Senuhardaan-des-Monarques

Type de monde : Sphérique rocheux

Taille : D (diamètre équatorial de 7 528km)

Rotation : 42 heures

Révolution : 872 jours

Lunes : Aucune

Population : 783 524 Syndarhaan, 258 146 Syndarhunaan

Trame magique : Renforcée, magie divine dominante [Seldarine]

A l’orée des Confins du système de Sehonid se trouve le monde forestier de Senuhardaan, un océan végétal duquel émerge quelques basses et anciennes montagnes polaires. Des continents existent, quatre en tout, ils sont délimités par des bassins de rocailles recouverts de ronces à perte de vue. Ce sont les Etendues sanglantes, sous lesquelles vivent les mystérieux Syndarhunaan, ou Elfes des Ronces.

De violentes tempêtes frappent régulièrement les grandes forêts de Senuhardaan, et une saison chaude particulièrement longue encourage toute sorte de phénomènes climatiques extrêmes. Les profondeurs des forêts sont depuis longtemps retournées à l’état sauvage, tandis que les canopées soutiennent de grandes métropoles végétales, continuant à croître sous la surveillance des prêtres Syndarh.

Ports d’accueil : Pour beaucoup, Senuhardaan n’est qu’un vaste port spatial dont chaque métropole serait un ensemble de quais et de structures où réparer les spelljammers Syndarh. Il est vrai que durant des millénaires, les différentes civilisations elfiques qui s’établirent sur ce monde puisèrent dans les importantes ressources végétales de quoi faire pousser de vastes flottes spatiales. Depuis la fin des Secondes Guerres Gobelinoïdes, les Syndarhaan ont arrêtés de laisser leurs Monarques se développer au sein de l’Espace sauvage, ils les font pousser au cœur des forêts de Senuhardaan.

Les grandes métropoles suspendues dans la canopée se sont liées entre elles, par des chemins de lianes, des plateformes ou des branchages entremêlés. Les Etendues sanglantes restent cependant des frontières continentales, et comme l’on distingue quatre masses continentales, il existe donc quatre grandes zones portuaires sur Senuhardaan.

Les voyageurs d’outresphère seront dirigés vers l’une ou l’autre, en fonction de leur allégeance et de leur sang. Des Syndarh seront orientés par une patrouille de chevaucheurs de griffons vers le continent de Tamardin, et son immense canopée où dix-huit cités existaient jadis, avant de fusionner en une communauté forte de trois centaines de milliers de Syndarh. Désignée désormais sous le nom de Tamasheelm, l’immense port abrite de nombreuses communautés originaires des autres mondes du système Sehonid. Tous viennent là afin de faire du commerce, représenter leur clan et rendre hommage à la Seldarine, qui dispose ici de grands temples disséminés du sol aux plus hautes cimes. Tamasheelm est également le nom du royaume sur lequel règne la Reine Dynèsde des Feuilles-d’argent, également Grande-prêtresse de Sirinah Kovellith. Son clan reprit Senuhardaan aux Scro durant les Secondes Guerres Gobelinoïdes, et s’imposa aux communautés plus anciennement établies. Sous le règne d’une longue lignée de Reines-prêtresses, les métropoles achevèrent de fusionner entre elles tout en prospérant. Le Clan Syndarhaan des Feuilles-d’argent est connu pour sa ferveur religieuse et le talent de ses prêtres pour faire pousser les futures générations de Monarques, visibles à leurs différents stades de croissance et formant un grand cercle de plusieurs dizaines de lieues, sur le continent de Tamardin.

De par la position de son royaume à l’extérieur du système, et la puissance spatiale de son clan, Dynèsde des Feuilles-d’argent possède une grande influence et impose généralement son point de vue à des seigneurs moins concernés par les prises de décisions liées à l’Armada. Les Syndarh qui débarquent à Tamasheelm ont immédiatement conscience de cette autorité, qui transparaît sous la forme de nombreuses patrouilles de guerriers loyaux au Clan des Feuilles-d’argent. On dénombre pas moins de trente milliers de ces combattants, rien qu’au sein de la canopée recouvrant Tamardin. Les effectifs de la flotte clanique sont inconnus, mais pourraient dépasser le double de ce chiffre. Les Feuilles-d’argent sont connus pour leur grande tolérance envers les traditions elfiques différentes, ils accueillent donc de nombreuses communautés libres de mener leurs affaires, tant qu’un serment d’allégeance est donné à la Reine. Aucune taxe n’est prélevée parmi les Syndarh, mais il est déjà arrivé que le clan réquisitionne des spelljammers pour compléter ses forces spatiales face à un ennemi.

Ceux qui ne sont pas de sang elfique et souhaitent venir faire du négoce sur Senuhardaan sont plutôt dirigés vers le continent de Samardin, où se dresse le Cercle des Cyprès, onze arbres gigantesques autour desquels se développèrent des cités, qui achevèrent leur fusion il y a seulement deux siècles. Le Cercle est au cœur du Royaume de Samardulin, une petite théocratie où le culte de Sirinah Kovellith forme principalement des navigateurs plutôt que des matelots. Une dizaine de clans Syndarhaan se partagent le pouvoir et considèrent leur foi comme supérieure à celle de leurs frères et sœurs des autres mondes. Ils ne reconnaissent pas Dynèsde des Feuilles-d’argent pour son titre de Grande-prêtresse de Sirinah Kovellith, et c’est le Roi de Samardulin, qui est pour eux la Voix du Vide.

Les voyageurs d’outresphère peuvent trouver au sein du Cercle des Cyprès un zocalo de bonne dimension, bien achalandé et où de nombreux produits artisanaux provenant des mondes de Sehonid sont disponibles. Mais le Royaume de Samardulin est surtout connu pour son Temple des Multitudes étoilées, un lieu béni par Sirinah Kovellith et où de nombreux érudits rassemblent des cartes stellaires de toutes les Sphères Connues. Contre des offrandes à la divinité, les voyageurs peuvent recevoir la copie d’une carte. Beaucoup de quêtes aux trésors débutent ainsi sur Senuhardaan.

Ressources : Riche en ressources végétales et animales, le monde de Senuhardaan reste surtout connu pour ses grands ports spatiaux, où se rassemblent des représentants de tous les clans Syndarh, et où des individus fortunés peuvent passer commande d’un spelljammer elfique. Le clergé de Sirinah Kovellith veille à éprouver la moralité de ceux qui viennent dépenser leur richesse sur leur monde, mais nombreux sont ceux qui choisissent d’attendre plusieurs années afin d’obtenir un navire organique d’une qualité rarement égalée depuis le début de l’Âge des Prétendants.

Les Clans Syndarhaan du Samardulin sont les plus nombreux à avoir suivi les visions de Sirinah Kovellith qui les menèrent jusqu’à Senuhardaan, où ils fondèrent un Royaume selon les valeurs de leurs ancêtres. Les Clans Ecorce-blanche, Bresya et Aster-Dionim s’affrontent en permanence pour le titre royal, et chacun a déjà eu l’occasion de régner en favorisant ses alliés. Yanasil Bresya-Phaleerm, l’actuel Roi de Samardulin, règne en suivant la ligne de conduite de son Clan, qui favorise le combat à la diplomatie. Les Clans Phaleerm, Or-joie et Volte-cape s’alignent sur ses décisions et fournissent une force conséquente de combattants aguerris. Le Clan Ecorce-blanche favorise pour sa part les actions diplomatiques et beaucoup de membres du clergé de Sirinah Kovellith viennent de ses rangs. Les Clans Do’lonid et Tuanad sont ses alliés traditionnels. Les Aster-Dionim sont des mages redoutables et combinent magie profane ancestrale et magie divine. Redoutables adversaires et très souvent excellents officiers de l’Armada, ils tendent à suivre la voie guerrière de leurs ancêtres, et forment facilement des alliances avec le Clan Bresya. Les Clans Arjunal et Sinandaal-Ternild sont historiquement des alliés des Aster-Diomin.

 

Cultures : Les Syndarhaan de Senuhardaan se sont détournés de Corellon Larethian pour embrasser la foi de Sirinah Kovellith. La majorité des peuples des Sphères Connues désignent du nom de Syndarhaan les natifs de Senuhardaan, sans réaliser qu’il existe plusieurs cultures liées à cette espèce. La Déesse elfique du Vide n’est guère reconnue au-delà de la Sphère de Sehonid, mais se sont ses actions héroïques, lorsqu’elle était encore mortelle, qui lui valurent l’adhésion de nombreux clans.

Mais hormis leur allégeance spirituelle différente, les Syndarhaan de Senuhardaan se sont également détournés des grands rituels de la sorcellerie elfique, préférant à cette dernière la magie divine mais surtout la voie des armes. Redoutables guerriers, les Syndarhaan de ce monde suivent les voies anciennes, tandis que leurs frères et sœurs d’Andunaal ont préférés pactiser avec des entités élémentaires pour suivre une autre voie.

Pas moins de vingt-et-un clans Syndarhaan se partagent ainsi de grands domaines forestiers, délimités par les frontières continentales. Les conflits restent rares et impliquent plus généralement des alliances claniques contre les tribus des Elfes des Ronces. Regroupés en quatre royaumes aux nombreux traits communs, les Syndarhaan de Senuhardaan forment un peuple unifié et traditionnaliste, dont les membres cherchent activement à influencer les nombreuses communautés elfiques qui viennent profiter des nombreuses installations portuaires de ce monde. Si la Reine de Tamasheelm et le Roi de Samardulin se partagent richesse et population, les deux autres Rois Syndarhaan sont traités en égaux, et offrent des services hautement spécialisés ; Des rituels profanes pour le Royaume de Parmalin, des bêtes dressées pour le combat pour le Royaume de Kestivam. Les quatre nations offrent un front unis face à l’adversité, formant alors l’Amadaril, le Conseil des Hautes futaies.

Jusqu’à ce que les Syndarhaan ne migrent vers ce monde, peu après la fin des Secondes Guerres Gobelinoïdes, Senuhardaan était continuellement en proie à des attaques de pillards profitant de l’absence d’une défense efficace. L’installation des Elfes de l’Epée amena la mobilisation permanente d’une flotte de trois cent vaisseaux de guerre. La majorité d’entre eux sont affectés aux missions de l’Armada, mais l’Amadaril impose un minimum de cinquante bâtiments en orbite défensive.

Le renforcement du culte de Sirinah Kovellith amena en outre la formation de nombreux ordres combattants, qui vinrent renforcer les équipages et fournir des Timoniers aux nouveaux vaisseaux poussant dans les forêts de Senuhardaan.

La culture Syndarhaan sur Senuhardaan est prospère depuis plusieurs millénaires. Mais sous l’égide du culte de la Déesse du Vide, les elfes ont apprit à se méfier de l’opulence temporaire, amenant un faux sentiment de sécurité. Les Elfes de l’Epée forment ainsi le cœur de l’Armada, sillonnant l’Espace sauvage comme le Phlogiston, en maintenant une vigilance de tous les instants. La nature guerrière des Syndarhaan est encouragée par le culte, mais les elfes ne sont pas belliqueux, et se contentent de parfaire leur expérience personnelle du combat, tout autant que leur maîtrise de la magie et des arts propres à leur peuple.

Des Syndarhunaan, très peu de connaissances ont été rassemblées par les sages. Ils auraient été des contemporains des Syndarhuun, avant que ces derniers ne soient corrompues par les Abysses et ne fuient se réfugier dans le système de la Sphère Nocturne. Nul n’a de souvenir de cette lointaine époque, et les mystérieux Elfes des Ronces semblent alors avoir renoncé à toute prétention au sein de l’Espace sauvage, pour se replier en petites communautés dissimulées dans le tapis végétal des Etendues sanglantes.

Les Syndarhaan n’ont guère de contacts avec ces lointains cousins et cousines. Quelques tentatives sont régulièrement tentées, mais ceux qui réchappent aux dangers de l’océan de ronces reviennent avec des récits parlant de nécromanciens et de monstres terrifiants.

De ce que les fidèles de Sirinah Kovellith pensent savoir, les Syndarhunaan seraient gouvernés par une Reine-Sorcière, en osmose spirituelle avec le tapis de ronces recouvrant les Etendues sanglantes. Elle se nourrirait du sang de ceux qui s’empalent régulièrement sur les longs piquants recouvrant son domaine. Considérée comme une Quasi-Puissance, la Reine des Ronces réclamerait de nombreuses offrandes quotidiennes, punissant de mort tout manque de ferveur. Ses sujets ne seraient plus que l’ombre des guerriers qu’étaient leurs ancêtres, et leurs antiques métropoles semblent avoir été recouvertes par les ronces, où ils vivent en petites communautés revenant à un état primitif.

Sites notables : Senuhardaan est un monde qui fut longtemps un enjeu pour de nombreux clans elfiques. De nombreuses ruines émergent encore de ses vastes forêts et les niveaux intermédiaires de ses canopées révèlent des traces d’occupations durant les Âges Sombres. La présence divine occasionnelle favorise l’éclosion de formes de vie hautement résistantes, et qui se multiplient rapidement sous les arbres. Les grands prédateurs n’existent pas sur ce monde, mais les végétaux liés aux Etendues sanglantes semblent animés d’une forme de conscience brutale et cruelle, qui prélève un lourd tribut sur toutes les créatures s’éloignant du cœur de la forêt.

Les Grandes aires de Kestivam sont renommées bien au-delà du monde de Senuhardaan. Elles abritent les Clans Syndarhaan ayant jurés allégeance au Roi de Kestivam et qui se sont fait une spécialité de l’élevage de nombreuses créatures amies des elfes. Les dresseurs du Clan Vaguelarme sont ainsi des maîtres dans la reproduction et l’élevage des griffons Sadiardaan, une espèce plus petite que celles habituellement rencontrées à travers les mondes des Sphères Connues, mais bien plus rapide et endurante. Les guerriers Vaguelarme sont tous d’excellents cavaliers et assurent traditionnellement la protection du ciel au-dessus du continent boisé de Karnaal. Les éleveurs du Clan Or-silence n’ont pas la flamboyance de leurs frères et sœurs Vaguelarme mais proposent plusieurs croisements de Jamiardaan, des canidés semblables à des lévriers au pelage lavande et à l’intelligence développée. Alliés fidèles capables d’empathie, les créatures sont particulièrement prisées des officiers de l’Armada, qui louent leurs sens développés ainsi qu’une indéfectible loyauté. Nul ne sait quand ni comment, mais les Or-silence parvinrent à croiser les espèces ordinaires de leurs anciens Jamiardaan avec des créatures d’essence céleste. Certaines portées peuvent ainsi posséder des capacités magiques surprenantes.

Le Clan Aster-Synari est celui des dresseurs de faucons Nasiardaan, de redoutables chasseurs pouvant brièvement se lier avec leur maître, afin de partager sa vision en altitude. Vivants dans les contreforts des montagnes basses de Karnaal, les Aster-Synari vivent dans des habitations poussant à partir d’arbres et ressemblant à des perchoirs géants. Les autres Syndarh sont toujours étonnés de voir un Aster-Synari fouler le sol.

Les Grandes aires sont des plateaux d’altitude où se rassemblent les Clans de Kestivam, elles tiennent lieu de zocalo et sont rarement désertes. Cernées par les forêts de pins caractéristiques du petit continent de Karnaal, elles sont accessibles par d’étroits sentiers escarpés, les Syndarhaan préférant employer des griffons pour leurs déplacements. Erdelm-Kesinaal, la plus haute des Grandes aires, tient lieu d’unique port spatial pour le Royaume de Kestivam. Une forêt ancienne l’entoure et renferme les habitations de cinq milliers d’individus des trois clans. Une douzaine de spelljammers peuvent se poser sur ce site, mais les natifs de ce domaine ne sont clairement pas tournés vers les étoiles, bien qu’ils vénèrent Sirinah Kovellith sous sa forme de Gardienne du ciel.

Les quatre Clans du Royaume de Parmalin mobilisent leurs ressources depuis quelques siècles afin d’organiser des expéditions en vue d’étudier les panneaux du Sokornorion. Les mages du Clan Coreetaam ont réussis à combiner une forme de magie entropique à des sortilèges affectant les capacités de leurs spelljammers. Le Clan Laviaraa règne depuis peu sur Parmalin et puise dans ses richesses afin de développer des rituels entropiques à grande échelle. Les mages-combattants du Clan Ost-lame puisent dans les secrets du Sokornorion pour renforcer leurs rituels martiaux, forgeant des lames aux propriétés changeantes. Enfin, les mages du Clan Elfern se spécialisent dans la création de boucliers planétaires, qui permettraient de protéger les mondes de Sehonid, comme le faisaient les anciens Septerii.

 

Le Sokornorion est une construction ancienne, remontant selon certains à l’Âge des Légendes, et se trouvant partiellement ensevelie dans les ronces. Immense structure pyramidale forgée à partir d’alliages métalliques inconnus, le Sokornorion pourrait être un spelljammer semblable à une immense Pyramide Goshène. Son accès principal est situé sous une importante épaisseur de ronces aux longs piquants, mais les aventuriers se risquant autour de ce monument ancien passent par une fissure les menant dans un ensemble de salles sphériques, qui devaient jadis être maintenues en apesanteur. De grands panneaux métalliques sont gravés de successions sans fin de symboles proches d’un dialecte Reigar étrangement distordu. Certains mages Syndarhaan estiment que cette somme de connaissances permettrait de transformer profondément des pans entiers de la sorcellerie traditionnelle, mais attirerai alors de nombreux ennemis avides de pouvoir.

Proche du continent de Parmalin, la construction est au cœur du pouvoir mystique des quatre Clans de ce Royaume. Les mages sont nombreux à avoir déjà adapté leurs rituels en y ajoutant une forme de magie entropique. Leurs expérimentations suscitent beaucoup d’inquiétudes, surtout parmi les fidèles de Sirinah Kovellith, qui encouragent l’usage d’une magie structurée. Malgré tout, les armes et sortilèges nés de l’école Sokornorienne ont su convaincre les seigneurs de l’Amadaril.

Publicités
Catégories : Les Sphères Connues, Sphères de cristal | Étiquettes : , , , , , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Senuhardaan-des-Monarques

  1. Tu le sais, les elfes, ce n’est pas ma tasse de thé, mais je suis vraiment curieux de voir ton approche par rapport à la Sphère de Sehonid.

  2. Curieuse de voir ce que tu as fait de la seldarine pour spelljammer!

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :