Synaskaal, aux Forges telluriques

Sphère de cristal : Sphère de Nayakaal

Type de monde : Sphérique rocheux

Echappée : 5 tours

Taille : E (diamètre équatorial de 9 872km)

Rotation : 76 heures

Révolution : 362 jours

Lunes : Synastaa

Population : 876 322 Synayaal, 254 698 Otoyuu.

La planète la plus éloignée de Nayamaa, le grand soleil blanc du système, est un monde de hautes montagnes et de pics criblés de cavernes. Des vents violents soufflent en permanence à la surface, et seules les gorges les plus profondes sont occupées par d’antiques métropoles en ruines des peuples de la Triade.

Synaskaal est plus généralement connu pour son univers souterrains, où un ensemble de cavernes forme un réseau planétaire sur plusieurs niveaux, relié à la surface par d’immenses puits de jour. C’est le domaine des Synayaal, les Forgeurs telluriques qui puisent dans l’énergie de la Terre afin d’élaborer d’immenses coques minérales. Faune et flore sont extrêmement diversifiées, avec un tiers seulement d’espèces endémiques, les autres étant originaires de mondes oubliés, par-delà l’Océan fluidique. De grands prédateurs existent mais ont reculés avec le développement de vastes métropoles et l’exploration des plus grands lacs souterrains. Il existe également une région, proche du noyau planétaire, où les températures excessives limitent les incursions, mais où se rassemblent plusieurs peuplades belliqueuses, nées dans les Plans Primordiaux. La frontière de cette étrange contrée est le domaine ancestral des Otoyuu, rejetons métissés d’entités du Feu, et cherchant à transformer Synaskaal en brasier éternel.

Ports d’accueil : Le Synastayaruu, l’Empire des Méandres, a depuis longtemps ouvert les entrailles du monde au commerce avec les autres peuples des Sphères de la Forge stellaire. Les Synayaal sont toujours de redoutables guerriers, aussi bien dans les galeries de leur planète que dans le Vide. Leurs nefs sont toujours associées aux plus impressionnantes conquêtes forgéennes, mais les habitants de Synaskaal se lassent de la guerre, et préfèrent désormais faire du négoce, ou tenir le rôle d’arbitres dans les litiges à l’extérieur de leur monde. Anysaan, la Cité de l’Entente, est connue pour ses imposantes forteresses aménagées dans des masses rocheuses flottant dans la caverne centrale du Synastayaruu, sculptées à la semblance de crânes. Chacune est une entité politique indépendante, rattachée à l’Empire, et gouvernée par le représentant d’une lignée Stellaire notable. Les Gardiens d’Anysaan, comme ils se désignent eux-mêmes, sont en charge de la politique extérieure impériale, ils organisent d’incroyables festivités, en respectant les coutumes de leurs invités, et se chargent de forger les pactes qui vont au mieux bénéficier au Trône des Méandres.

Le port en lui-même est un gigantesque tore flottant à une centaine de mètres du sol, il est criblé de cavernes où sont aménagés des quais fortifiés et des ateliers permettant les réparations les plus complexes. Le zocalo de la cité est également établis dans cette structure. Les Gardiens d’Anysaan maintiennent en permanence une flotte commune d’une soixantaine de vaisseaux, auxquels ils peuvent adjoindre trois fois plus de renforts, si la situation l’exige. Inutile de préciser que la Cité de l’Entente ne fut que très rarement menacée.

Comme partout ailleurs à travers le monde souterrain de Synaskaal, les Synayaal favorisent leurs déplacements à dos de Caa’nac, de grands reptiles volants originaires du monde de Naa’setaï, et s’étant adaptés aux conditions de pratiquement tous les environnements des Sphères de la Forge stellaire. Les starjammers sont quant à eux réservés au commerce interplanétaire et à la protection des enclaves Synaskaal hors-monde.

Anysaan s’étend également à la surface d’une dizaine de petites cavernes, chacune spécialisée dans une culture particulière. Fruits et légumes abondent grâce à un sol fertile et des techniques d’irrigation ingénieuses. Toutes ses denrées sont acheminées vers le cœur de la métropole, formée par douze grands anneaux fortifiés, abritant une centaine de milliers d’habitants. Des puits aux parois creusées de cavernes servent de berceaux pour les forteresses minérales des Gardiens d’Anysaan, ils abritent également des garnisons et de somptueux palais où les protecteurs de la métropole viennent se délasser entre deux missions diplomatiques.

Ressources : Le règne minéral prédomine sur Synaskaal, mais la planète est surtout renommée pour sa flore diversifiée et offrant aussi bien une large pharmacopée que des ressources alimentaires variées. Fournissant la nourriture à l’ensemble du Synastayaruu, Synaskaal est connue pour les spécialités culinaires de ses provinces impériales, qui rivalisent entre elles durant de nombreuses célébrations. Toutes les traditions Synayaal se retrouvent et se mélangent dans la Cité de l’Entente, où des chefs sont grassement payés pour l’organisation de prestigieux banquets.

Plusieurs métropoles sont également renommées pour leurs chantiers spatiaux, où sont taillés des coques minérales extrêmement robustes et aménagées à la convenance des armateurs, souvent de riches négociants d’outresphère. Les Synayaal favorisent généralement les vaisseaux de guerre massifs, en mesure de transporter des armées entières, mais les traditions sur Synaskaal encouragent plutôt la conception de nefs plus petites, richement ouvragées et aménagées pour la plaisance.

Culture dominante : Les Synayaal ne sont pas natifs de ce monde, mais en ont colonisés une bonne part depuis plusieurs millénaires. Autrefois de grands conquérants, ils sont désormais de prospères négociants doublés de redoutables sorciers manipulant les forces de la Terre. Ils ont conservés d’importantes parts de la connaissance mystique prise aux peuples de la Triade primordiale, et si les lignées Stellaires règnent comme partout ailleurs, il existe parmi les Synayaal d’autres castes magiques puissantes.

La société Synayaal est au cœur d’une grande nation dix fois millénaire, le Synastayaruu, l’Empire des Méandres, est ce qu’il subsiste d’une ère de glorieuses conquêtes. Bien que de nombreux peuples ce soient affranchis de leur serment de vassalité, le Synastayaruu reste une force majeure au sein des Orbes pétrifiés, et l’Empereur Tenipho Ajuruu, sur le trône depuis mille ans, est connu comme le plus puissant porteur de lignée Stellaire encore vivant. C’est sous son autorité que l’Empire a étendu son influence à travers les Méandres, le vaste dédale cosmique reliant le système Nayakaal au Phlogiston. A tel point que les deux planètes sont depuis quelques siècles considérées comme de simples enclaves.

Synaskaal est un monde où se rassemblent les plus anciennes lignées Stellaires, et où l’Empereur aime venir pour se délasser. De nombreuses cavernes ont été patiemment aménagées en vastes jardins où se mêlent essences végétales, espèces animales exotiques et veines minérales uniques. Elle est parfois sous le nom d’Ecrin Synayaal, car elle montre l’opulence et la prospérité du Synastayaruu.

L’Empereur délègue son pouvoir à un intendant, le Synaat, qui veille à l’application des lois impériales mais reste malgré tout en retrait face aux seigneurs représentants les lignées Stellaires majeures, les Synalayaat, qui règnent pour leur part sur des domaines ancestraux et conservent une certaine indépendance face à l’Empereur. La position des Synalayaat peut cependant être contestée par le Trône des Méandres, dont la lignée Stellaire dispose du pouvoir de neutraliser les capacités d’un autre lignage. Il est cependant rare que les affaires impériales menacent l’équilibre d’un domaine, et la plupart des Synalayaat coopèrent volontiers pour la gloire du Synastayaruu.

Le titre de Synalayaat est héréditaire, il donne accès à un domaine, comprenant un palais, plusieurs cavernes dont les ressources excédentaires peuvent être stockées par le seigneur, où laissées aux négociants qui les revendent en lui versant une part de leurs bénéfices. En contrepartie, il assure la défense et fait appliquer la loi impériale, veillant également à l’entretien des voies terrestres et des bâtiments. A sa charge également de former et entretenir une troupe, qui en cas de crise est mobilisée sous la bannière impériale. Le Synaat dispose également de sa propre flotte et peux exercer une pression contre tout seigneur récalcitrant.

La société Synayaal est divisée en castes, celle des Synalayaat regroupe les détenteurs de lignées Stellaires majeures, celle des Symadayaat est celle des héritiers de lignées mineures, ou d’anciens lignages majeurs déchus. Celle des Syratayaat est celle des métisses, qui sont relégués aux tâches subalternes et sont fréquemment les détenteurs de lignées Stellaires sans lien avec celles des Synayaal. La notion de pureté du lignage est capitale, mais avec la fin des conquêtes et l’ouverture vers le négoce à grande échelle, la caste Syratayaat prend de l’importance et plusieurs personnalités ont su obtenir titres et domaines.

Les Synayaal s’unissent exclusivement au sein d’un même lignage, mais cette notion reste suffisamment floue pour que des unions au sein d’une même caste soient tolérées, limitant ainsi la dégénérescence des lignées, comme cela se produisit par le passé.

En simplifiant la fonction de chacun, les Synalayaat règnent sur leur domaine, les Symadayaat perpétuent les traditions artisanales, tandis que les Syratayaat représentent une main d’œuvre pour les autres castes. Dans la réalité actuelle cependant, la majorité des Forgeurs telluriques appartiennent à la caste Symadayaat, tandis que les Syratayaat encouragent le développement de leurs propres Forgeurs, liés à d’autres traditions. Les Synalayaat pour leur part, utilisent leurs puissantes lignées Stellaires pour amplifier les rituels mystiques des temps anciens. Cette magie puise en partie dans les Marches Kyzorii, mais fait également appel à des forces plus complexes, nées dans le Trinuum.

De fait, les peuples d’outresphère identifient souvent les Symadayaat comme étant la caste dominante au sein du Synastayaruu, car ils sont les plus enclins à démontrer les talents de leurs Forgeurs. La magie des Synalayaat passe pour sa part comme un ensemble de pratiques étranges et dangereuses.

Loin sous la surface, au sein d’un environnement hostile à la vie telle qu’elle se développe dans les strates minérales supérieures du monde, les Otoyuu règnent sur un immense territoire de feu et de roche en fusion. Héritiers de peuples des flammes exilés près du noyau de Synaskaal. Leurs tribus ont depuis longtemps été unifiées sous la bannière de l’Oto’noo’boroo, une nation encore fragile, dominée par une caste de Nécroforgeurs aux redoutables pouvoirs, les Otomonuu. Singeant les coutumes des Synayaal dont ils convoitent les ressources, les Otoyuu sont en guerre ouverte avec les peuples des flammes, désormais sur le déclin, et dont les territoires sont lentement annexés par les armées nécroforgées. Les batailles sont de plus en plus espacées dans le temps, car les adversaires ne sont plus suffisamment nombreux pour tenir tête aux armées conquérantes. Les Otomonuu envisagent depuis peu de pousser leur avantage jusqu’au noyau planétaire, où ils comptent employer de puissants rituels nécroforgiens afin d’altérer la planète toute entière.

Les Otoyuu sont divisés en trois castes ne se mélangeant jamais. Les métissages au sein d’une caste sont encouragés, mais la notion de lignée Stellaire n’existe pas pour ce peuple. Les Otonoroo règnent sur le grand empire de l’Oto’noo’boroo, ils regroupent différentes lignées de Nécroforgeurs, dont les Otomonuu, et sont les détenteurs de toutes les connaissances mystiques. Regroupés dans de petites métropoles isolées, ils imposent leur volonté par le biais des créatures nécroforgées qui forment le gros des armées impériales. C’est également parmi eux que l’Empereur des nécroflammes est choisi, parmi les plus aptes représentants d’une génération, et après un grand nombre d’épreuves sanglantes.

Les Otokoroo forment une caste combattante sur le déclin, mais menant cependant les armées nécroforgées loin dans les territoires des peuples des flammes. Ils s’établissent dans de massives forteresses abandonnées, et commencent à explorer les fragiles passages planaires reliés aux Plans Primordiaux. Les Otokonuu sont les maîtres de ces combattants d’élite, ils savent concentrer les pouvoirs de leurs ancêtres à travers leurs armes, et sont également adeptes de styles martiaux jalousement conservés au sein de la caste.

Enfin, les Otoloroo sont les bâtisseurs, autrefois une main d’œuvre asservie par les autres castes Otoyuu, mais qui parvinrent à s’affranchir du joug de l’oppression en s’appuyant sur leur nombre. Ils se rassemblent dans de grandes métropoles en équilibre au-dessus de lacs de lave, et rassemblent de nombreuses connaissances artisanales prises aux peuples des flammes. C’est à travers leurs plus récentes constructions qu’ils ont découverts comment puiser dans les énergies primordiales. Et bien que ces forces soient amoindries par l’interférence de l’Océan fluidique, les cités Otoloroo disposent toutes de remparts de feu et d’un réseau de vortex élémentaires permettant de voyager rapidement à travers l’Oto’noo’boroo.

Sites notables : Les Synayaal ont profondément modifiés leur environnement, amenant de nouvelles essences végétales, qui pour certaines ont fusionnées avec les minerais de Synaskaal. Le milieu déborde de vie et la magie ancienne s’intègre également dans la pierre, laissant de nombreux rituels oubliés inscrits dans la roche, à la portée des adeptes profanes.

Atimaan, la Cité des Forges pétrifiées, est le plus ancien sanctuaire pour les Forgeurs telluriques Synayaal. Les quatre énormes masses des forges dominent une petite métropole d’où la végétation est totalement exempte. C’est ici un lieu voué à la Terre et aux forces primordiales du monde. Avec son millier d’habitants protégés derrière une haute et épaisse muraille, Atimaan passe pour un village oublié, dont l’architecture remonte aux premiers temps d’une ère révolue, durant laquelle les peuples de la Triade régnaient encore. Le Symadayaat Onisi Naburuu (Synayaal ♂/ Forgeur 14/ Forgeur tellurique 12/ Lignée Stellaire mineure Naburuu/ CN) représente habituellement la population face aux voyageurs, il refuse les titres honorifiques mais guide volontiers des aventuriers dans le besoin, si ces derniers se montrent dignes des attentions de sa caste.

Atimaan concentre une grande part du savoir des Forgeurs telluriques, ses ateliers sont extrêmement réputés, bien que l’ensemble des artisans regroupés là adoptent une attitude méfiante face aux représentants du Synastayaruu venant chercher des armes et objets magiques. Les quatre forges pétrifiées font la renommée de la cité, elles ont été aménagées à l’intérieur de massives colonnes soutenant la voûte de la caverne, et en leur sein de concentrent les forces maîtrisées du noyau planétaire. Les Forgeurs telluriques ont la réputation de pouvoir forger de formidables reliques, et leurs grands œuvres parlent pour eux, mais il s’avère que les énergies des forges telluriques d’Atimaan sont rarement sollicitées, chaque emploi de ces forces pouvant potentiellement menacer l’équilibre planétaire. La cité est en fait un creuset de connaissances, où les Forgeurs tentent d’assimiler des savoirs exotiques aux traditions séculaires.

Noo’to’koroo est une métropole de moyenne importance appartenant à la caste Otoyuu des Otoloroo. Elle est parfois désignée du nom de Cité des perles écarlates, car la conquête d’un territoire peuplé par plusieurs communautés descendantes des Azer permis aux bâtisseurs de Noo’to’koroo d’ériger plusieurs grandes structures forgées dans des alliages inconnus, et au centre desquelles de mystérieuses énergies planaires se concentrent, pour parfois se cristalliser en perles d’un rouge profond. Réputées pouvoir amplifier les pouvoirs nécroforgiens, les perles écarlates représentent une monnaie d’échange avec la caste Otonoroo, et plus particulièrement les Otoromuu, des Nécroforgeurs spécialisés dans la conception de golem.

Gouvernée par cinq mystérieux porteurs de masques en acier fondu, la cité se dresse sur une large dalle de magma solidifié dominant une mer de lave en fusion. Des vents chargés de scories incandescentes soufflent en permanence en remontant des entrailles du monde, mais viennent se briser contre l’épaisse muraille de Noo’to’koroo. Douze palais sont appuyés contre le mur intérieur, mais hormis les cinq appartenant aux seigneurs, et qui sont en permanence scellés, les autres sont des ruines labyrinthiques, marqués par des influences planaires anciennes. Des rumeurs mentionnent de nombreux niveaux souterrains, reliant entre eux les palais abandonnés, et menant à des salles oubliées, où les anciens Otoloroo auraient dissimulés de nombreuses reliques dérobées aux autres castes Otoyuu. Ce gigantesque donjon serait cependant partiellement englouti par les flots de lave, et patrouillé par d’inquiétantes créatures nécroforgées.

Synastaa

Fief du Synaat Drajiori Tulanaruu (Synayaal ♂/ Forgeur 11/ Lignée Stellaire majeure Tulanaruu/LN), la petite lune de Synaskaal voit sa surface recouverte par un chaos de rocaille sur lequel il est difficile de se poser. Des vents violents dans l’atmosphère ajoutent encore aux difficultés rencontrées par les navigateurs, qui peinent à rallier l’unique métropole de cet astre, Synastaal.

Les vaisseaux de la flotte impériale sont disséminés sur toute la surface, leurs mouillages étant des cavernes à ciel ouvert, fortifiées et impossibles d’accès par voie terrestre. Le Synaat de Synaskaal contrôle trente-huit starjammers et une armée de deux milliers de combattants. Conscient de la précarité de sa position face aux Synalayaat les plus indépendants, il se contente le plus souvent d’arbitrer les litiges mineurs en laissant les puissants régler eux-mêmes leurs contentieux.

Synastaa n’offre que très peu d’attrait aux voyageurs qui entendent parfois des rumeurs au sujet de souterrains creusés par les peuples de la Triade. Mais si c’est structures existent bien, ce ne sont que des ruines abandonnées. La lune est donc essentiellement un port d’attache pour le Synastayaruu, qui peut y faire escale pour régénérer les enveloppes d’air de ces vaisseaux en partance pour les Confins de la Sphère de Nayakaal. L’accueil du Synaat Drajiori Tulanaruu est connu de tous, de même que son ambition.

Publicités

Auteur : derynnaythas

Passionné par les univers imaginaires depuis toujours, je me suis tourné vers les jeux de rôles et l'écriture à douze ans, je n'ai jamais plus arrêté de jouer, de mener, d'écrire, dessiner et lire. Fasciné par l'acte créatif, qu'il soit artistique ou scientifique, j'essaie de m'ouvrir à autant de sources que possible, afin de créer mon propre univers fantastique, essentiellement autour du thème de Spelljammer.

7 réflexions sur « Synaskaal, aux Forges telluriques »

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s