L’Empire Lointain

Alien ship with tentacles wallpaper

Les trois Sphères de cristal rassemblées sous la dénomination d’Empire Lointain sont des orbes difficiles d’accès, éloignés des grands courants éthériques et au sein desquels s’amassent de terribles et effroyables forces anormales, en mesure de distordre la réalité.

Liées au Royaume Lointain, une dimension où règnent d’épouvantables entités cosmiques, ce fameux empire est un grouillement de vie en perpétuelle expansion, mais les entités qui prolifères en ces lieux n’a aucun lien avec la Vie comme elle est connue au sein du Plan Matériel Primaire.

La désignation même d’Empire Lointain est source de contradictions, elle place en effet le Cilice sur un trône fait de corps hurlants, tandis que de nombreux sages estiment que ce sont les Seigneurs de l’Horizon qui règnent sans partage en ces lieux maudits. Tous ont tort, tous ont raison. Celui qui était autrefois connu sous le nom d’Archidiacre Theopharilius VIII règne bien sur ce qui s’approche d’un empire en constante expansion, avec une influence certaine au sein de la Sphère Vivante. Mais depuis quelques siècles, les Seigneurs de l’Horizon accroissent leur présence au sein du Plan Matériel Primaire, et soutiennent parfois les visées du Cilice, s’opposant à lui le reste du temps.

Il faut également ajouter à ces deux forces terrifiantes les entités régnant sur les Noirétoiles, et qui font usage des brèches entre leurs réalités et celle des mortels.

Pour les Ereniens, qui veillent à contenir la menace du Royaume Lointain, c’est bien leur ancien guide spirituel qui incarne cet empire au-delà du Mal. Le Cilice connaît bien les mortels, et malgré son éloignement avec sa forme originelle, l’entité quasi-divine ressent encore des émotions. Nul ne sait pourquoi, avec la puissance à sa disposition, les Sphères du Rempart ne sont pas tombées. Et ce questionnement s’applique également pour les Seigneurs de l’Horizon. Les entités du Royaume Lointain ne peuvent en effet pas être considérées comme de simples tyrans cherchant à asservir les peuples des Sphères Connues. Le Cilice comme les Cinq Seigneurs d’Horizon disposent déjà de dimensions entières soumises à leur volonté, et leur désir d’expansion correspond avec l’extinction pure et simple des espèces attachées au Plan Matériel Primaire.

La Sphère d’Horizon renferme un terrifiant trou noir ayant depuis longtemps dévoré les onze planètes d’un système gorgé de vie. Durant un temps, les planétoïdes rescapés du désastre furent autant de forteresses pour le Cilice, qui lança nombre de flottes contre les Sphères du Rempart. Mais depuis quelques siècles, ce sont les Seigneurs de l’Horizon qui ont pris le contrôle de cet espace.

Grâce à des pouvoirs défiant toutes les lois multiverselles, les terribles entités ont fait du système un vaste lieu d’expérimentation, renforçant l’énergie du trou noir pour que son rayonnement négatif puisse ensuite alimenter leurs étranges reliques partiellement organiques. Un monde tel que le Corridor fut jadis phagocyté et transformé afin de servir de passage aux flottes de l’Horizon. Des lieux comme le Dédale des fractalithes ou la Lance de Kyonulus sont connus de quelques sages, et redoutés pour les pouvoirs dévastateurs qu’ils peuvent amener au sein du Plan Matériel Primaire.

La Sphère Vivante a vue il y a longtemps les mondes formant son système être engloutis par de monstrueux amas de tentacules et de chairs crachant régulièrement des organes difformes dans le Vide. Le Cilice règne en ce lieu, et utilise les plus anciens tentacules, ceux qui sont parvenus à transpercer l’enveloppe cristalline, afin de lancer ses hordes dans le Phlogiston, en quête de mondes à dévaster.

D’un point de vue Kuraa-Vacuu, la Sphère Vivante est la plus effroyable abomination qui soit, car si la Vie foisonne en son sein, il s’agit d’une forme anormale, étrangère à la réalité connue.

La Sphère de Sargasse est un autre lieu d’expérimentation pour les Seigneurs de l’Horizon, qui puisent dans les quelques planétoïdes existant encore pour créer d’effroyables monstres. Le Cilice maintien également une présence dans ce système, mais préfère s’assurer que les passages vers son domaine au sein du Royaume Lointain soient bien scellés. Des mondes comme celui de Yozool’k’vatii abritent en effet les expériences de Poruut connues sous le nom de mangétoiles, et il se dit que les colossales créatures peuvent indifféremment souiller le rayonnement d’un soleil ou absorber le pouvoir d’une noirétoile.

Le Corridor, passage des froides entités

Sphère de cristal : Sphère d’Horizon

Type de monde : Pseudo-organique protéiforme

Taille : C

Echappée : 5 tours

Rotation : Aucune

Révolution : Aucune

Lunes : Aucune

Population : 78 539 Kzyold

Trame magique : Aucune

Autrefois une planète tellurique gorgée de vie, ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de Corridor est la fusion entre une entité cosmique née dans l’Horizon, et les vestiges d’une planète phagocytée.

Depuis bien longtemps, le Corridor est une masse organique combinant en son sein tous les règnes connus, et quelques-uns supplémentaires en provenance de l’Horizon. Sa surface changeante est perpétuellement agitée de violents spasmes, et des ondes d’énergie inconnue sont disséminées dans l’espace proche de manière aléatoire.

Un observateur capable de résister aux effets distordant de l’Horizon pourrait éventuellement observer d’étranges structures solides éparpillées à travers l’organisme gigantesque. Ce sont elles qui captent des forces étranges, transformant le planétoïde vivant en passage dimensionnel lui valant son nom. Bien que les Seigneurs de l’Horizon semblent pouvoir transiter par des trous noirs et autres brèches dans le Réel, leurs flottes d’invasion passent plus fréquemment à travers le Corridor.


Ports d’accueil : Bien entendu, il n’existe aucun accueil possible pour des voyageurs nés dans le Plan Matériel Primaire. Le Corridor dispose cependant de structures portuaires, pouvant accueillir plusieurs centaines de nefs arrivant de l’Horizon. Ces mouillages sont disséminés sur des structures solides, ancrées dans la chair anormale du planétoïde vivant. Les créatures nommées Kzyold œuvrent essentiellement autour de ces ensembles stables, se consacrant à réparer les nefs vivantes de leurs maîtres.

le Dédale des fractalithes

Bematna, Seigneur des Brisures, a développé le Dédale à partir de blocs d’une matière prélevée dans une réalité alternative irrémédiablement souillée par les forces de l’Horizon.

Les fractalithes peuvent s’emparer d’un être vivant et projeter des fragments de son être à travers de nombreuses réalités cauchemardesques. Conscient d’être incomplet, l’infortuné ne tarde guère à basculer dans la folie, sans aucun espoir de retrouver sa forme initiale.

La portée du Dédale reste pour le moment limitée à la Sphère d’Horizon, mais il se dit qu’une Puissance solitaire aurait déjà été victime de ce terrible pouvoir.

Ressources : Le Corridor sacrifie sa propre matière afin que les flottes en provenance de l’Horizon puissent être réparées. Les matières premières employées par les Kzyold combinent des éléments de règnes mélangés aléatoirement. Quiconque cherche à puiser dans ces matériaux peut être amalgamés à eux, car ils sont imprégnés par les forces du Royaume Lointain.


Cultures : Une référence aux Kzyold existe dans de très anciens manuscrits, regroupant en leur sein des fragments de récits Reigar remontant à l’Âge des Légendes. Les Kzyold auraient été de puissants magiciens, curieux et avides de pouvoir. Durant un temps, ils auraient même rivalisé avec quelques Mages, affrontant ces derniers pour le contrôle de reliques vivantes, les Nesharid.

De ce qu’il advient des Kzyold par la suite, les Reigar n’en ont pas connaissance, mais les rares histoires balbutiées par les rescapés d’un périple sur le Corridor indiquent bien que ce sont leurs descendants qui survivent dans cet environnement corrompu.

Edrell Sarulin, Archmeisten sur le monde de Narunal, dans l’Empire Septer, est considéré comme un sage pour tout ce qui touche aux peuples anciens et disparus qui existaient avant l’établissement de l’Empire Lointain. Concernant les Kzyold, il dispose de références à un peuple ennemi des Reigars, les Rivaux, qui semblent avoir focalisés leur magie autour des mythiques Nesharid. Ce seraient leurs recherches qui auraient altérées les reliques Reigar, pour en faire des entités conscientes, liées au Royaume Lointain.

Selon le magicien Septerii, les Nesharid auraient été un passage pour Bematna, le Seigneur des Brisures, qui aurait trouvé là un peuple parfait à corrompre. La souillure de l’Horizon aurait alors affectée non seulement les puissants mages, mais également leur planète, qui aurait été fusionnée avec eux.

Le plus inquiétant concernant cette hypothèse est que les Nesharid auraient été éparpillés à travers les Sphères Connues, adoptant d’autres noms, mais se retrouvant parmi plusieurs cultures étudiant la magie dimensionnaliste. A chaque fois, les reliques souillées sont portées par des créatures semblables dans leur apparence aux fameux Rivaux, et qui s’avèreraient être des Kzyold sélectionnés par Bematna.


Sites notables : Aucun mortel ne s’est encore attardé à la surface du Corridor, mais au moins un aventurier a pu y apercevoir d’étranges ruines à moitiés englouties dans la chair de la créature. Selon toute vraisemblance, les ruines de la civilisation Kzyold perdureraient malgré des millénaires au sein de l’entité.

Le Pas de la Souillure est un lieu important pour les Kzyold, qui peuvent employer ce sanctuaire pour servir le Seigneur des Brisures afin d’aller et venir entre les mondes et les dimensions. Seuls les plus puissants sont en mesure de traverser le passage laissé là par Bematna, et les risques restent grands malgré tout. Le Pas de la Souillure est une simple dalle surplombant des volées de marches, et sur laquelle se dresse une forme mineure du terrible seigneur. Les Kzyold qui transitent par-là emportent avec eux les Nesharid, où les ramènent de mondes ayant été souillés par leur utilisation.

Yozool’k’vatii, la couveuse des mangétoiles

Sphère de cristal : Sphère de Sargasse

Type de monde : sphérique gazeux

Taille : G

Echappée : 8 tours

Rotation : Aucune

Révolution : Aucune

Lunes : Œil-de-K’vatii

Population : Aucune

Trame magique : Aucune

Yozool’k’vatii est un monde géant en équilibre au cœur de la vaste Sargasse occupant cette Sphère de cristal. Sa forme ancienne est maintenue par la volonté des Seigneurs de l’Horizon, et plus particulièrement par Poruut, qui expérimente au cœur des vastes nuées de gaz toxiques.

La faune aérienne d’antan est depuis longtemps remplacée par de colossales monstruosités se nourrissant des faibles rayonnements émanant du noyau planétaire. De violentes tempêtes peuvent se prolonger durant des mois au sein des strates intermédiaires, et la remontée des meutes de mangétoiles provoque invariablement de profonds bouleversements dans les couches nuageuses.


Ports d’accueil : Les mortels ne se risquent pas au sein de la Sphère de Sargasse, pas depuis la fin de l’Âge des Conquérants tout du moins, mais le récit d’un Capitaine Syndarhaan reste bien connu de ses pairs dans la Sphère de Sehonid. Jadis en effet, Poruut envoya ses premières mangétoiles altérer le soleil bleu favorisant le développement des Syndarh. Mais l’intrusion des monstres fut découverte, et une flotte de guerre partit en chasse afin de châtier les maîtres de ces créatures. Aux abords de la Sphère de Sargasse, les elfes succombèrent à la corruption du Royaume Lointain, à l’exception de l’équipage d’un navire qui, dit-on, était protégé par Fenmarel Mestarine. Le Capitaine Dyeldio Astrenuit, commandant le Neldeenayasuth, s’engagea dans une large brèche et découvrit l’Espace de Sargasse. Bon nombre des siens devinrent fous après quelques jours, mais d’autres tinrent bons. Ils découvrirent finalement le lieu de naissance des mangétoiles, en même temps qu’ils purent contempler des spécimens bien plus grands que ceux qui avaient été envoyés dévorer leur soleil bleu.

Mais le récit confus laissé par Dyeldio Astrenuit mentionne surtout une étrange structure, perçant la planète de part en part et qu’il désigna sous le nom d’Aiguille. Nul ne sait si une telle vision peut être prise pour vérité, mais le Capitaine Syndarhaan décrit cette structure comme un gigantesque mouillage où seraient amarrés des nefs organiques colossales, en mesure de transporter dans leurs vastes soutes les mangétoiles elles-mêmes.

Ressources : Pour les forces d’invasion de l’Empire Lointain, Yozool’k’vatii est un monde fournissant d’effroyables entités capables de dévorer les étoiles. A l’exception de Poruut et de ses mystérieux serviteurs, nul n’ose approcher de ce monde, et finalement, les secrets entourant la conception des mangétoiles restent bien gardés.


Cultures : Aucune référence n’existe concernant la planète géante, seule rescapée de la dévastation d’un système ancien. Depuis le passage des Junans, au tout début de l’Âge des Légendes, plus aucun mortel ne s’est risqué en ces lieux, et Yozool’k’vatii reste donc un lieu mystérieux et terrifiant.


Sites notables : La géante gazeuse a été préservée par les Seigneurs de l’Horizon pour les propriétés particulières de son noyau. Modifié pour servir les besoins de Poruut, l’astre est désormais une Noirétoile en gestation, dont l’énergie particulière a été accordée aux forces de la Sargasse. A son éclosion, le terrible seigneur espère pouvoir engendrer des créatures vastes comme des mondes, mais en attendant, ses mangétoiles ne cessent de croître, et bientôt, les plus fortes seront relâchées sur les Sphères Connues.

La structure géante aperçue par Dyeldio Astrenuit existe bien et traverse en effet l’équateur planétaire de part en part. Cette Aiguille produit en réalité des armatures titanesques pour les futures générations de mangétoiles. Grâce à de telles armures, les monstres géants pourraient amplifier leur capacité à absorber l’énergie stellaire.

Sous la Sargasse

Les Seigneurs de l’Horizon ont puisés dans de lointains souvenirs afin de tisser une poche dimensionnelle de néant total, qui puise dans la non-énergie de la Sargasse. En ce lieu qui n’existe pas, un passage se forme, au rythme de quelques pouces par millénaire. Même les puissantes entités ne savent pas vers quoi mènera la faille, mais l’expérimentation est en cours depuis longtemps, et la Sargasse elle-même s’imprègne d’une énergie encore inconnue, distordant jusqu’aux ouvrages élaborés dans le Royaume Lointain.

Orgueil, le foyer de la Conversion

Sphère de cristal : La Sphère vivante

Type de monde : Sphérique rocheux

Taille : C

Echappée : Aucune

Rotation : Aucune

Révolution : Aucune

Lunes : Aucune

Population : 96 547 Ereniens

Trame magique : Tellur diffuse


L’imagerie populaire Erenienne fait de la Sphère vivante un énorme et monolithique amas de chairs putrides et de tentacules fouettant pesamment les gaz éthériques du Phlogiston. Mais il existe encore des lieux tels qu’Orgueil, un planétoïde broyé par la masse des chairs monstrueuses, mais dont les entrailles renferment plusieurs cavernes préservées des effroyables pressions extérieures.

Plus personne ne se souvient du nom originel de cet astre qui devait autrefois se trouver à l’extérieur du système local, mais tous les Ereniens savent que c’est ici, dans ce Foyer de la Conversion, que l’Archidiacre Theopharilius VIII tomba.


Ports d’accueil : L’atmosphère d’Orgueil s’est délitée avec les premiers tentacules géants qui commencèrent à étreindre son manteau rocheux. Personne ne peut expliquer comment le puissant guide de l’ancienne Eglise Luminaar parvint jusqu’à ce lieu, sans doute fut-il attiré sur Orgueil pour servir la cause des entités régnant sur les Noirétoiles. Quoiqu’il en soit, l’entité désormais connue sous le nom de Cilice utilise l’astre comme un vaste port souterrain où sont façonnées des nefs assemblées avec des matériaux ordinaires, bien que imprégnés par les énergies du Royaume Lointain. En employant un antique Anneau de Translation, il peut ainsi envoyer espions et agents corrupteurs au cœur des Sphères Connues.

Un peu partout, pirates et maraudeurs perdent de leur superbe lorsque le nom de Port-Orgueil est mentionné. La plupart ignorent qu’il s’agit d’une enclave de l’Empire Lointain, mais ceux qui lui sont rattachés sont des êtres sombres et malfaisants, parfois d’anciens compagnons désormais animés par des pulsions anormales.

Près d’une centaine de milliers d’Ereniens souillés par le Cilice sont rassemblés dans une vaste métropole saturée de vapeurs toxiques et où rôdent de terribles entités dévoreuses d’âmes. Les visiteurs sont rares, mais des rumeurs attirent parfois d’imprudents voyageurs vers les quais gris de Port-Orgueil. La métropole est une parodie de la société des Gardiens du Rempart, avec de redoutables guerriers persécutant les plus faibles, une Eglise de l’Immaculé qui règne par la peur et une magie dévoyée, et la volonté du Cilice qui s’impose à tous, révélant les pires travers des habitants de Port-Orgueil.

Ressources : Orgueil est un astre mort, gorgé par les énergies du Royaume Lointain et où les formes de vie du Plan Matériel Primaire ne peuvent prospérer.

L’Eglise de l’Immaculé rassemble toutes les ressources pillées par les équipages de Port-Orgueil, puis les distribue en fonction des actes de chacun. Des entités rôdent également dans les rues et offrent des aliments corrompus, qui hâtent le processus de transformation des humains.


Cultures : Les Ereniens d’Orgueil sont les descendants de ceux qui accompagnèrent l’Archidiacre vers son sinistre destin. Quelques familles ont également été enlevées au sein des Sphères du Rempart. Tous sont déjà irrémédiablement corrompus par les forces du Royaume Lointain, et le Cilice a fait ressortir toutes les faiblesses de ses sujets. Sadiques et cruels, les Ereniens ont vue toute leur haine se diriger vers leurs frères et sœurs des mondes du Rempart. Bien qu’ils redoutent les entités Lointaine, ils consacrent toute leur énergie à infiltrer les sociétés Ereniennes afin d’y instiller malheur et corruption.

La communauté d’Orgueil est gouvernée par le Très-haut Révélé, un Erenien depuis longtemps transformé en monstre chargé de faire respecter la parole du Cilice. Sa congrégation est forte de cent véritables Diacres recevant pouvoirs et autorité de l’entité corrompue, deux cent Templiers forment une force d’élite agissant dans les rues de Port-Orgueil, tandis qu’une autre centaine d’individus forment une milice soutenant Diacres et combattants de la foi.

Aucune justice ne règne en ce lieu, les plus puissants ayant pouvoir de vie et de mort sur les plus faibles. Un individu suffisamment ambitieux peut toutefois se tailler un chemin dans le sang de ceux qui s’opposent à lui. Le Cilice encourage ces individus qui sont ensuite rapidement transformés.

Les Ereniens d’Orgueil sont en guerre contre les peuples du Rempart, mais le Cilice encourage également le développement de quelques traits permettant à de rares élus de résister aux entités du Royaume Lointain. Dans le plus grand secret, il cherche à faire naître une lignée de sorciers en mesure d’appréhender les forces de l’Horizon, mais la tâche est ardue, et les échecs ont régulièrement provoqués des catastrophes, libérant des monstres sur la communauté.

Sur le plan militaire, les Ereniens loyaux au Cilice comptent comme quantité négligeable. Ce sont eux toutefois qui s’infiltrent parmi les peuples du Rempart et réduisent les plus vives résistances. Ils disposent pour ce faire d’une flotte de soixante vaisseaux, la plupart capturés mais d’autres ayant été assemblés avec des matériaux du Royaume Lointain.


Sites notables : Le Foyer de la Conversion est un lien avec le Plan Matériel Primaire, un pont entre deux réalités antagonistes que le Cilice maintien afin de conserver son pouvoir sur les âmes Ereniennes. Le planétoïde est creux en grande partie, renfermant Port-Orgueil mais également d’autres communautés au sein desquelles la terrible entité expérimente toutes sortes de manières de corrompre les mortels.

Les Chambres du Doute sont des cellules au sein desquelles sont amenés des individus ordinaires, qui sous les tortures de Diacres spécialement formés, deviennent ensuite porteurs de la corruption du Royaume Lointain. Les Chambres reproduisent des environnements familiers et les Diacres sont formés pour incarner des Ereniens bienveillants, amenant le doute de manière subtile.

La salle de la Vasque est un lieu méconnu des Ereniens d’Orgueil, et que seuls quelques serviteurs proches du Cilice connaissent. Isolée dans la croûte rocheuse du planétoïde, sans aucun accès extérieur, le lieu est en fait une chapelle désacralisée et vouée à Luminaar. La vasque en question contiendrait les dernières larmes de l’Archidiacre Theopharilius VIII. Une légende veut que celui qui collectera ces larmes pourras vaincre le Cilice, en lui rendant son humanité perdue.

Publicités
Catégories : Les Sphères Connues, Sphères de cristal | Étiquettes : , , , , , , , | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “L’Empire Lointain

  1. tu n’as pas mis ton apostat du néant régénéré en classe 2.3? il est bien sympa à jouer pourtant!

  2. c’est en effet moins lourd de s’attacher à quelques descriptifs de mondes et lieux, plutôt que faire l’intégralité. Pas mal cet empire du mal.

  3. c’est pas maléfique, mais ça pue le poulpe quand même!

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :