Ry’leek, aux Forges lumineuses

Sphère de cristal : Sphère de Xi’naag

Type de monde : Sphérique gazeux

Echappée : 8 tours

Taille : F (diamètre équatorial de 47 562km)

Rotation : 86 heures

Révolution : 583 jours

Lunes : Ry’san’laan, Ry’sem’suur, Ry’sor’sool

Population : 736 451 Ry’leek

A l’extérieur du système Xi’naag se trouve la géante gazeuse Ry’leek, une planète aux strates nuageuses alternant des nuances de bleu et de rouge, et dont les phénomènes climatiques peuvent perdurer pendant plusieurs siècles. Si les entrailles de ce monde sont inaccessibles à cause de vents violents et d’une chaleur devenant rapidement intolérable, les strates supérieures sont peuplées depuis longtemps par de brillantes civilisations. Une grande région médiane abrite en effet ce qui pourrait bien être les vestiges d’une quatrième lune, attirée autrefois par le puits gravifique de Ry’leek et qui se brisa à son contact. Les débris dérivent toujours dans cette zone intermédiaire et forment des archipels sur lesquels la Vie s’est développée.

La strate supérieure de la planète est un lieu où les forces de l’Air et de la Radiance se mêlent pour former une voûte lumineuse aux propriétés uniques. Amplifiant la magie, magnifiant les dons des lignées Stellaires, le ciel de Ry’leek est le domaine de puissants seigneurs parfois considérés comme égaux des Immanents.

Ports d’accueil : Y’te’roon est le plus grand port spatial de la région médiane du monde. C’est un port militaire où une alliance de sept Re’neet’Soor a mutualisé des moyens pour former une flotte que soixante très gros vaisseaux de guerre, protégés en permanence par deux centaines de nefs atmosphériques. La Cité-Etat du seigneur Ty’laan’Kaal est devenue en quelques décennies une gigantesque garnison hébergeant une centaine de milliers de combattants. Le palais au centre de la ville a été transformé en une forteresse pouvant accueillir les onze seigneurs qui planifient leurs prochaines invasions du système Xi’naag. Cette alliance est une première dans la culture Ry’leek, et perdure malgré les tensions et les ambitions personnelles.

Y’te’roon, la Cité grondante, est en proie à un certain chaos permanent ; Onze armées cohabitent et préparent de futures conquêtes, les Ne’reet de Ty’laan’Kaal peinent à maintenir un semblant d’ordre et consacrent leurs efforts à manipuler les officiers des autres seigneurs, afin qu’ils assurent eux-mêmes la sécurité des habitants, une tâche ardue et sans réelle portée dans le temps.

Le port spatial draine d’importantes ressources qui viennent alimenter les ateliers et commerces de la cité. Tout est cependant réservé à l’armée coalisée et il est même difficile pour les simples habitants de vivre décemment. De nombreux mercenaires des mondes proches viennent en outre ajouter au désordre, et se joignent à des figures héroïques en prévision des futurs combats. La cité semble en ébullition mais renferme également les représentants de nombreuses factions, qui voient dans cette alliance la possibilité d’aboutir à la fondation d’un nouvel Empire Ry’naa’saa, qui aurait été l’apogée mythique de l’espèce Ry’leek.

Ressources : Les archipels flottants renferment une multitude d’espèces animales et végétales, la combinaison de certains gaz, se mêlant à la lumière de la voûte céleste, favorise le développement de la Vie et assure la prospérité de toutes les communautés Ry’leek.

Il n’existe pas de forêts dans la région médiane, mais la végétation luxuriante recouvre intégralement la surface de nombreuses îles, et plusieurs espèces très répandues captent l’humidité de certains amas nuageux, pour ensuite la transmettre dans les sols, alimentant ainsi des nappes phréatiques qui restent malgré tout de précieuses ressources convoitées.

Beaucoup de créatures volantes ont été domestiquées par les Ry’leek, qui continuent à user d’elles comme montures ou animaux de compagnie. L’alimentation de base mélange un grand nombre de végétaux avec plusieurs variétés d’insectes goûteux. Les Ry’leek ont incorporés les épices découverts durant leurs conquêtes, et sont les principaux clients de plusieurs peuples mineurs qui en font le négoce. Les spécialités culinaires Ry’leek sont connues pour être consistantes et relevées, se mariant fort bien avec les eaux de vie To’kaan.

Culture dominante : La civilisation Ry’leek domine une vaste région du système Xi’naag, cela depuis plusieurs millénaires. Née sur la lune de Ry’sem’suur, elle se déplaça rapidement dans les strates de la géante gazeuse, autant pour se protéger de dangereux prédateurs cosmiques que pour bénéficier des abondantes ressources planétaire.

Les Ry’leek sont depuis plusieurs siècles des conquérants, leur maîtrise de la lumière par le biais de certains dons Stellaires leur confère un net avantage face aux autres peuples de la Forge, et leurs puissantes nefs ne rencontrent que rarement une réelle opposition. Gouvernés par des Forgeurs portant le titre de Re’neet’Soor, les Ry’leek vivent dans de grandes Cités-Etats farouchement indépendantes, et ne parvenant à former des alliances qu’en de rares occasions. Soixante-dix-huit Re’neet’Soor se partagent un territoire englobant non seulement la planète Ry’leek, ses lunes, mais encore plusieurs astres mineurs du système Xi’naag. Les plus charismatiques d’entre eux s’appuient sur la vision d’un empire Ry’leek, unifié bien entendu sous leur bannière, et que le temps à transformé en une légende dans laquelle les valeurs de bravoure et d’ambition prévalent. La légende de l’Empire Ry’naa’saa est également le nom du mythe fondateur Ry’leek, et il fait donc vibrer une corde sensible dans l’âme de chacun.

Comme partout ailleurs à travers les Sphères de la Forge, ce sont les lignées Stellaires qui assurent prestige et influence. Celles des Re’neet’Soor conservent leur position de manière héréditaire, et ne sont plus défiées depuis quelques siècles. Les Neet’soor, vassaux des seigneurs Ry’leek, forment le gros de la population et sont détenteurs de lignées Stellaires considérées comme mineures. Artisans, pâtres ou marchands, ils soutiennent la société des Cités-Etats et reçoivent une éducation limité qui les poussent à rester au sein du territoire contrôlé par leurs maîtres. Enfin, les So’noor sont des esclaves d’autres peuples, capturés et assimilés dans la population Ry’leek pour se charger des tâches sublaternes. Une autre caste d’esclaves est regroupée en certains lieux, il s’agit de ceux n’ayant pas encore prouvé leur souhait de vivre au sein de la culture de leurs conquérants, et qui peuvent être éliminés à tout moment. Les So’noor sont ainsi des esclaves, mais recevant un bien meilleurs traitement, leur maître Ry’leek n’a plus droit de vie ou de mort, et toute faute et jugée par un tribunal présidé par le Re’neet’Soor.

De par le passé, de terribles insurrections So’noor menacèrent la société Ry’leek d’effondrement. Seule la puissance des lignées Stellaires permis d’éviter le chaos total, mais depuis ces évènements, la population des esclaves est fortement limité, cantonnée à certains quartiers, sur des archipels célestes isolés.

La Cité-Etat Ry’leek traditionnelle est bâtie dans la région médiane de la planète, au milieu d’un archipel dont les îles sont peuplées par des communautés vassales. Historiquement ancienne, elle abrite le palais du Re’neet’Soor, les ambassades des autres seigneurs ainsi que plusieurs garnisons. La culture Ry’leek est expansionniste par nature, les Forgeurs sont tous intégrés dans des corps de la puissante armée locale, et une grande partie de l’activité économique se concentre autour de la zone portuaire.

Les Ry’leek font un grand usage de la lumière, qu’ils emploient en tant qu’énergie motrice aussi bien pour leurs nefs spatiales que pour les nombreux navires sillonnant les vastes étendues gazeuses de leur monde. La flotte du seigneur est fréquemment répartie dans le port de la Cité-Etat et des colonies éloignées. Il s’agit de vaisseaux utilisant exclusivement des voilures magiques captant la lumière de la strate supérieure. Ils peuvent s’aventurer à quelques dizaines de lieues dans l’Espace sauvage, mais ne sont pas intégrés à la flotte spatiale du Re’neet’Soor. Les spelljammers Ry’leek sont toujours de très fort tonnage, ils intègrent des voilures photoniques leur permettant d’évoluer dans les nuages de leur monde, mais sont plus généralement propulsés par un Timon-lumière, que seules des lignées Stellaires particulières peuvent manœuvrer. Une Cité-Etat dispose en général d’une flotte spatiale de dix spelljammers, tous d’au moins cent tonnes, et d’une flotte planétaire d’une soixantaine de vaisseaux.

L’armée Ry’leek est divisée en trois grands corps au sein desquels les Neet’soor peuvent s’illustrer et acquérir le prestige nécessaire pour se lier à la destinée de leur seigneur. Les Ne’reen forment l’essentiel des troupes et sont des fantassins en armure légère, apprenant à manier un large éventail d’armes traditionnelles tout en servant comme matelot à bord des nefs du seigneur. Une complexe hiérarchie vient offrir des opportunités aux porteurs de lignées Stellaires mineures de se faire remarquer, et qui peuvent ainsi favoriser l’ensemble de leur lignage par des domaines et des titres honorifiques. Les Ne’teel sont spécialisés dans l’artillerie Ry’leek, une catégorie d’armes ayant amené cette culture à dominer bien des civilisations plus anciennes. Les officiers Ne’teel sont porteurs de lignées Stellaires bien spécifiques, qui permettent d’interagir avec les miroirs, capables de concentrer la lumière en des faisceaux mortels. De par leur rôle prépondérant durant les batailles, les Ne’teel sont souvent des individus fortunés, formant une caste à part dans la société Ry’leek. Enfin les Ne’reet sont en charge des reconnaissances, de l’infiltration et du renseignement. Peu nombreux, et avec le taux de mortalité le plus élevé parmi les troupes, les Ne’reet sont des guerriers aguerris, se spécialisant dans des domaines exotiques. Certains seigneurs les emploient en tant qu’assassins, d’autres comme espions.

La magie est réservée aux Forgeurs des lignées Stellaires Re’neet’Soor. Traditionnellement, le plus puissant héritier reçoit la charge de seigneur, les autres embrassent des carrières militaires, ou se tournent à défaut vers les pratiques mystiques. Comme dans beaucoup de sociétés forgéennes, les arts hérités des peuples de la Triade primordiale tendent à être méprisés. Les Ry’leek manipulent une magie basée sur la lumière, appliquée sous la forme d’enchantements complexes, souvent puissants. Ces Forgeurs sorciers sont nommés So’laam, ils sont organisés autour des dix-huit plus puissants adeptes qui assurent protection et enseignement à leurs pairs. Les So’laam se rassemblent dans des sanctuaires urbains, ils possèdent leurs codes et traditions hermétiques, leur assurant le contrôle d’un vaste corpus de sorts propres à leur peuple. Souvent sollicités par les seigneurs, ils peuvent servir en tant qu’éminence grise mais n’ont pas de position officielle.

La société Ry’leek est cependant curieuse en ce qui concerne les pratiques magiques des autres peuples, et des So’noor ont ainsi pu élever leur condition grâce à quelques talents dans les arts profanes. Mais comme partout ailleurs à travers les Sphères de la Forge, ce sont les dons Stellaires qui démontrent la maîtrise mystique d’un individu. Les Re’neet’Soor suivent tous un enseignement dans ce domaine, durant quelques années, mais contrairement à d’autres civilisations, ce savoir est généralement perçu comme un atout mineur sur les autres castes plutôt que comme un élément fondateur de la culture Ry’leek.

Sites notables : La planète aux Forges lumineuses est une immensité gazeuse où la Vie s’est rapidement multipliée. Les Ry’leek semblent en avoir été les seuls conquérants, mais des légendes anciennes perdurent encore concernant un peuple oublié, contemporain de ceux de la Triade primordiale, et qui aurait établis les fondements d’une magie extrêmement puissante, liée à la lumière. Il n’existe cependant aucune preuve concluante indiquant l’existence de ces êtres mythiques.

Les Pivotantes sont les plus anciennes constructions connues dans les archipels de la région médiane. Ce sont des édifices assemblés à partir de gros blocs de pierre non taillée, supportant d’immenses miroirs forgés dans des métaux antiques et servant à former un réseau de communication couvrant presque totalement l’équateur. Désormais réservées aux grandes célébrations et aux messages d’alarme, les Pivotantes mobilisent des familles entières qui se sont développées à l’écart des Cités-Etats et sont en charge de l’entretien des structures vieillissantes. Il n’est pas rare que des communautés de petite taille soient établies non loin d’un miroir, utilisant l’artefact tel un phare pour guider des navires marchands croisant dans les cieux proches.

Le Ry’naa’taak est une région bien particulière au sein du territoire Ry’leek. Située dans la haute atmosphère, elle abrite plusieurs grandes îles qui furent élevées au-dessus des autres par la volonté de certains porteurs de lignées Stellaires, les Naa’taak, dont la descendance naquit ainsi dans un intense rayonnement bienfaisant qui fortifia leur ethnie. Se considérant comme supérieurs à tous les Ry’leek, les seigneurs du Ry’naa’taak tentèrent plusieurs fois par le passé de s’allier pour imposer leur volonté au reste du peuple. Mais ces coalitions ne tinrent jamais bien longtemps, et les Cités-Etats de la région médiane balayèrent ces vaines tentatives en les réprimant dans le sang.

Le Ry’naa’taak abrite sept grandes métropoles autonomes, qui contrairement à leurs voisines en contrebas ne peuvent s’appuyer sur les ressources d’archipels sous leur autorité. Les îles supérieures, bien que notablement étendues, sont isolées dans les immensités célestes et doivent donc compter sur le commerce pour soutenir leur population. L’eau est une denrée extrêmement rare dans cette région, et un embargo sur cette ressource a déjà brisé plusieurs velléités d’indépendances et d’alliances contre les Cités-Etats inférieures.

Les seigneurs des Naa’taak comptent encore parmi les plus puissants Forgeurs Ry’leek, et leur implication dans une campagne militaire garantie un succès pratiquement certain. Leurs lignées Stellaires puisent dans la lumière d’une manière bien plus intense que n’importe quel autre lignage et plusieurs ancêtres devenus des Immanents laissèrent à cette descendance des reliques de pouvoir, comme par exemple la Couronne des Sy’leel, qui confère à l’héritier en titre de cette lignée Stellaire de manœuvrer seul un vaisseau de plus de cent tonnes.

Ry’leek est connue comme le monde aux Forges lumineuses car les anciens y laissèrent de véritables ateliers mystiques permettant aux Forgeurs de façonner la lumière. Les Forges lumineuses ne sont plus que six, sur les soixante qui existaient jadis. Ce sont des sanctuaires protégés par la magie des anciens, et qui furent autrefois employés pour forger des armes extrêmement puissantes. Les lignées Stellaires actuelles peinent à élaborer de nouvelles reliques et se contentent de préserver les lieux dans l’espoir que l’un de leurs héritiers puisse un jour rivaliser en puissance avec ses ancêtres.

Ry’san’laan

Les Ry’leek ne se sont établis que très récemment sur cette lune rocheuse et aride. D’épais nuages de gaz empoisonné recouvraient depuis toujours sa surface, mais les actions d’un groupe d’aventuriers provoquèrent la transformation de ce linceul mortel en une atmosphère respirable. De petits comptoirs sont ainsi établis et servent de point de départ à des expéditions s’enfonçant dans les entrailles de Ry’san’laan, où existe un immense réseau de cavernes contenant les ruines de cités anciennes.

Des fresques gravées dans la roche sombre montrent des créatures arachnides manipulant des énergies élémentaires et semblant guerroyer dans le Vide face à ce qui semble bien être des représentants de la Triade primordiale. Aucune référence extérieure n’existe concernant cette espèce, qui semble s’être éteinte bien avant l’émergence des Ry’leek.

Plusieurs sites sont en train d’être explorés et des artefacts remontés à la surface. Bien que les principes magiques employés par le peuple de Ry’san’laan s’avèrent plutôt rudimentaires, ils permettent d’employer des forces très concentrées d’énergie primordiale.

Ry’sem’suur

Le véritable berceau des Ry’leek est une lune riche en ressources minérales, mais ne possédant que très peu de sources d’eau. De même, la végétation se réduit à quelques variétés résistantes de cactus dans la zone équatoriale. Enfin, des vents froids soufflent régulièrement sur les landes septentrionales, où apparaissent encore les ruines de petites communautés préfigurant les imposantes Cités-Etats. Il apparaît clairement que les ancêtres de ce peuple étaient déjà dominés par une soif de conquêtes, comme en attestent les champs septentrionaux jonchés d’ossements de sauriens, qui furent sans doute les rivaux des Ry’leek.

Plusieurs Re’neet’Soor utilisent cette lune pour y parquer les esclaves ramenés de campagnes militaires. Les conditions de vie sont supportables mais limitent fortement les envies de fuite. De fait, seuls les combattants assignés à la surveillance des groupes d’esclaves résident sur cet astre. Au fil des générations, des ruines ont été remises en état, et il n’est pas rare que des esclavagistes viennent faire du négoce de manière officieuse, améliorant ainsi le quotidien des gardes tout en sélectionnant des individus qui n’auront ainsi rien vu de la culture Ry’leek sinon de sinistres ruines.

Ry’sor’sool

La lune la plus éloignée de Ry’leek est un astre sans atmosphère, mais dont la surface porte les marques d’un immense océan depuis longtemps disparus. Ry’sor’sool est surtout connue pour avoir dissimulée dans son ombre des flottes ennemies qui utilisèrent un courant gravifique permettant de rallier rapidement les strates supérieures de la planète.

Publicités
Catégories : Les Sphères de la Forge stellaire, Sphères de cristal | Étiquettes : , , , | 3 Commentaires

Navigation des articles

3 réflexions sur “Ry’leek, aux Forges lumineuses

  1. j’aimerai en savoir plus sur cette forme de magie basée sur la lumière.

  2. illustration provenant du prochain Avatar, si je ne m’abuse.

  3. les idées dont nous parlions s’éloignent un peu de spelljammer, mais rendent vraiment bien sur un monde comme ça je trouve. J’attend de voir les crayonnages!

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :