Kuaj-Pyoroon, les mines okilonn

Planets & Asteroids wallpaper

Type de monde : Planétoïdes rocheux

Taille : Un de Taille C, dix-sept de Taille B

Echappée : 3 rounds

Rotation : Aucune

Révolution : 1 122 jours

Lunes : Aucune

Population : 96 487 Syndarheem, 69 547 Okilonn

Trame magique : Vacuu resserrée, magie divine dominante

Si la région est bien une ceinture d’astéroïdes s’étirant sur une large ellipse autour du Vortex, Kuaj-Pyoroon est plus communément le nom donné au plus gros planétoïde connu dans le système de Dreyk. Monde aux dimensions modestes, il n’en reste pas moins un domaine convoité, où une certaine gravité assure le développement des peuples séjournant à sa surface.

L’influence du Vortex est atténuée par la distance, mais une flore singulière s’est néanmoins développée dans les entrailles de Kuaj-Pyoroon, offrant des lieux propices à la Vie. Certaines variétés coralliennes natives de Magim-Lahsaan ont pu s’adapter aux conditions souterraines et entretiennent une enveloppe d’air, cependant limité à cette région du monde. La surface du planétoïde principal, comme celle des autres débris habités, reste tributaire de la magie Nitiri de la tribu Magestaan.

Kuaj-Pyoroon est un monde minéral, riche en ressources et possédant plusieurs vortex vers le Plan de la Terre, qui lui assurent une régénération régulière de ces veines minérales les plus importantes. La faune est composé de créatures planaires mais aucun grand prédateur n’existe, ou en tout cas ne subsiste depuis la venue des Syndarheem sur ce monde. Les Okilonn ont pour leur part peints les parois de cavernes avec d’inquiétantes représentations de monstres légendaires aux formes inconnues.


Ports d’accueil : Oturoon est le principal port de Kuaj-Pyoroon, il s’agit également de la plus importante communauté Syndarheem de la région, et la tribu Œil-ophidien y mène un fructueux négoce de pierres précieuses. Avec une population de trois mille individus, le village est en passe de devenir une véritable cité, dont le cœur serait un temple en construction, voué à Pyorom, protecteur de la tribu. La caste cléricale est ici particulièrement influente et règne sans partage sur le commerce des ressources exploitées par les Riniri, ici guère mieux considérés que des esclaves.

Otlono Neyjd Œil-ophidien (Syndarheem ♂/ Prêtre dreyk [Pyorom] 15/ NM) est le Grand-prêtre de la congrégation tribale de Pyorom, et le maître incontesté d’Oturoon. Il dispose d’une fratrie d’assassins Natori pour faire respecter son autorité, et n’hésite pas à exécuter publiquement quiconque s’oppose à lui. Il règne en permanence une vive tension dans le port, et rares sont les voyageurs s’attardant en ce lieu.

Oturoon est essentiellement un port marchand, où de nombreux seigneurs de tout le système de Dreyk viennent faire du troc pour obtenir les gemmes ramenées des entrailles du monde, ou profiter des alliages dont les Œil-ophidiens ont le secret. Pas moins de trois forges sont établies dans les limites du village, elles rassemblent les meilleurs artisans de la tribu, tout du moins parmi ceux qui acceptent de servir Otlono Neyjd Œil-ophidien. Les sorciers de la caste Nitiri sont peu nombreux dans la communauté, ils pratiquent des tarifs exorbitants pour le moindre enchantement de pierres précieuses, et les acquéreurs de ces gemmes préfèrent généralement patienter jusqu’au retour dans leur tribu.

Le port peut accueillir une vingtaine de navires de moyen tonnage, il est protégé par plusieurs patrouilles Natori appuyées par des membres de la caste guerrière. En cas d’attaque, les assaillants peuvent débarquer sans rencontrer de résistance, mais sont ensuite victimes d’embuscades meurtrières, combinant la magie des ombres et des attaques sournoises.


Ressources : Kuaj-Pyoroon est connu pour ses gemmes et métaux prévieux, qui une fois travaillés sont les symboles du pouvoir au sein des tribus de Dreyk. Ces richesses se régénèrent régulièrement par le biais de vortex liés à la Terre. Les Œil-ophidiens cohabitent difficilement avec les Okilonn, qui occupent les entrailles du planétoïde principal, et disposent donc d’un accès plus aisé à ces ressources. Des accords, régulièrement rompus, indiquent que seuls les Syndarheem peuvent faire le négoce des pierres et métaux avec leurs congénères. Les Okilonn pour leur part, préfèrent généralement commercer avec les représentants de peuplades planaires.


Oeil-ophidienCultures : Le système des quatre castes Syndarheem est ici dominé par les Natori, qui grâce aux dons octroyés par Pyorom peuvent s’imposer face aux Nitiri et Siriti. Otlono Neyjd Œil-ophidien se montre impitoyable pour la tribu qu’il contrôle par la manipulation et l’assassinat de ses opposants. Toute la culture tribale s’est lentement transformée durant ce premier siècle de tyrannie religieuse, bien que les Œil-ophidiens n’aient jamais été considérés comme des individus de confiance.

Les Natori sont ici organisés en cercles de trois à sept prêtres et se forment soit au commerce, soit au combat. Les premiers deviennent des représentants de la tribu et sont nommés Nalari, les seconds forment une garde d’élite, fer de lance de la tribu et nommés Najari. En dehors de ces deux charges cléricales, le culte de Pyorom encourage l’égoïsme, et il n’existe donc aucune hiérarchie, ni même aucune entraide, entre membres de la caste cléricale. Les plus ambitieux, les plus retors, ont une chance d’accéder au pouvoir suprême.

La caste sorcière est considérée comme la rivale de celle des Natori. Ses membres sont peu nombreux parmi les Œil-ophidiens, et ils vivent en ermites sur des planétoïdes isolés. Persécutés par ceux de la caste cléricale, ils obtiennent des soutiens des sorciers d’autres tribus, fréquemment parmi les Magestaan qui voient en eux des alliés en cas de conflit avec les Œil-ophidiens.

Nyokana Myrl Oeil-ophidien (Syndarheem ♀/ Sorcière du Vortex 8/ CN), est considérée comme la plus puissante magicienne de la tribu, son ascendance Magestaan fait qu’elle dispose d’un soutien inconditionnel émanant de la famille régnante Myrl, qui contrôle la tribu de Magim-Lahsaan. Les Nitiri Œil-ophidien voyagent beaucoup à travers le système de Dreyk, et tendent à s’unir avec des membres de leur caste dans d’autres tribus. Ils n’ont aucune organisation face aux persécutions des Natori mais sont connus pour les nombreuses connaissances dont ils disposent sur les Plans de la Roue ancienne, cela grâce à leurs fréquentes alliances avec les communautés Okilonn.

Pour leur part, les Siriti voient leurs fonctions tribales occupées par des prêtres formés au combat depuis quelques générations. Le mercenariat est donc devenu la norme, et les guerriers Œil-ophidiens sont loin de pouvoir rivaliser avec ceux des autres tribus Syndarheem. Ils favorisent des attaques rapides, vicieuses, et font grand emploi de différents poisons. Sans aucun meneur pour les unifier, ils se mettent au service des plus offrants, et n’ont aucun code d’honneur. Lorsqu’ils se rassemblent pour former des bandes maraudant à travers le territoire tribal, ils représentent une menace pour la caste cléricale qui profite de l’occasion pour faire de sanglants exemples.

La caste servante est dans cette région reléguée aux tâches les plus infâmantes. Les Riniri vivent en marge des villages Œil-ophidiens, persécutés par les prêtres et les guerriers de leur tribu, ils ne peuvent ni commercer, ni assister les membres des autres castes afin de bénéficier de privilèges. Ils sont par contre liés à l’artisanat tribal, un domaine jugé honteux selon les traditions Œil-ophidiennes. Il n’est pas rare que des Riniri décident de fuir vers les autres amas d’astéroïdes du système, où ils trouvent invariablement de bien meilleures conditions de vie.

La tribu Œil-ophidien est une source permanente de tensions durant les rassemblements de tous les Syndarheem. Perçus comme des fanatiques religieux, des opportunistes sans honneur, les Œil-ophidiens vénèrent une divinité perturbatrice, également méprisée par les autres Puissances du panthéon Dreyk.

Les choses se sont aggravées depuis la prise de pouvoir d’Otlono Neyjd, dont la propension à faire assassiner ses opposants inquiète les autres chefs tribaux. Il se dit même que la prochaine campagne qui emmènera les Syndarheem dans les Sphères Connues se fera sans les Œil-ophidiens.

De leur côté, les Okilonn vivent dans une ère de paix toute relative, surveillant leurs frontières menant à la surface, là où les Syndarheem convoitent leurs richesses. Leur culture s’est adaptée au Vide, mais la nation de Kuajapaï ne dispose pas de véritable flotte, mais plutôt de quelques riches armateurs faisant du négoce à travers le système de Dreyk, et n’ayant ici que des lieux de villégiature.

Nul ne se souvient des origines du peuple Okilonn, mais bien des vestiges indiquent un lien avec le Plan Primordial de la Terre. Les sorciers élémentalistes sont nombreux, Kuajapaï est d’ailleurs une petite magiocratie où chaque individu se voit marqué à sa naissance par le Kualikann, le plus puissant sorcier du royaume, qui tient également lieu de souverain. Les Okilonn de Kuaj-Pyoroon n’ont pas de traditions martiales, et préfèrent employer des créatures planaires pour former rapidement une troupe. Peu affectés par le Vortex de Dreyk, les Okilonn commencèrent à explorer le reste du système peu avant la venue des Syndarheem, ils n’eurent pas le temps d’étendre les frontières du royaume et furent vaincus par les puissants envahisseurs. Le Kualikann de l’époque parvint cependant à forger un pacte entre leurs deux peuples, et depuis lors, les Okilonn ne portent pas les armes et paient un tribut aux seigneurs Syndarheem les acceptant sur leurs territoires. Ainsi donc, bien que la nation magiocratique puisse facilement anéantir la tribu des Œil-ophidiens, l’ancien accord est respecté par le Kualikann N’zok Batruul (Okilonn / Sorcier élémentaliste [Terre] 16/ N), qui se contente de surveiller les limites de son domaine, et de s’acquitter du tribut à ses gênants voisins.

Il est possible d’accéder au royaume souterrain de Kuajapaï grâce à trois grands puits aux parois ornées d’impressionnantes fresques montrant l’ancienne histoire Okilonn. Ces accès mènent tous à une grande caverne centrale à partir de laquelle rayonnent d’autres grottes formant le cœur du domaine.

Les Okilonn sont organisés en dix-sept clans dominés par les plus puissants sorciers nommés Kuanann. Ils perpétuent des traditions mystiques ancestrales et cherchent régulièrement à imposer leur vision aux autres clans. Le titre de Kualikann reste cependant le seul moyen pour un Kuanann de parvenir à ses fins, car le peuple Okilonn s’est détourné depuis longtemps des actes violents à l’encontre de ses membres. Les duels magiques existent, et servent à régler les litiges ordinaires, mais ils n’impliquent pas de sorts mortels.

Liés au règne minéral, les Okilonn possèdent tous des dons magiques innés, et ceux qui s’avèrent ne pas pouvoir développer des talents de sorciers élémentalistes se tournent vers l’artisanat.

Kuajapaï est une petite magiocratie dont l’influence ne dépasse pas les voûtes des cavernes de Kuaj-Pyoroon, mais des liens existent entre les Okilonn et les autres vassaux des Syndarheem. Le royaume fait ainsi du négoce avec les Kyrzaï de Jamaar-Juuna ou les Pyoneel de Nyataam-Velk, formant une alliance économique en mesure de tenir tête aux tribus de Dreyk. Hors de leur domaine souterrain, les Okilonn de Kuajapaï sont souvent perçu comme un peuple différent des communautés adaptées au Vide, et vivant selon des traditions différentes.


Sites notables : Kuaj-Pyoroon est souvent désigné comme le Monde Syndarheem, de par sa taille et son abondance de ressources. Les autres tribus contestent cette appellation, mais la majorité des voyageurs d’outresphère viennent généralement découvrir les mystères de ce planétoïde.

Nalhoon est une petite communauté Oeil-ophidienne comptant cinquante-sept individus, tous marqués dans leur chair par le même serpent lové autour d’une étoile. Ce sont les descendants d’une lignée ancienne, pouvant faire remonter ses origines à l’époque durant laquelle les Syndarheem vivaient encore dans la Sphère de Sehonid. Tous sont des sorciers, liés au Vortex, mais disposant de pouvoirs très semblables à ceux des Stellaires.

Ezyala Cwurn Oeil-ophidien (Syndarheem ♂/ Sorcier du Vortex 5/ CN), est le guide de cette communauté, allié inconditionnel de Nyokana Myrl Oeil-ophidien, il compense ses pouvoirs limités par un usage extrêmement agressif de la magie entropique, à tel point que même les fidèles Natori de Pyorom réfléchissent à deux fois avant de venir menacer ce regroupement de sorciers belliqueux. La famille Cwurn de Nalhoon forme le bras armé de la caste Nitiri, ses membres sont peu puissants, mais unis face à l’individualisme prôné par Pyorom, ils représentent un pouvoir menaçant au sein de la tribu.

Le village se dresse sur les berges d’un lac peu profond, situé au fond d’un cratère ancien. Un accès au royaume Okilonn de Kuajapaï est tenu secret, il permet aux Cwurn de partager leurs connaissances magiques avec les habitants du monde souterrain, en contrepartie de quoi ces derniers troquent des objets magiques et des ressources alimentaires qui leurs sont inutiles.

Ko’onok est le cœur spirituel de la nation Okilonn, un lieu duquel auraient émergés les premiers représentants de ce peuple, et où les sorciers élémentalistes viennent encore se ressourcer. Au plus près du noyau planétaire, Ko’onok est un cercle de dix-neuf mégalithes abritant plusieurs centaines d’ossements, de ceux qui furent certainement la première colonie dans les entrailles de ce monde. Il faut plusieurs jours pour rallier cette caverne depuis le Kuajapaï, et de nombreux pièges rendent le périple hautement dangereux.

Ko’onok est une croisée planaire, menant aussi bien vers les Plans de la Roue ancienne qu’au sein des réalités Primordiales. Bien qu’elle soit difficile d’accès, il est plus facile pour un sorcier d’ouvrir des passages en ce lieu que n’importe où ailleurs sur Kuaj-Pyoroon. Les pierres levées sont recouvertes de cartes planaires et d’indications sur de nombreux lieux oubliés. L’Histoire des Okilonn se mêle ainsi à celle de nombreuses et mystérieuses peuplades dont nul n’a plus entendu parler depuis des millénaires.

Lorsqu’ils sont nommés Kualikann, il est de bon ton pour les sorciers Okilonn d’entreprendre un pèlerinage vers Ko’onok, et de revenir avec le crâne pétrifié d’un ancêtre, qui devient généralement un symbole de pouvoir.

Publicités
Catégories : Les Sphères Connues, Peuples du Vide, Sphères de cristal | Étiquettes : , , , , | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Kuaj-Pyoroon, les mines okilonn

  1. gentils cailloux!

  2. Dans un territoire aux ressources réduites, on comprend mieux le besoin de conquête des Syndarheem.

  3. Pingback: La Sphère de Dreyk | Les voyages de Deryn Naythas

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :