Vornaja aux Sanctuaires anciens

Image

 

Type de monde: Sphérique rocheux

Taille: D (diamètre équatorial de 2 857km)

Rotation: 87 heures

Révolution: 1740 jours

Lunes: Jaluru

Population: 743 581 Korok, 258 146 Korjat

Trame magique: Resserrée, magie divine dominante (Culte de Sunnis)

 

Le monde extérieur du système de Nislaam est marqué par les vestiges de violents séismes remontant à l’Âge des Conquérants, durant lequel de terribles rituels stellaires furent expérimentés sur la croûte rocheuse de Vornaja. Des gouffres béants furent ouvents à cette époque, tandis que des chaînes volcaniques naissaient soudainement aux deux pôles. Depuis lors, une épaisse végétation recouvre la surface, qui laisse cependant encore entrevoir ses plaies.

De hautes montagnes équatoriales abritent de nombreuses métropoles du Kotorok-Bal’Nahuum, et sont reliées entre elles par un vaste réseau de cavernes et de galeries permettant presque de faire le tour de ce monde sans jamais voir la lumière de Kamha. Des jungles profondes, peuplées de nombreuses variétés de prédateurs, couvrent le reste de la surface, et les parois des grands gouffres de Vornaja sont connus pour être également tapissés d’une végétation luxuriante, à laquelle s’accrochent les communautés Korjat, des Hadozee descendants d’anciens esclaves des At’uru et formant les équipages des nefs de l’Empire des Sombres fosses.

 

Des vents violents soufflent sur Vornaja, et des moussons dévastent régulièrement les flancs des montagnes. La planète possède également une saison des flammes, durant laquelle des nuées d’étincelles écarlates naissent soudainement dans l’atmosphère et tombent dans la jungle, provoquant alors de terribles incendies.

 

Ports d’accueil: La culture Korjat est la seule au sein des mondes extérieurs de Nislaam à maîtriser le spelljamming. Née dans les jungles de Vornaja, elle fut contrainte de migrer à l’abri des Fosses-aux-ambrémeraudes, lorsque leur monde était dévasté par des coulées de lave en provenance des pôles. Depuis lors, les communautés Korjat ont prospérées dans cet environnement vertical, s’accrochant à une épaisse végétation fournissant toutes les ressources utiles pour une expansion rapide.

Autrefois simples vassaux des puissants At’uru, les Korjat conçoivent désormais leurs propres nefs et représentent une force rarement négligée au sein du Kotorok-Bal’Nahuum. Leur principale cité se nomme Vorakatalam, elle regroupe prés d’une centaine de milliers d’habitants, pratiquement la moitié de la population Korjat de ce monde. Modèle classique d’une cité impériale de ce peuple, elle est composée de nombreuses plateformes végétales reliées entre elles par de nombreuses tresses sur lesquels les Korjat se déplacent avec aisance, mais représentant de mortelles épreuves pour les autres peuples moins agiles. Les habitations forment des grappes de cosses formées par des lamelles d’un bois très souple mais résistant aux flammes, et les principaux bâtiments adoptent également cette forme. Des passerelles donnant sur le vide ont été ajoutées depuis le début de la conquête par les Dao, permettant aux alliés des Korjat d’évoluer librement au sein de la cité.

Le quartier portuaire de Vorakatalam est un ensemble de plateformes enjambant le vide et rejoignant la falaise opposée à la cité, là où ont été installés des quartiers pour les voyageurs d’autres cultures. Une trentaine de spelljammers peuvent être accueilli dans cette zone, les Korjat les immobilisant dans des berceaux de lianes suspendus au-dessus de l’abîme.

Le Vorakorak est le nom du quartier réservé aux voyageurs, il est accessible par une large passerelle depuis la zone portuaire, et un petit contingent de gardes veille à ce que nul étranger ne s’aventure dans la cité sans en avoir reçu la permission au préalable. Le quartier est un ensemble de grandes structures en cosses, où sont regroupés de confortables dortoirs ainsi que des cellules individuelles, plus rares. Une dizaine d’auberges et autant de tavernes sont établies depuis plusieurs générations, et offrent un large panel de services à une clientèle exigente. Des artisans ont également formé une petite enclave au sein du Vorakorak, perpétuant leurs traditions et formant une communauté ayant ses propres traditions.

Peu de Korjat viennent faire du négoce directement dans le quartier des étrangers, ils préfèrent attendre que les négociants d’outresphère reçoivent l’autorisation de la part du Koratalam et viennent mener leurs affaires au sein du zocalo, également isolé du reste de la cité et s’étalant sur plusieurs plateformes imbriquées les unes dans les autres.

Officiellement, un Koratu est en charge du Vorakorak, il dispose d’une vingtaine de gardes et de peu d’autres moyens pour appliquer la Loi Korjat. En réalité, les habitants des Fosses-aux-ambémeraudes ont depuis longtemps apprit à laisser les étrangers régler leurs propres problèmes, et le Koratu Napa’Sunop(Korjat ♂/ Guerrier Koratu 7/ NB), se contente comme ses prédecesseurs d’entretenir des relations cordiales avec quelques personnages influents, comme le Maître-forgeron Hemer Lorse(Valorien ♂/ Guerrier des Sphères 5/ LN), un ancien aventurier retiré avec une vaste famille, disposant de sa propre forge et dont la réputation transcende les frontières de Vornaja. En bon terme avec les Korjat, le forgeron est fréquemment le porte-parole du Vorakorak, il accompagne également les délégations protocolaires hors-monde, disposant d’un Vaisseau-marteau aménagé en palais volant, que manœuvre son épouse, Dara Lorse(Guildienne ♀/ Prêtresse de Ptah 8/NB).

La principale auberge du Voravorak est tenue par trois Korok, eux aussi anciens aventuriers, qui voyagèrent longtemps à travers le système de Nislaam après s’être libéré ensembles d’une même fosse à esclaves. Désormais âgés, ils goûtent la tranquilité d’une vie d’aubergiste loin des grandes métropoles du Kotorok-Bal’Nahuum. L’Etape des têtes de silex est un établissement occupant deux grandes cosses suspendues à plusieurs dizaines de mètres des plateformes principales du Vorakorak, renommé parmi toutes les communautés Korok, il accueille également les voyageurs d’outresphère et assure un large choix de plats et de services. Rolc(Korok Ø/ Guerrier des Sphères 9/ CN) est aux fourneaux avec une véritable armée d’apprentis s’activant jour et nuit. Son caractère ombrageux est souvent excusé car il possède une compréhension intuitive de ce que peuvent attendre les clients, qu’il observe discrètement avant que ces derniers ne passent commande. Bord(Korok Ø/ Guerrier des Sphères 5/ CN) est en charge de la salle commune, des alcools et autres produits exotiques. Son imposante carrure tempère les plus belliqueux et engendre une atmosphère apaisée, que seuls les beuglements de Rolc, émanant des cuisines, vient rompre. Bord se charge du recrutement pour l’ensemble de l’auberge, il est en outre celui qui répond aux sollicitations des clients, et dispose d’un savoir encyclopédique sur de nombreux sujets. Son apparence frustre dissimule un esprit vif, que plusieurs personnalités du Kotorok-Bal’Nahuum ont su noter et apprécier. Nart(Korok Ø/ Guerrier des Sphères 7/ CN), le troisième propriétaire de l’Etape des têtes de silex est en charge de la sécurité des lieux. Silhouette massive et silencieuse, il observe sans attirer l’attention de la clientèle, se manifestant juste aux troubles-fêtes en poussant quelques grognements dissuasifs. Porteur d’une hache à double lame Korok qu’il nomme Kamharalad, Nart préfère le pugilat et sais comment évacuer promptement ceux qui viennent perturber la quiétude des lieux.

 

Ressources: Vornaja est un monde depuis longtemps retourné à l’état sauvage, dont les jungles se sont développées durant des millénaires sans jamais subir les dévastations d’une civilisation en expansion. La flore endémique de ce monde serait à la base d’une pharmacopée prodigieuse, en mesure de soigner les maux les plus graves et de prolonger la vie de manière inimaginable par les jeunes espèces de l’Âge des Prétendants. Malheureusement, les connaissances des Anciens à ce sujet ont depuis longtemps disparues, et rares sont les sages en mesure de braver les dangers sans nom des jungles de Vornaja.

Les Korjat ont su conserver quelques bribes du savoir de leurs anciens maîtres At’uru, mais celui-ci se concentre sur la végétation propre aux parois des gouffres où ils vivent. Leurs guérisseurs sont réputés pour un onguent verdâtre et nauséabond, le Vomak, qui leur permet de refermer les plaies les plus graves en un temps record.

Les Fosses-aux-ambrémeraudes sont ainsi nommées car elles abritent des fragments d’une ambre verte se cristallisant en concentrant une certaine quantité d’énergie mystique, à l’identique de dracogemmes, mais que seuls les adeptes du Kuraa-Vacuu semblent pouvoir employer utilement dans des sortilèges druidiques. Ceratins guérisseurs Korjat font également usage des ambrémeraudes pour élaborer potions et cataplasmes puissants.

 

Cultures: Considérée comme la plus ancienne peuplade du système de Nislaam, les Korjat sont plus certainement les seuls à avoir survécut à des millénaires de conflits entre les peuples Anciens qui les asservissaient jadis. Leur nombre semble avoir été bien plus important durant l’Âge des Conquérants, mais des catastrophes naturelles ont eu raison de leur espèce.

Depuis la Grande Conjonction des Plans de 12 974ci, les différentes tribus Korjat qui menaçaient de décliner jusqu’à un état primitif se sont unifiées au sein d’un nouvel environnement, celui des Fosses-aux-ambrémeraudes, où les prédateurs de la jungle ne s’aventurent guère, et où l’abondance de ressources a permis à leur culture régénérée de se développer à l’ombre d’un vaste empire planaire qui n’a que peu d’intérêt pour ces êtres tourné vers la vénération des forces de la Nature.

 

La société Korjat est guidée par le Koramalakam, un conseil des seize sages les plus respectés qui abordent les problèmes, des plus graves aux plus anodins. Ils disposent de conseillers dans tous les domaines, et ayant également des responsabilités au sein des différentes métropoles, ce sont les Koratalam. Un Koratalam représente le conseil des sages dans sa ville, il n’est aucunement un seigneur ayant pouvoir sur les autres Korjat, mais plutôt un représentant des traditions. Il dispose de Koratu, ses propres représentants dans la métropole, qui peuvent être armés afin de repousser les quelques créatures menaçant l’habitat, ou plus fréquemment depuis l’avènnement du Kotorok-Bal’Nahuum, pour limiter la menace d’étrangers peu respectueux des traditions locales. Dans les grandes cités verticales comme Vorakatalam, les Koratu ont en charge des quartiers entiers, où ils sont les médiateurs et les garants des coutumes Korjat.

Les Hadozee de Vornaja peuvent se montrer sauvages dans la lutte, retrouvant des pulsions anciennes, mais ils sont plus communément ouverts au dialogue, aussi bien entre eux qu’avec les étrangers. Le Koramalakam est une instance respectée par tous, et les rappels à l’ordre sont rares parmi les membres de ce peuple. Mâles et femelles ont une place égale et peuvent occuper indifféremment des charges identiques au sein de la société Korjat. Les unions se prolongent rarement plus longtemps que la gestation, mais l’influence des coutumes extérieures à Vornaja fait que de jeunes Korjat s’unissent plus longtemps désormais, sans toutefois ritualisé leur lien ou lui donner une autre fonction que la procréation.

Tous les enfants sont élevés dans des crèches communes par les anciens de leur communauté, souvent l’ensemble de leurs grands-parents. Dés qu’ils sont en âge de choisir leur voie, les enfants intègrent une autre communauté, composée de membres adeptes de cette même voie. Ils suivent ensuite une initiation de toute une vie. Trois voies Korjat sont considérées comme grandement honorables, ce sont celles du Sage, qui prône l’étude de son environnement, la pratique des arts de la guérison et de la divination, et confère à ceux qui la suive la charge de guider le plus grand nombre. La voie du Guerrier est celle des armes, de la chasse et de la protection. Ceux qui la suivent s’aventurent loin dans la jungle, protégeant les Sages en quête des connaissances perdues des Anciens, ils veillent aux défenses des cités et forment également les équipages des spelljammers Korjat. Leur charge consiste à protéger le plus grand nombre. Enfin, la voie des Orateurs est celle des diplomates et des marchands. Les Korjat ne possèdent pas de monnaie propre à leur culture, mais maîtrisent assez bien celles ayant cours à travers le Kotorok-Bal’Nahuum. Les Koratalam sont des Orateurs, et représentent un idéal pour bon nombre des plus jeunes suivant cette voie, mais depuis l’avènement du grand empire des Dao, beaucoup se tournent vers les prestigieuses missions protocolaires sur les mondes voisins du système de Nislaam.

 

Les Korjat ne possèdent que très peu d’adeptes profanes parmi eux, leur culture est plus généralement tournée vers des principes animistes liés à la Nature, et certains Sages sont des Chamanes aux pouvoirs consacrés à la préservation de l’environnement des Fosses-aux-Ambrémeraudes. Leurs lointains ancêtres vénéraient des entités élémentaires liées à la Pierre, et même si quelques cultes renaissent avec l’alliance au Kotorok-Bal’Nahuum, les Korjat tendent à considérer ces croyances comme primitives, liées à une époque brutale et sanglante.

 

Pour leur part, les Korok de Vornaja sont établis dans les hautes chaînes de montagnes équatoriales. Peu concernés par les vastes étendues de jungles et leurs prodigieuses ressources, ils limitent leur territoire planétaire aux plus hautes cimes, ainsi qu’aux entrailles minérales. Membres à part entière de l’Empire des Sombres fosses, comme leurs frères et sœurs des mondes voisins, leur culture est essentiellement planaire, et leurs métropoles troglodytiques sont liées par des Arches éthériques au Plan Elémentaire de la Terre.

Relativement peu nombreux face aux autres cultures Korok de Nislaam, ceux de Vornaja se désignent du nom de Koraja, et se rassemblent au sein du Korajanamid, le Royaume de la Roche sacrée. Puissante théocratie élémentaliste vouée à Sunnis, le royaume est gouverné par le Korodramad, qui tient également lieu de Grand-prêtre du culte Koraja de l’Archoélémentaire. Sous sa férule sont regroupés une douzaine de grands domaines, gouvernés également par des fidèles, les Koroyamid. Descendants de prestigieuses lignées planaires, les Koroyamid ont depuis longtemps favorisé leurs origines Naines plutôt que Dao, l’esclavagisme na pas cours au sein du Royaume, et sa pratique est sévèrement punie. Une dizaine d’autres lignées planaires mineures ont également fondées des domaines, mais leur gloire est depuis longtemps passée, et leurs membres sont désormais des vassaux sans terre leur appartenant, ils forment une caste inférieure tournée vers l’artisanat et le commerce, ce sont les Koramad.

La société Koraja est patriarcale. Un mâle Koroyamid peut fonder un harem composé d’étrangères ou de femelles Koramad, dans le même ordre d’idée, le Korodramad et ceux de sa lignée peuvent également disposer d’un harem, où se croisent Koroyamid, Koramad et plus rarement, des étrangères. Les mâles Koramad ne peuvent pour leur part fonder de harem.

Comme ailleurs au sein des sociétés Korok, les Koraja favorisent le développement des compétences martiales, exaltant leurs maîtres d’armes et encourageant le développement du corps. Leur nature planaire et leurs origines leurs confèrent des capacités permettant la transmission de plusieurs styles martiaux redoutables, mais étrangement peu employés au-delà des frontières du Kotorok-Bal’Nahuum. Les Koraja sont plus connus pour leurs Prêtres-guerriers de Sunnis, les Korodayarid, qui intègrent les Légions de l’Empire des Sombres fosses mais ne participent pas aux campagnes de pillage. Leur rôle est généralement celui de guérisseurs sur le champ de bataille, bien que leur bravoure au combat ne soit jamais remise en question. Les Korodayarid suivent simplement un code d’honneur plus rigide que celui de leurs maîtres Dao.

 

Les métropoles du Korajanamid sont regroupées dans les hauteurs des montagnes équatoriales de Vornaja, les quartiers les plus élevés sont aménagés selon une architecture troglodytique dans des cavernes à ciel ouvert, tandis que les plus fortunés se rassemblent au fond de grands puits, où stalactites et stalagmites sont creusées en luxueux palais. Formée d’une dizaine de niveaux, la cité souterraine Koraja se divise globalement en trois grands quartiers; Au plus haut, celui des Koramad et de leurs ateliers, les Koroyamid vivent pour leur part soit dans de vastes habitations troglodytiques, c’est le cas pour leurs plus jeunes lignées, soit dans de grands palais accrochés aux parois. Au niveau du sol se trouve un vaste zocalo aménagé le long de galeries et de cavernes où se regroupent tous les habitants. Des sanctuaires de Sunnis sont disséminés dans tout ce niveau et permettent de quémander faveurs et protection. C’est également à partir de là que rayonnent les grandes artères souterraines, formant un complexe réseau permettant de voyager tout le long de l’équateur.

Les Koraja disposent d’Arches éthériques et font d’ailleurs un grand usage de celles-ci, mais les trop nombreuses invasions qui menacèrent leur culture par le passé ont fait que ces passages planaires sont isolés des cités par de longues galeries fortifiées et piégées. Une singularité dans la trame magique planétaire fait en effet que les Arches de Vornaja peuvent permettre de rallier n’importe quelle autre accès, non seulement dans le système de Nislamm, mais également à travers les autres Sphères des Fontaines Stellaires. Nul n’a encore pu expliquer la raison d’un tel phénomène, mais les Koraja se sont depuis longtemps prémunis contre les invasions.

De petites garnisons occupent des cavernes le long des galeries souterraines, et des messagers peuvent rapidement donner l’alerte en cas d’intrusion. Les Prêtres de Sunnis sont également mobilisés pour veiller aux passages, chacun ayant non loin de lui un temple et quelques habitations pour les honnêtes voyageurs.

 

En réalité, les Koraja n’ont que très peu de connaissances liées à leur monde. Ils ne font guère de commerce avec les Korjat, mais leur Korajanamid s’étend à travers le Plan Elémentaire de la Terre, avec plusieurs frontières fortifiées communes à celles d’autres nations du Kotorok-Bal’Nahuum. Les Koraja voyagent fréquemment par le biais de leurs Arches éthériques et comptent parmi les cultures les plus sociables au sein des Fontaines Stellaires. Bien que leur religion les pousse fréquemment vers le prosélytisme, ils sont parmi les rares membres de leur peuple à accepter des coutumes différentes.

 

Sites notables: Monde sauvage depuis des millénaires, Vornaja abrite de nombreuses ruines ayant jadis été bâtie par des vassaux des At’uru. La faune de la jungle est connue pour être particulièrement redoutable, avec un nombre effarant de grands prédateurs. Désormais difficilement accessible, même pour des aventuriers chevronnés, la jungle de Vornaja attise curiosité et convoitise.

 

Les profondes jungles renferment de nombreuses métropoles anciennes, à peine discernables depuis les cieux. Des explorateurs osent régulièrement braver la multitude des dangers inhérents à cet environnement, bien peu reviennent, encore moins avec un butin méritant les risques, mais les rumeurs ont placées là les fameux Sanctuaires anciens. La légende veut que durant l’Âge Sombre, les At’uru alors à l’apogée de leur puissance pillèrent de nombreuses cultures mal préparées à la sauvagerie de ces conquérants. De cette ère sanglante résulta la création de grands sanctuaires renfermant le fruit du pillage de dizaines de mondes. Mais jusqu’à maintenant, les seuls grands bâtiments explorés par des aventuriers Korok se sont avérés être des structures ordinaires et totalement vides.

Les Sanctuaires anciens existent bien, engloutis depuis des millénaires sous une dense végétation. Ils ne renferment pas réellement de trésors, mais s’avèrent être de gigantesques armureries, formant autant de frises chronologiques guerrières et louant la valeur d’adversaires tombés face aux At’uru. Ces derniers ont en effet pillé des cultures anciennes, mais en se focalisant exclusivement sur l’aspect martial de celles-ci. Ce sont donc des rangées de râteliers, d’armures et de fresques montrant des batailles épiques, qui se trouvent enfermés là depuis le début de l’Âge des Conquérants.

 

Les Puits des Ambremortes apparaissent comme de sombres dépressions au sein de la jungle qui les dissimule. Gouffres profonds et jamais explorés par les jeunes peuples de l’Âge des Prétendants, les Puits sont les tunnels que creusèrent les Xix durant leur dernier déferlement dans la Sphère de Nislaam. Des cadavres de ces gigantesques insectoïdes s’entassent à plusieurs centaines de mètres de la surface, sur une épaisseur inconnue. Mais le danger des Puits réside surtout dans toute la faune qui s’est développée à partir des colossales carcasses; Des versions plus modestes des Xix prolifèrent en effet, et développent une forme de conscience collective. Les Ambremortes sont des concentrations cristallisées d’un fluide ancien suintant encore de certains Xix originels, momifiés dans la moiteur des profondeurs. Source de pouvoir en provenance du Vide, ces pierres organiques sont surtout un danger dans leur capacité à transformer les rejetons de cet ancien fléau, de manière imprévisible et aléatoire, mais permettant à l’espèce d’évoluer soudainement.

 

Jaluru

L’unique lune de Vornaja est également nommée La Porte extérieure, car les Clydön établirent là un avant-poste protégeant leur Anneau de Translation, dissimulé dans l’ombre de cet astre. Les At’uru transformèrent ensuite la surface de Jaluru en un champ de bataille, qui vit la jungle autrefois opulente disparaître totalement, laissant la place à une étendue aride, encore jonchée de squelettes anciens.

Le petit astre est essentiellement employé par des esclavagistes Jann, au service de maîtres Dao menant des expériences sur des individus à la forte volonté. Les montagnes du pôle septentrionale sont ainsi creusées de nombreux complexes souterrains, accessibles uniquement grâce aux pouvoirs des Génies, et abritant les pires tortionnaires existant au sein du Kotorok-Bal’Nahuum. De sinistres rumeurs existent à travers les mondes du système de Nislaam, et bien peu d’aventuriers cherchent les passages vers ces lieux. Mais les tavernes bruissent de murmures au sujet de lieux tels que Jaluramal, la Fosse des Ecorchés, où seraient emmenés les prisonniers de guerre, interrogés par de mystérieux Jann arborant des masques fait de peau et manipulant une forme de nécromancie particulièrement sanglante.

 

Publicités
Catégories : Les Plans Primordiaux, Les Sphères Connues | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Vornaja aux Sanctuaires anciens

  1. des ziggourats dans la jungle, en voilà une surprise!

  2. cela fait vraiment beaucoup de lecture! mais comme on l’a vu après coup, les rapports de parties n’en sont que plus amusant… je veux dire plus détaillés ^^

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :