Osot, les sanctuaires Kyosaal éparpillés

ImageIce Caverns par Justinoaksford

 

Type de monde: Ceinture d’astéroïdes rocheux

Taille: Majorité de Taille C

Rotation: Aucune

Révolution: 472 jours

Lunes: Aucune

Population: 458 217 Kyojanii, 28 694 Nosharii-Osotéens, 16 579 Voruutuu

Trame magique: Renforcée, magie profane dominante (Sorcellerie Urilii)

 

L’amas d’astéroïdes d’Osot est composé de sept planétoïdes recouverts d’une glace noire imprégnée d’énergie négative transformant toute forme de vie en statue de sel. Barrière naturelle efficace face aux nombreuses invasions qui menacèrent les autres amas du système de Janestuur, cette enveloppe glacée altéra également les formes de vie océaniques, qui se retrouvent d’un planétoïde à l’autre grâce à d’antiques vortex dimensionnels les reliant entre eux.

Avant que les brasiers élémentaires ne soient forgés par les artisans du Mias’menh’Shaardh, les océans d’Osot étaient réchauffés par des orbes de feu ayant apparemment été créés par les légendaires Kyosaal, mais ces prodiges magiques étaient déjà en train de s’éteindre durant le règne du Own-Shaneel. Le développement de ces nouvelles sources de chaleur amena de profonds changements au sein des cultures océaniques, qui sont désormais membres du Dorool’Amh’Thulear.

 

Ports d’accueil: Protégés du Vide par leur carapace de glace noire, les planétoïdes d’Osot n’ont jamais été en contact avec les peuplades de l’Espace sauvage, bien que les Treel parvinrent apparemment à se faire connaître des habitants de cette région.

 

Ressources: Osot est connu comme la Panse à krill du Dorool’Amh’Thulear, car ses océans foisonnent de vie microscopique, base alimentaire de la majorité des peuples vivant là. Les Céphalopodes Voruutuu font depuis longtemps le négoce des formes de vie plus primitives, qui viennent nourrir l’ensemble des communautés du système de Janestuur. Les Nosharii collectent pour leur part les prodigieuses perles nacrées extraites des vastes colonies d’huîtres agrippées aux longues chaînes métalliques maintenant les brasiers mystiques et ancrés dans les grands fonds.

Chacun des planétoïdes d’Osot possède sa propre Arche éthérique, autour de laquelle s’est développé un zocalo. Par moquerie, les voyageurs désignent ces lieux de Marchés aux poissons, car c’est là l’économie principale des communautés ouvertes sur le reste du Dorool’Amh’Thulear. Au-delà de la connotation péjorative, les négociants d’Osot sont également réputés pour leur richesse, car certains des poissons vendus à travers l’empire planaire sont des créatures exceptionnelles, rares et pouvant devenir de véritables ravissements, lorsqu’ils sont cuisinés par des chefs.

 

Cultures: Descendants des mythiques Kyosaal, les Kyojanii d’Osot sont des amphibiens à la peau écailleuse et incrustée de perles noires. Nombreux sont les sages estimant que ce peuple était sûrement une branche cousine du peuple ancien, qui ne profita que très peu de sa sagesse. Quoi qu’il en soit, les Kyojanii ont su développer une civilisation puissante, avec de grandes métropoles verticales accrochées aux parois de leur habitant océanique sous-glaciaire. Etrangement réfractaires aux formes de magie couramment répandues à travers le Dorool’Amh’Thulear, les Kyojanii sont mêmes incapables de franchir une Arche éthérique et se trouvent donc isolés au sein des planétoïdes d’Osot. L’unique forme de magie qu’ils peuvent pratiquer est une nécromancie blanche puisant dans les perles organiques incrustées dans leur chair et leur permettant d’être connus comme de puissants guérisseurs.

Essentiellement urbains, les Kyojanii se regroupent dans leurs grandes métropoles troglodytiques où ils vivent en groupes d’une centaine d’individus, élevant en commun leur progéniture, décidant de leurs tâches ensemble. Etonnement, ce type de fonctionnement marche à l’échelle d’une métropole. Les groupes, nommés Kyatal, ont généralement une fonction spécialisée, mais rien n’est figé, et ils communiquent beaucoup entre eux durant leurs regroupements autour de célébrations et festivités.

Pour le voyageur en quête de seigneur ou de castes, la société Kyojanii a de quoi déconcerter; chaque individu semblant connaître sa place sans toutefois se voir limité dans ses choix. Les sages qui ont étudiés cette culture pensent qu’un esprit de ruche règne entre les membres de ce peuple, bien qu’il n’existe aucune reine ni hiérarchie. Des individus se distinguent cependant régulièrement, émergeant soudainement avec des idées ou des concepts faisant évoluer leur société. Ce sont les Kyoraam, qui tentent de mener à bien leurs réformes, soutenus par l’ensemble des Kyatal, avant de redevenir ensuite des membres ordinaires de leur groupe.

Nul ne peut expliquer les mystérieux fonctionnements de ce peuple singulier, mais les Marid ont vu en eux des alliés de choix, et peu après la Grande Conjonction des Plans de 12974ci, ils les intègrent au Dorool’Amh’Thulear. Appartenir à un empire planaire n’a guère changé la société Kyojanii, qui se voit confinée aux océans d’Osot, leurs zocalo se sont simplement agrandis, afin de pouvoir accueillir les nombreux peuples alliés.

 

Les métropoles Kyojanii sont majoritairement sous-marines, aménagées dans les parois glacées jusqu’à la lisière de la glace noire que les habitants prennent soins d’éviter. De nombreuses rumeurs mentionnent de malheureux explorateurs des plus anciens quartiers, qui furent pris dans des salles entièrement taillées dans cette glace saturée d’énergie négative, et qui devinrent de terribles non-morts, cherchant à corrompre par leur morsure d’autres Kyojanii.

Chaque Kyatal possède ses propres quartiers de vie, avec une pêcherie, plusieurs petits ateliers où sont tressées des fibres de varech, à la base de tous les équipements utiles. Un observateur extérieur notera que certains Kyatal possèdent des ateliers plus conséquents, et que les populations qui œuvrent en leur sein sont composées d’individus qualifiés, comme si chacun savait intuitivement quels talents il maîtrisait le mieux.

 

Détachés des Kyatal existent les Kyolanii, les guérisseurs dont les pouvoirs curateurs ne fonctionnent qu’à la surface des océans. Regroupés en cercles partageant leur énergie afin de ne pas épuiser l’un de leur membre, ils sont nourris par les communautés sous-marines en contrepartie de soins et de bénédictions pour les pêches à venir. Les Kyolanii sont clairement perçus comme des individus surnaturels, différents des autres Kyojanii. Les Kyolanii sont considérés comme des porte-paroles de leur peuple par les Marid, qui préfèrent éviter d’avoir à faire aux frustres pêcheurs des cités sous-marines. Les guérisseurs n’ont cependant aucune influence particulière sur leurs pairs, et se contentent de transmettre les propositions de leurs alliés à ceux des Kyojanii qui viennent à eux sur le moment. Toute interaction diplomatique est donc inutile avec ce peuple, mais ceux qui viennent chercher à négocier des contrats trouvent toujours un interlocuteur, et après quelques temps, un spécialiste dans le domaine recherché, qui a entendu parler de ses besoins.

 

Les Kyojanii ne combattent pas. Ils chassent de terribles prédateurs au sein de leurs océans sous-glaciaires, disposent d’armes en os particulièrement efficaces, mais n’éprouvent pas le besoin de conquérir ou d’affronter d’autres peuples. Leur situation au sein d’Osot fit que rares furent ceux qui vinrent les menacer. Il advint toutefois que certains maraudeurs parvinrent à rallier les océans sous les glaces noires, semant la désolation parmi les quelques communautés de la surface. Les Kyojanii cédèrent à chaque fois un vaste territoire à leurs conquérants, se regroupant au sein d’autres métropoles sous-marines. En peu de temps, les belliqueux arrivants se virent à chaque fois frappés par des fléaux mortels et disparurent. Même les Marid Zapharool savent qu’il n’est pas bon de menacer ces étranges individus. Les devins n’ont trouvé aucune prophétie mentionnant les Kyojanii ou d’éventuels protecteurs divins,

 

L’autre peuple de l’amas d’Osot est celui des Voruutuu, originaire du Plan Quasi-élémentaire de la Vapeur, ils migrèrent après avoir été vaincus durant la première campagne planaire des N’uru’N. Liés aux Marid Zapharool par un ancien pacte d’entraide, ils se retrouvèrent dans les froids océans d’Osot, où ils se regroupèrent autour des dernières lueurs des orbes façonnés par les Kyosaal. Céphalopodes guerriers et expansionnistes, quelques mauvaises expériences face aux Kyojanii leurs firent comprendre qu’ils ne pourraient pas contrôler les sept océans d’Osot. Grâce aux Arches éthériques, ils rejoignirent les rangs de la grande armée du Dorool’Amh’Thulear et s’emparèrent de plusieurs territoires, aussi bien dans le Plan de la Glace que dans celui de l’Eau.

Les Voruutuu ont conservés de leurs origines un lien unique avec l’énergie positive, qui leur octroi une vitalité surprenante ainsi que des capacités magiques exceptionnelles. Guerriers renommés, ils combattent les N’uru’N sans relâche, désormais plus par plaisir de se mesurer à des adversaires valables que pour reprendre les territoires de leurs ancêtres, au cœur de la Vapeur. Bien que leur population ne soit guère élevée, chaque combattant Votuuruu équivaut à une Phalange Amh’doorim, et les rivalités avec les différentes ethnies Nosharii sont toujours particulièrement vives. Souvent considérés comme une élite guerrière, leurs représentants au sein du Mirzadaashah cherchent continuellement à exhorter les autres peuples de l’Empire des Océans suspendus à poursuivre des guerres planaires. Les Marid peinent souvent à apaiser les humeurs querelleuses des Voruutuu, qui n’hésitent pas à proposer leurs services à d’autres peuples des Fontaines Stellaires.

Les Voruutuu sont cependant trop peu nombreux pour représenter une véritable force au sein du Dorool’Amh’Thulear, et la recherche d’un moyen de fortifier leur espèce est une priorité absolue pour ces puissants individus. Individualistes, ils ne possèdent aucun gouvernement et ne se déplacent que rarement en groupes de plus d’une douzaine de combattants. Beaucoup estiment avoir suffisamment servi les Marid Zapharool, et envisagent de migrer définitivement dans l’ancien territoire de leurs ancêtres, au sein de la Vapeur.

 

Sites notables: L’empreinte des Kyosaal est encore visible sur les planétoïdes évoluant le long de la plus proche elliptique de Yosol, ni les Treel ni les Marid ne parvinrent à effacer ce grand œuvre, qui transforma des débris gelés en océans gorgés de vie. Les aventuriers du Dorool’Amh’Thulear sont nombreux à venir risquer leur vie dans les mondes d’Osot, découvrant régulièrement des ensembles labyrinthiques taillés à la lisière de la glace noire, et pour ceux bénéficiant des services d’un équipage Soroom, il est également possible d’explorer des astéroïdes solitaires, où les Kyosaal laissèrent des traces encore plus étranges de leur passage.

 

La Lune errante de Kyojanarii est un véritable donjon solitaire, en apesanteur mais doté d’une atmosphère respirable. Le cœur du complexe est inondé mais les niveaux accessibles depuis la surface du planétoïde sont secs. Toutes les galeries sont des tronçons cylindriques dont les parois sont intégralement sculptées de suites infinies de motifs mystiques Kyosaal. Les bâtisseurs de ce lieu tentèrent visiblement de reproduire à moindre échelle les miracles de la Vie se retrouvant dans l’Amas d’Osot. Et si un noyau de Feu continue à diffuser chaleur et lumière au cœur du planétoïde, les niveaux aériens sont pour leurs parts totalement déserts. La Vie foisonne par contre au sein de l’élément liquide, malheureusement sous les formes d’effrayants prédateurs veillant à ce que nul visiteur ne s’approche de trois mystérieux orbes lumineux, reliés au noyau élémentaire par des chaînes colossales, et semblant abriter d’autres formes de vie gigantesques, dont les silhouettes se distinguent malgré la distance. Nul n’a encore jamais pu s’approcher suffisamment pour voir les dernières créations des Kyosaal, mais nombreux sont ceux imaginant des créatures dotées de pouvoirs formidables et depuis longtemps disparus.

 

Le Temple de la Glace noire est un lieu fort heureusement encore inconnu des peuples d’Osot, et qui fut élaboré par des nomades planaires, en l’honneur de ce qui semble bien être les Cent-mille Salins. Inaccessible pour les vivants, ce lieu est imprégné de formidables énergies, et un vortex en sommeil permet d’accéder dans une région du Plan de l’Energie négative connue sous le nom de Nulluruun, la Dévastation de l’Âme. La mention de ce sanctuaire impie existe dans les ruines d’une réplique élaborée au sein de la Glace grise, une dimension corrompue des Plans Pourpres. Il est dit qu’un non-mort parvenant à ouvrir le passage vers Nulluruun pourra se nourrir du néant, et devenir lui-même un vortex vorace.

Quelques individus contaminés par la proximité de la glace noire d’Osot ont parfois des visions de ce temple, mais jusqu’à maintenant, nul n’en a encore trouvé le chemin.

Publicités
Catégories : Les Plans Primordiaux, Les Sphères Connues | Étiquettes : , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Osot, les sanctuaires Kyosaal éparpillés

  1. encore un peuple de mous! ça fait combien en xp, le kyojanii?

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :