Les Voies As’kaanii

La dimension des Voies apparaît comme une réalité occupée par des brumes au travers desquelles se croisent une multitude de voies pavées. Nul n’a encore jamais arpenté l’intégralité de l’une de ces routes, mais de nombreuses légendes mentionnent des cités et autres palais, où la Reine des Voies planaires récompenserait les pèlerins méritants.

Les Voies peuvent parfois former des croisées, où se sont regroupées des communautés qui parviennent à prospérer, mais l’essentiel de cette dimension se résume à de longues bandes pavées et cernées de brumes à travers lesquelles il est risqué de s’aventurer ; Le sol se dérobe en effet après quelques pas, provoquant une chute qui s’achève invariablement sur les pavés d’une voie, fréquemment très éloignée du point de départ des infortunés explorateurs.

Les Voies As’kaanii forment un réseau planaire touchant de nombreux lieux à travers les Anciens Domaines Reigar. Il suffit réellement de marcher sur les routes nimbées de brumes, plus ou moins longtemps en fonction apparemment de la distance à parcourir, et la transition avec le Plan Matériel Primaire se fait graduellement. Les brumes sont les premières à s’étioler, puis des formes floues apparaissent, enfin les effets climatiques locaux touchent l’Arpenteur planaire. Il faut également noter que les passages empruntés sont toujours à sens unique, As’Kaan interdit aux siens de revenir sur leurs pas.

Natifs : Les Pèlerins des brumes sont connus pour former un groupe de guides résident au sein de la dimension. Bien qu’ils arborent toujours un grand manteau de voyageur, avec un capuchon noyant leur visage dans les ténèbres, ils semblent appartenir à une même espèce, humanoïde et à la peau grisâtre, avec de grands yeux rouges. Capables de se déplacer en n’importe quel lieu des Voies à volonté, les Pèlerins peuvent emmener avec eux quelques voyageurs, mais ils ne font que rarement usage de ce pouvoir. Selon les dires de quelques sages ayant traversés les Voies, les Pèlerins des brumes vivraient en réalité sous les chemins pavés, où existeraient tout un réseau de Voies leur étant réservées, et menant à des cités et autres lieux formant leur royaume. Aucun Arpenteur n’a encore pu explorer cette réalité imbriquée mais plusieurs allusions émanant de Pèlerins semblent confirmer son existence.

Cités : Bien que les Voies As’kaanii mènent aux abords de nombreuses métropoles du Plan Matériel Primaire, la dimension en elle-même ne contient apparemment aucune agglomération d’importance. Mais encore une fois, il est bon de préciser que les Pèlerins des brumes semblent disposer pour leur part d’une véritable société, dissimulée aux yeux des voyageurs. D’après quelques indices glanés au fil des ans, leur capitale se nommerait Jylkanuu, elle abriterait un millier d’individus ainsi qu’un grand temple consacré à la déesse As’Kaan. Selon la rumeur, elle serait bâtie sur une croisée de laquelle rayonneraient pas moins de seize voies pavées comptant parmi les plus anciennes.

Pour les Arpenteurs, la plus importante communauté des Voies reste Aldohn, un regroupent d’une centaine d’individus rassemblés autour de quelques bâtiments bordant une croisée et s’enfonçant dans les brumes. D’anciens voyageurs ont vu en ce lieu une occasion de partager leur savoir tout en faisant des affaires. L’auberge du Coureur éternel est une étape obligatoire pour qui souhaite recevoir quelques bons conseils devant une bière de bonne qualité. Olono (pl Tieffelin ♂/ Roublard 8/ Libre Ligue/ CB) est un ancien Arpenteur des Plans à l’ascendance Tanar’ri. Très semblable dans son apparence à un Cambion, il se montre bien plus loquace et d’agréable compagnie, vantant la qualité de sa bière des brumes, brassée dans le sous-sol de son établissement, dans une pièce baignant dans les mystérieuses brumes de cette dimension. L’auberge est comme les autres bâtiments d’Aldohn, bâtie de bric et de broc, elle comporte trois petites chambres à l’étage, un plancher pour le commun des voyageurs, une salle commune pouvant accueillir une quinzaine de personnes, une cuisine et une cave. Rien ne pousse le long des Voies d’As’kaan et l’auberge du Coureur éternel est approvisionnée par les voyageurs de passage.

Outre son auberge, Aldohn compte une douzaine de bâtiments dont une forge et un apothicaire. Les habitants vont et viennent en fonction des ressources dont ils disposent et le Bourgmestre Dothok Martelnoir (pl Nain outreterrien/ Guerrier de la Roue 11/ Ordre Transcendantal/ NB) s’assure de la bonne répartition des biens et des vivres. Plus ancien occupant des lieux, le Nain outreterrien tient lieu de guide sur plusieurs Voies partant du hameau, il offre aux Arpenteurs usant de ses services de transmettre des messages à d’anciens compagnons. Une partie de ces missives impliquent en outre le ravitaillement d’Aldohn.

Rumeurs : Certains voyageurs empruntant les Voies As’kaanii ont pu remarquer des ombres jaillissant de la brume, pour y disparaître à nouveau. De là est né l’idée qu’il existerait dans cette dimension des Voies de traverse, chemins secrets réservés à d’étranges entités encore jamais rencontrées. Les Pèlerins se taisent à ce sujet, ce qui incite nombre d’Arpenteurs à croire en l’existence de ces Voies dissimulées.

Sites notables : La dimension des Voies est un lieu de transit connu de nombreuses cultures des Anciens Domaines Reigar, sa cartographie reste impossible de par la volonté d’As’Kaan, mais les Pèlerins partagent fréquemment leur savoir à ce sujet. Bien peu de voyageurs choisissent de faire étape au sein de cette réalité, les trajets sont généralement courts, mais plusieurs lieux ont interpellés certains Arpenteurs des Plans.

Le Dédale de Rhynisi est une région échappant clairement au contrôle de la Reine des Voies planaires. Les brumes y sont plus sombres, il y règne également un froid terrible, et des bourrasques soufflent régulièrement le long d’une dizaine de Voies. Tous les passages dimensionnels au sein du Dédale mènent sur les mondes d’un même système planétaire inconnu, où aucune des grandes civilisations ayant succédées aux Reigar ne semble avoir eu de prise. Ce sont des planètes sauvages, peuplées de prédateurs redoutables, et où les esprits les plus résistants succombent rapidement à d’incessants murmures les poussant vers la folie. Il apparaît que les Voies de Rhynisi mènent vers trois mondes distincts, tous habités par les mêmes espèces primitives. Cette région des Voies As’kaanii porte ce nom car les passages planaires amènent les infortunés voyageurs en des lieux différents à chacune de leur tentative, mais toujours au sein du même système. Fort heureusement, on n’arrive au sein du Dédale uniquement par le plus malheureux des hasards, au grès des conjonctions planaires déroutant les Arpenteurs de leur chemin. On ne peut cependant en sortir que de la même manière.

Les rares récits mentionnant le Dédale de Rhynisi mentionnent des conditions climatiques terribles à la surface des trois mondes, une flore agressive et des créatures sournoises. Des ruines existeraient, mais aucun détail n’est donné à ce sujet. Des étoiles écarlates semblent également limiter fortement l’usage de toute forme de magie, et un soleil blanc perturbe les pouvoirs liés aux Voies de l’Esprit. Nul ne sait comment des forces encore mystérieuses purent influer la création planaire d’As’Kaan, mais cette région est soigneusement évitée par les Pèlerins des brumes.

La Nef des Sy’nalc est un énorme navire fendant la brume de la dimension des Voies depuis plusieurs siècles, sans que le Temps ne puisse apparemment avoir d’emprise sur son équipage. Les Sy’nalc ressemblent à des elfes, bien qu’ils ne possèdent aucun lien avec ces derniers. De haute stature, avec une peau laiteuse et de grands yeux en amandes, leurs cheveux gris sont ornés de colifichets, et leurs tatouages forment un support pour une tradition orale très riche, focalisée sur les nombreux mondes accessibles grâce aux Voies.

L’équipage compte deux cent individus, et accueille volontiers des voyageurs. La traversée des brumes à bord du Tla’noc est cependant périlleuse, car le navire semble naviguer dans une autre dimension, en bordure des Voies façonnées par la déesse As’Kaan. De menaçantes créatures émergent régulièrement des brumes et de puissants courants gravitationnels peuvent provoquer des embardées violentes.

Les Sy’nalc contreviennent clairement aux lois planaires établies par la divinité, ils ne font que rarement des haltes hors des brumes, et semblent disposer d’un savoir aussi conséquent que celui des Pèlerins en ce qui concerne les entrées et sorties de cette dimension. Ils troquent leurs informations contre des biens qu’ils ne peuvent facilement se procurer, mais semblent ne pas manquer de grand-chose. Une rumeur veut qu’ils soient des ennemis des Pèlerins, ayant trouvé un moyen d’accéder à leurs Voies et cités. Il apparaît en effet qu’après avoir navigué avec les Sy’nalc, aucun Pèlerin ne souhaite avoir à faire avec un voyageur.

Phénomènes magiques : Les Voies As’kaanii n’offrent que peu d’aléas aux voyageurs arpentant leurs pavés. Il arrive cependant que la brume s’obscurcisse parfois et déborde sur le chemin, elle absorbe alors l’essence vitale, allant jusqu’à tuer les plus faibles.

Publicités
Catégories : Les Anciens Domaines Reigar, Les Plans de la Roue ancienne | Étiquettes : , , , | 3 Commentaires

Navigation des articles

3 réflexions sur “Les Voies As’kaanii

  1. un aubergiste à tête de cambion… ça ne doit pas être évident de faire du bizness!

  2. ça doit être le ripper qui doit aimer l’ambiance.

  3. une sorte d’autoroute mal éclairée en quelque sorte!

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :