Ur-Djianaï, le fief du Carapaçon

Type de monde : Sphérique rocheux

Taille : F (diamètre équatorial de 58 673km)

Rotation : 124 heures

Révolution : Aucune

Lunes : Aucune

Population : 38 456 Forgeliers

Trame magique : Tellur renforcée, magie entropique dominante

Avant qu’il ne bascule dans les bras du vortex d’Avalterre, le monde de Ur-Djianaï se trouvait au sein de la Sphère Ancienne, où les conditions locales avaient littéralement pétrifiées la trame planétaire. La planète baigne désormais depuis plusieurs millénaires dans les énergies entropiques de Forge-mondes, et malgré une fin qui semble inéluctable, Ur-Djianaï est en vérité un monde régénéré.

De grandes forêts aux arbres étranges ont poussées sur les plaines de poussière jadis stériles. Les mers australes qui étaient asséchées depuis des dizaines de millénaires abritent désormais des colonies coralliennes multicolores, exsudant des nuages de gaz au sein desquels évolue une faune imitant celle qui devait exister autrefois dans les eaux chaudes de ce monde. Les hauts massifs polaires se couvrent également d’une végétation ocre, favorisant l’émergence de créatures oubliées.

Des vents puissants soufflent sur Ur-Djianaï, pratiquement en permanence. De terribles tempêtes martèlent quotidiennement le sol d’éclairs orangés, amenant toujours plus de phénomènes entropiques singuliers à la surface.

La planète serait normalement considérée comme un véritable enfer pour la majorité des peuples du Vide, mais ceux qui connurent Ur-Djianaï sous son nom ancien de Monde des poussières mornes seraient bien en peine de le reconnaître dans ce bouillonnement de vie et d’énergies magiques.

Ports d’accueil: Des vestiges de l’ère Ancienne, il est possible de conclure que les peuples oubliés qui vécurent sur Ur-Djianaï ne portèrent jamais leur regard vers les pâles étoiles de leur Sphère de cristal.

Par la suite, les nouvelles conditions climatiques limitèrent fortement les tentatives des membres de la Maison Dracostellaire Urst d’établir les fondations d’un port spatial sur ce monde.

Le sanctuaire montagnard de Pordoonagrith a cependant été aménagé autour d’une large terrasse pouvant accueillir deux ou trois spelljammers de moyen tonnage, sous l’abri d’une falaise percée de cavernes aménagées. Une cinquantaine de Forgeliers arborant la marque de Maiashariith occupent les lieux mais ne disposent d’aucun spelljammer en état de voler. Un seul Colibri est entreposé dans une grande caverne, mais nécessite une importante restauration avant de tenter la traversée des cieux déchaînés.

Ressources: Ur-Djianaï est un monde en train de renaître. Faune et flore se développent à un rythme d’autant plus rapide que la planète se rapproche de plus en plus vite du cœur de l’Avalterre. Il est fort probable que le jugement de ce dernier soit défavorable, et que la planète bascule ensuite vers la Grande nébuleuse étoilée de Kzvim. Cela étant, la Vie foisonne sur Ur-Djianaï, et ceux qui foulent le sol de ce monde peuvent en apprécier l’évolution accélérée.

Les membres de la Maison Dracostellaire Urst sont pratiquement les seuls à occuper les lieux, et en tant que Forgeliers, ils ne trouvent guère d’utilité aux règnes végétal ou animal. Malgré tout, certains de leurs apprentis consacrent du temps à étudier l’environnement changeant de leur monde. L’entropie à ici imprégnée chaque chose, et d’une génération à l’autre, bêtes et plantes évoluent notablement. Il est ainsi difficile de classifier ce que les porteurs de la marque de Maiashariith estiment être une ultime résurgence des espèces qui occupaient jadis le monde Ancien.

Quelques alliés de la Maison carapaçonnée reçoivent cependant le privilège d’arpenter l’étrange planète, donc le ciel est occupé par l’œil terrifiant du vortex Avalterre. Ces adeptes des arts mystiques s’accordent pour évaluer que chaque élément nouveau née sur Ur-Djianaï peut être employé comme le cœur d’un sortilège unique à inventer. Quelques-uns avancent l’hypothèse que d’anciens rituels peuvent également fonctionner grâce aux composants matériels uniques de ce monde.

Cultures: Les marqués de Maiashariith vinrent autrefois sur Ur-Djianaï en espérant y trouver les vestiges d’un peuple artificiel mais indépendant, les mystérieux Ur-Kataï. Ils découvrirent en effet des ruines de ce peuple, serviteur des Reigar et puisant dans les étoiles l’énergie nécessaire à une singulière magie leur permettant d’évoluer. Imitant les peuples faits de chair et de sang, les Ur-Kataï accomplirent une forme d’Ascension, vers une réalité supérieure désormais oubliée.

Les membres de la Maison Urst n’eurent guère le temps d’étudier les fragiles archives laissées par ces êtres fait comme eux de métaux, la planète fut en effet attirée dans le système de Forge-mondes, sa surface fut violemment agitée par des vagues sismiques, mais les Forgeliers survécurent au cataclysme et comprirent où ils se trouvaient.

Refusant d’abandonner les ruines Ur-Kataï, le Draconite Nyal’tor Kelter mobilisa les siens et assista ainsi au renouveau du monde mort. L’énergie entropique du Vortex raviva faune et flore, affectant même les dracogrammes des Forgeliers. Il faut quelques décennies pour qu’une cité soit fondée, Ur-anshamdaar, ainsi qu’un portail planaire harmonisé avec les forces du Vortex, la Porte des Ur-Kataï. Grâce à ces atouts, la Maison Dracostellaire Urst fonde rapidement un vaste empire mystique, l‘Ukan-Uramazakaal.

Ur-Djianaï reste durant des millénaires un fief Forgelier, vers lequel de nombreux adeptes des arts profanes risquent un voyage au sein du Vortex pour bénéficier des connaissances de la Maison Dracostellaire. La planète est littérallement saturée par les forces entropiques de Forge-mondes et les Grands Draconites qui se succédèrent à la tête des Ensorceleurs de Urst encouragèrent le développement de puissants rituels planétaires renforçant cette influence. Le monde semble d’ailleurs répondre favorablement à cet afflux constant d’entropie, tandis que de nouvelles formes de vie se manifestent presque quotidiennement.

Les Forgeliers n’ont que faire de la vie organique, mais leurs ancêtres eberronnais étaient jadis des marchands, et la Maison Urst encourage donc les collecteurs de ressources rares et précieuses à venir proposer leurs prix pour avoir l’autorisation d’arpenter une Ur-Djianaï régénérée.

Avec près de quarante milliers de mages, la Maison du Carapaçon représente une force sur laquelle compter, cela à l’échelle des Sphères Connues. L’apogée de l‘Ukan-Uramazakaal est désormais loin dans le passé, mais cet empire perdure malgré tout, avec pour coeur le Fief du Carapaçon, où se dressent de nombreuses ziggourats et forteresses mystiques.

Le Grand Draconite Kizias Lim’Tor (Forgelier Ø/ Ensorceleur dracostellaire [Urst] 25/ Lignée stellaire supérieure Ukanii/ CN) règne sur son peuple et accueil tous les Forgeliers et créatures artificielles douées de conscience. Malgré les trahisons du passé, il compte bien faire de l‘Ukan-Uramazakaal une force en mesure de s’imposer face à toutes les nations du Vide. La majorité de ses Draconites sont désormais mobilisés au sein des Sphères Oubliées, où l’alliance avec la Guilde des Cartographes éthériques à guidée les Forgeliers. Sur Ur-Djianaï, lorsque le maître incontesté de la Maison du Carapaçon est absent, c’est le Draconite Zianat Ur’Talios (Forgelier Ø/ Ensorceleur dracostellaire [Urst] 18/ Lignée stellaire supérieure Ukanii/ CN) qui rassemble les nombreuses communautés disparates en une force redoutable.

La grande majorité des Ensorceleurs de la Maison Urst ayant incorporé la lignée stellaire Ukanii dans leur dracogramme, il n’existe aucune structure hiérarchique sur Ur-Djianaï, et seuls les plus charismatiques rassemblent des suivants autour d’eux, généralement afin d’étudier un rituel complexe ou partir en quête d’une relique ancienne. Le Grand Draconite impose ainsi ses idées, mais doit constamment guider les siens dans la direction qu’il souhaite. La Maison dracostellaire Urst est perçue comme une organisation hautement chaotique, mais les figures qui la menèrent depuis sa fondation parvinrent toujours à donner une impulsion permettant de la guider sur une voie mystique unique et puissante.

Sites notables : Depuis son arrivée dans la Sphère de Forge-mondes, Ur-Djianaï ne cesse de se transformer, sous l’effet combiné de la magie entropique du Vortex et les actions des Ensorceleurs de la Maison du Carapaçon. Bien des merveilles naissent soudainement à sa surface, mais disparaissent tout aussi rapidement sous l’effet des forces perturbatrices. Quelques lieux sont cependant renommés et attirent régulièrement pélerins et quêteurs suffisamment braves pour défier les Forgeliers.

L

Les Merveilles entropiques

Forgées dans les Bassins entropiques sur Ur-Djianaï, les Merveilles entropiques sont huit objets en apparence anodins, qui furent imprégnés par les énergies des lieux et devinrent uniques.

La Boucle de ceinturon repousse ainsi les attaques physiques avec une force égale à celle employée, mais elle peut également parfois accroître la masse de son porteur.

Le Gantelet droit peut geler l’eau douce mais transforme également la peau en gelée gluante, lanières de cuir incluses.

Le Bandeau du Borgne protège contre la pétrification mais fait également changer régulièrement la coloration des yeux de son porteur.

La Tabatière peut créer un mur de flammes écarlates, mais peut parfois libérer un nuage suffocant.

Le Bracelet de bronze absorbe la foudre, peut la renvoyer sur commande, mais peut également électrocuter son porteur.

L’Anneau nasal permet de se passer de respiration dans le Vide mais contraint son porteur à régulièrement pousser de terrifiants mugissements.

Le Gantelet gauche provoque des lacérations au contact, elles résultent de toutes les attaques que subira la victime dans les dix prochains rounds.

Le Tabard du Lion est un vêtement en coton épais, marqué d’un symbole léonin d’origine inconnue. Il accroît démesurément le charisme de son porteur, mais peut également inciter des individus à commettre des attaques suicidaires à son encontre.

’ancienne Forge Adrazorienne, désormais éteinte et isolée dans une vallée recouverte par une végétation faite de cristaux vivants multicolores, es tun lieu où de nombreux Ensorceleurs dracostellaires viennent encore étudier les puissants glyphes Ukanii inscrits dans les alliages de cette structure par les Adrazoriens. Le site est connu pour avoir permi à quelques Forgeliers ayant vu leur dracogramme détruit de reconstituer ce dernier dans l’âtre de la forge éteinte. Les pouvoirs Ukanii se manifestent même encore, bien moins puissants que jadis, mais s’intégrant aux dracogrammes restaurés.

La forêt minérale alentour est le domaine du Clan No-Katam, des Forgeliers ayant longtemps erré au sein du Phlogiston à bord d’un spelljammer d’un type inconnu. Inconscients durant un temps indéterminé, ils s’éveillèrent au contact des forces du Vortex de Forge-mondes, et leur navire s’écrasa sur Ur-Djianaï. Guidés par les Ensorceleurs dracostellaires de la Maison Urst, ils devinrent les gardiens de la Forge Adrazorienne, s’imprégnant des énergies de la lignée stellaire Ukanii combinée à celles du Vortex leur ayant donné vie.

Les Dents de Mazakaalir sont de hauts pics rocheux regroupés au milieu du désert de Mazak, domaine d’un dragon bleu arrivé sur ce monde par accident. Conscient des puissants sorciers fait de métal régnant au-delà de son désert, Nabrakenelirith s’est lui-même institué Gardien des Dents, et dispense le savoir qu’il collecte patiemment à ceux des Forgeliers venant quérir ses services.

Les Dents de Mazakaalir dissimulent des spires métalliques façonnées par les mythiques Ur-Kataï. Certains sages de la Maison du Carapaçon suggèrent qu’il s’agirait même des épaves pétrifiées de spelljammers anciens. Certains sorciers tentèrent de chasser le dragon de ce site intéressant, mais finirent tous en carcasses fumantes.

Nabrakenelirith puise apparemment dans une grande bibliothèque constituée de plaquettes métalliques rouillées, sur lequelles des successions de trous forment ce qui doit être le langage Ur-Kataï. Le dragon possède une connaissance fragmentaire de ce dialecte ancien et singulier, suffisante cependant pour sélectionner les bribes de savoir qu’il dispense aux Ensorceleurs de la Maison Urst.

Les Bassins entropiques sont situés dans une région escarpée, soumise au phénomène local des Marées changeantes, qui peuvent aller jusqu’à transformer la matière elle-même. Les Bassins concentrent en leur sein l’énergie des possibilités éphémères, capable d’amplifier démesurément la puissance d’un individu, ou bien de réduire ce dernier à néant. Les Ensorceleurs dracostellaires du Carapaçon viennent souvent risquer leur existence en ce lieu, afin de venir forger de prodigieuses reliques imprégnées par la magie entropique. La majorité des artefacts façonnés durant le dernier millénaire proviennent ainsi des Bassins entropiques.

Publicités
Catégories : Les Sphères Connues, Sphères de cristal | Étiquettes : , , | 5 Commentaires

Navigation des articles

5 réflexions sur “Ur-Djianaï, le fief du Carapaçon

  1. full metal entropist!

  2. Pour le coup, je suis curieux de voir ce que ça donne, un warforged sorcier!

  3. des dessins! des dessins!

  4. je ne donnais pourtant pas chère de cette idée de forgeliers.

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :