Akna’kaa, aux dômes cristallins

ImageBarren world par xpress907

 Type de monde: Sphérique rocheux

Taille:

Rotation: 52 heures

Révolution: 104 jours

Lunes: Aucune

Population: Aucune

Magie: Trame magique diffuse

La planète extérieure du système de Verdd fut dévastée par un cataclysme qui embrasa son atmosphère, et scorifia sa surface. Plus rien ne subsiste et même les formes de vie les plus endurantes n’ont pas survécus. De violentes tempêtes soufflent en permanence dans la haute atmosphère, tandis que des nuages de poussière suffocante courent le long des reliefs changeant.

Ressources: Akna’kaa n’a rien à offrir au voyageur de passage, hormis une mort douloureuse. Les jungles d’antan ont depuis longtemps disparues, et même si un vaste monde souterrain existe encore, le rayonnement solaire altéré par les mages du Ta’kalakaa a fait son œuvre, corrompant jusqu’au noyau de la planète.

Cultures: Les nomades planaires At’narakaa qui vinrent sur ce monde afin d’y prospérer peineraient à imaginer ce que leurs descendants en firent. Bien que ce peuple semble toujours avoir privilégié la voie du guerrier, il existait clairement une philosophie de tolérance et de curiosité, qui emmena la communauté originelle à voyager à travers les Plans d’existence.

Extrêmement puissants physiquement, les At’narakaa ne redoutaient guère les peuples qu’ils pouvaient croiser, et plus tard durant leur Histoire liée à la Sphère de Verdd, les batailles qu’ils menèrent face aux envahisseurs les menaçant ne firent qu’exalter leur âme combattante.

Considérés comme décadents et primitifs, les At’narakaa qui fondèrent les premières Cités-Etats sur Akna’kaa n’en étaient pas moins les héritiers d’un leg mystique important. Les pouvoirs planaires inhérents à l’espèce allant en s’amenuisant, ce furent les traditionnelles valeurs guerrières qui prévalurent rapidement. De la longue ère des Quatre poings naquit une société brutale, mais particulièrement vigoureuse.

Un At’naratakaa régnait sur une Cité-Etat, redoutable guerrier mais également fin diplomate, le seigneur s’entourait de conseillers aux talents divers, pouvant apporter des solutions autres que militaire, face aux régulières menaces émanant des cités voisines. Dans une telle société, empreinte de guerres ethniques et de batailles sanglantes, les enfants sont élevés dans des sanctuaires fermés, exclusivement formés au combat selon les traditions de la cité. Les femmes At’narakaa sont cantonnées à un rôle de reproductrices, sans aucune influence sur la vie politique, et n’ayant aucun droit. Avec la fin de l’Âge des Quatre poings et la venue des Xiolek, la société At’narakaa est profondément bouleversée ; Les cieux d’Akna’kaa ne sont désormais plus une barrière, et si la notion de danger reste liée au Vide, l’espace sauvage est désormais ouvert à une expansion rapide.

De nombreux At’narakaa s’affranchissent du cercle de la violence ethnique et se forment à la navigation spatiale. La jeune caste des Jamna’takaa se développe autour de concepts nouveaux, plaçant la femme au cœur de toutes les attentions. Les premières générations de Timoniers sont presque exclusivement constituées de femmes qui développent un fort esprit indépendant.

Sur Akna’kaa, les vieux seigneurs comprennent que toutes les forces vives de leurs Cités-Etats sont en train de partir coloniser le monde voisin d’Ama’kaa. Plusieurs héritiersAt’naratakaa renoncent même au pouvoir sur leur monde pour tenter leur chance au-delà du ciel sombre.

La transmission héréditaire de l’autorité est ainsi interrompue, et bon nombre de profiteurs aux idées rétrogrades prennent le pouvoir. La magie est bannie des Cités-Etats, et plusieurs communautés se replient sur elles-mêmes, préférant disparaître plutôt que d’intégrer la nouvelle nation du Ta’kalakaa.

Au fil du temps, les vieilles lignées des At’naratakaa renouent avec leurs descendants ayant formé les Clans du Poing sur Ama’kaa. Bien qu’ils soient xénophobes et intolérants, les seigneurs d’Akna’kaa continuent à former les meilleurs guerriers At’narakaa, essentiels pour résister aux invasions d’outresphère. Ces combattants finissent cependant par prendre goût à la prospérité de leurs frères et sœurs du monde voisin, et beaucoup refusent de retourner dans les Cités-Etats sur Akna’kaa.

La culture ancienne des habitants de ce monde est balayée par un ultime rituel en provenance du monde voisin. Les mystérieux envahisseurs qui menacent Akna’kaa et pillent cités et sanctuaires inquiètent les Jamna’marakaa qui préfèrent sacrifier leur peuple plutôt que de voir des vaisseaux étrangers menacer leur civilisation.

La planète est noyée dans des flammes noires, qui dévastent tout. Un grand silence s’abat alors sur le monde, et plus aucun At’narakaa n’osera s’aventurer en ce lieu par la suite.

Sites notables: Le berceau de la culture At’narakaa fut connu durant l’apogée de la civilisation Ta’kalakaa comme la Planète aux Dômes cristallins. Loin des intolérantes Cités-Etats, les Jamna’marakaa avaient en effet entreprit de développer une ligne de défense planétaire, formée de sanctuaires où de nombreux membres de leur caste pouvaient apprendre à développer leurs pouvoirs magiques, tout en assurant une efficace défense du monde extérieur. Bien que moins performants que les miroirs d’Ama’kaa, les Dômes cristallins pouvaient concentrer plus intensément la lumière noire du soleil, et la projeter en faisceaux capables de détruire en orbite les plus gros vaisseaux ennemis. Au fil du temps et de la décadence de la culture At’narakaa, d’ambitieux mages employèrent l’énergie à leur disposition pour développer de sombres rituels. A l’image d’un Rajaat qui altéra des formes de vie dans la Sphère Pourpre, ces individus explorèrent des voies exotiques de l’évolution.

Les Dômes cristallins sont désormais recouverts par des montagnes de poussière noire, la plupart furent les premières cibles des mystérieux envahisseurs, qui pillèrent les grands laboratoires en prenant soins de libérer de nombreuses monstruosités. Certaines de ces dernières ont survécus en se reproduisant entres elles, et si jamais les protections maintenant les dômes scellés venaient à s’effondrer, Akna’kaa seraient soudainement repeuplée, mais par des espèces nouvelles et ivres de carnages.

Publicités

Auteur : derynnaythas

Passionné par les univers imaginaires depuis toujours, je me suis tourné vers les jeux de rôles et l'écriture à douze ans, je n'ai jamais plus arrêté de jouer, de mener, d'écrire, dessiner et lire. Fasciné par l'acte créatif, qu'il soit artistique ou scientifique, j'essaie de m'ouvrir à autant de sources que possible, afin de créer mon propre univers fantastique, essentiellement autour du thème de Spelljammer.

Une réflexion sur « Akna’kaa, aux dômes cristallins »

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s