcier saadrah 18/ NM) s’est même établit au cœur d’un sanctuaire fortifié afin de mobiliser les siens dans cet environnement hostile. Bien que son autorité soit régulièrement contestée, nul ne se risque à contrecarrer les ambitions d’un maître de maison, et les Tuhaad-Draniil se font ainsi les maîtres d’œuvres du grand plan d’invasion des Saadrah. Hormis cette prédominance d’une Maison-sorcière sur les autres, la culture du Kaytaal’Sokaan s’applique comme partout où règnent les Saadrah. Le Baytaal regroupe sept sorciers représentants les lignées dominantes, et reste officiellement l’autorité suprême de Runatha.

Forte de vingt-cinq milliers d’individus, tous adeptes de la sorcellerie des masques, la communauté est tournée vers la réalisation du grand plan d’invasion. Peu de temps est consacré à autre chose, et mêmes les intrigues visent à fortifier les développements en cours. Ici par contre, le Baytaal dispose d’une petite cabale de sorciers spécialisés dans l’infiltration des communautés des Sphères Connues. Héritiers des traditions conquérantes des Suanath-Baatii disparus, ce sont des maîtres et maîtresses des masques, rarement présents dans les ruines de Runatha, et consacrant beaucoup de leur temps à imiter les coutumes mystiques des autres peuples. Nul ne connaît leur nombre exact, encore moins leurs identités, mais ceux de la Cabale Suuk-Naat sont considérés autant comme des héros que comme de dangereux éléments perturbateurs.

Les nombreux vassaux des Maisons-sorcières ne sont pas présents du tout sur Runatha. Les machinations des Saadrah ne concernent que leur propre peuple, et l’invasion des Sphères Connues se fera par le biais de la sorcellerie et du meurtre. Ceux de leurs serviteurs ayant les connaissances pour manipuler les Anneaux de Translation de la Langue de Meltzekker ignorent tout de cette destination, et ceux qui l’ont par le passé découverte fortuitement en sont morts. Les plus jeunes sorciers présents dans cette ceinture d’astéroïdes sont formés pour patrouiller sans relâche, éliminant quiconque approche d’une communauté Saadrah. Il n’est bien sûr pas question de faire de prisonniers.

Avec la récente incursion des seigneurs de la lignée Stellaire Ekton, et la formation d’un nouveau Très-haut-Runath dans les Confins de la Sphère de Saahmsaan, la paranoïa des Saadrah n’a fait que s’accroître. Les sorciers Suuk-Naat se mobilisent pour patrouiller les abords de leur territoire, trouvant dans des occasions de rencontre un moyen pour infiltrer ces cultures d’ordinaire hermétiques.

Sites notables : L’antique Haut-Runath ne se retrouve pratiquement nulle part à travers la ceinture d’astéroïdes, qui a depuis longtemps subie l’influence de forces étranges. Les Saadrah se sont dans un premier temps contentés de chercher des lieux sûrs où établir leurs nouvelles colonies, mais ils commencent à s’intéresser aux surprenantes combinaisons ayant résulté du Raz-de-marée Neshphandorien et de forces magiques qui ont résistées à la dévastation.

Runatha, la Cité magystienne, était autrefois la capitale du Haut-Runath, une vaste métropole recouvrant la surface du plus gros planétoïde de la région, se ramifiant à travers un dédale de cavernes et de passages planaires. A son apogée, les quartiers de Runatha pouvaient accueillir cent milliers d’individus. C’est à partir de l’an 16 593ci que les Saadrah manipulent les Magystes et les poussent à fonder le Très-haut-Runath, leur laissant ainsi une métropole pour leurs propres intrigues. Et durant près de vingt millénaires, les Maisons-sorcières maintiennent le secret sur leur occupation des lieux. Une population forte de cinquante milliers d’individus s’établis en ce lieu, et beaucoup d’ambitieux viennent régulièrement réclamer Runatha comme un domaine autonome. Durant dix millénaires, les Suanath-Baatii veillent entre deux campagnes de pillages des antiques sanctuaires de leurs maîtres disparus. Puis ce sont les Suuk-Naat qui prennent la relève, renonçant même à emprunter la Langue de Meltzekker pour revenir dans les mondes du Kaytaal’Sokaan. En 31 879ci s’abat le Raz-de-marée Neshphandorien, provoquant la mort de dizaines de milliers de Saadrah et l’isolement forcé des rares survivants. La cité de Runatha devient un champ de ruines, dont la superficie est amputée d’un tiers après le scellement des nombreux portails planaires. Les ancêtres des actuels Suuk-Naat sont les seuls à conserver vivaces les traditions de leur peuple, ils deviennent un pouvoir majeur, face auquel les quelques représentants des Maisons-sorcières ne peuvent rien.

Il faut près d’un siècle avant que les plus puissants sorciers de la cabale ne parviennent à rétablir un Anneau de Translation dans les profondeurs de Runatha. Ils reprennent ainsi contact avec les Maisons-sorcières dans les Orbes impériaux, et se soumettent aux sept Exaali. Dès lors, les membres de la cabale Suuk-Naat s’éloignent du pouvoir mais conservent cependant un fort ascendant sur les jeunes sorciers qui viennent former la nouvelle colonie.

Ce qu’il subsiste de Runatha est un ensemble de quartiers dévastés sur la surface. Les Saadrah se sont concentrés dans l’ancien domaine des Magystes blancs, une douzaine de hautes tours en marbre blanc, en grande partie épargnées par le désastre. Chacune des Maisons-sorcières s’est aménagée un territoire et les lieux de rencontre restent rares. La Rotonde est de ceux-ci, un lieu autrefois lié à de nombreuses dimensions, mais qui est désormais une imposante construction imprégnée de magie. Les plus puissants sorts de divination ne peuvent pénétrer les défenses mystiques du lieu, qui reste donc un terrain neutre pour les représentants des Maisons-sorcières. Le Baytaal de Runatha aime également à se réunir sous la Rotonde et la vigilance de soixante-sept golem-gardiens à l’image des anciens Maîtres-Magystes.

L’autre lieu d’intérêt pour les Saadrah, et plus particulièrement pour les Suuk-Naat, et un bâtiment en roche noire baptisé l’Armurerie. Les anciens Runath n’étaient pas des guerriers, mais face aux nombreux dangers rencontrés à travers les Sphères Connues, ils fondèrent ce bâtiment qu’ils laissèrent à la charge de vieux aventuriers, amis du Haut-Runath. Les membres de la cabale en ont fait leur sanctuaire, car bien des voyageurs laissèrent là carnets d’aventures ou parchemins précieux, permettant aux sorciers d’assimiler coutumes et traditions de nombreux peuples. Les râteliers sont vides depuis longtemps, mais une forge reste fonctionnelle, et de nombreux appartements privés sont toujours décorés avec goût.

Ailleurs dans la ceinture d’astéroïdes se trouve la Tour de Merziela, la Douce caresse de Saa-Ruu. La magicienne Runath vécue là bien avant que les Sadraah ne viennent ourdir leurs machinations à l’échelle du système planétaire. Connue pour son tempérament de feu, elle fut surtout réputée pour ses complexes enchantements basés sur des cristaux qu’elle agença en puissants réceptacles du rayonnement argenté de Saa-Ruu. Il ne subsiste que les fondations de la fameuse Tour, mais les sorciers ont notés la présence de puissantes forces dimensionnelles, suffisamment complexes pour avoir résistées au Raz-de-marée Neshphandorien. Beaucoup soupçonnent un espace planaire à l’emplacement de la Tour de Merziela, et nombreux sont ceux qui ambitionnent de s’accaparer le savoir de cette contemporaine d’Alevor Dar’Runath.

Publicités
Catégories : Les Orbes impériaux | Étiquettes : , , , , , | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Runatha, le Sanctuaire secret

  1. se préparer pendant des milliers d’années, pour se faire casser son plan par quelques monstres d’outreplan, voilà qui n’est pas de chance!

  2. ils doivent avoir la haine de devoir tout reconstruire!

  3. Intéressant cet empire fragmenté à travers plusieurs régions très différentes. Il s’en dégage une sensation de fragilité.

  4. Pingback: Le Kaytaal’Sokaan, l’Empire des masques | Les voyages de Deryn Naythas

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :