L’Anneau de Junoc, les sanctuaires Arachno-stellaires

Image

Type de monde: Ceinture d’astéroïdes rocheux

Taille: Majorité de Taille A

Rotation: Aucune

Révolution: 388 jours

Lunes: Aucune

Population: 854 576 K’r’r‘r

 

Junoc est un monde Sharood encore bien connu de nombreux sages des Sphères Connues, qui pour la plupart ignorent qu’il fut dévasté. Planète gorgée d’une Vie étrange, fruit de manipulations psychométaboliques innombrables, elle devint une ceinture d’astéroïdes fine de quelques kilomètres.

Les planétoïdes sont rares à pouvoir retenir une atmosphère, et les traditions sédentaires nouvelles peinent à s’établir en ce lieu, où les tribus K’r’r’r préfèrent se déplacer à bord de leurs flottes, entretenant de vastes serres pour bénéficier d’enveloppes d’air, délaissant ainsi les débris de la ceinture d’astéroïdes et leurs quelques ruines impropres à la Vie.

 

Port d’accueil : Le grand port spatial de J’l’k’n est renommé parmi toutes les tribus K’r’r’r du système de Son-Koruu. Formé il y a seulement deux siècles par une multitude de mouvements spirituels, la vaste toile cristalline abrite deux cent mouillages autour desquels transitent plus d’un millier de vaisseaux. Bien que la culture K’r’r’r méprise ouvertement la vénération de divinités, la Prophétie du K’r’l’n’t’n renaissant a profondément bouleversée les traditions locales, incitant des individus à défier l’autorité naturelle des K’r’n afin de former des groupes en quête de réponses à des questions sur les origines du peuple K’r’r’r, sur les plus grands mystères encore dissimulés dans les courants éthériques du Phlogiston, ou concernant les forces s’exerçant à travers les Sphères de cristal.

J’l’k’n s’est formée sous l’impulsion des mystérieux membres de la tribu K’r’t’t’k, qui a entreprit de se plonger dans l’étude de la Prophétie annonçant la suprématie K’r’r’r à travers la résurgence du légendaire empire de K’r’l’n’t’n. A partir de ce groupe de sages désireux d’approfondir sa connaissance liée aux mystères du Temps, d’autres adeptes de voies mineures n’ont pas tardé à offrir leurs ressources, jusqu’à ce que naisse une véritable communauté.

Le grand port spatial est en réalité un assemblage hétérogène d’Ensorceleurs, de Prodiges et de mercenaires en tout genre. Pas moins de trois Cabales Arachno-stellaires sont rassemblées dans les méandres cristallines de J’l’k’n, ainsi qu’au moins quatre fratries planaires ayant su aménager des passages vers les Plans anciens de la Roue. Les membres des tribus traditionnalistes évitent de s’aventurer le long des fils cristallins de cette immense toile, toutes les déviances du peuple K’r’r’r semblant devoir se concentrer dans J’l’k’n.

 

Ressources : Véritable creuset au sein duquel la culture millénaire K’r’r’r se métamorphose afin de forger sa destinée, l’Anneau de Junoc ne renferme pourtant guère de ressources d’intérêt, les lieux sont même hostiles à une telle implantation de communautés. Malgré tout, la quête de connaissances anciennes perdure et il arrive encore que des bribes du savoir Sharood soient retrouvées dans quelques ruines isolées.

 

Cultures : Nombre de K’r’n des tribus traditionnalistes désignent les habitants de l’Anneau de Junoc du sobriquet de K’r’l’n’t, les Egarés. Le nom est finalement resté, et désigne ces nombreux individus, parfois des tribus entières, qui cherchent à explorer des voies mystiques, considérées comme méprisables et déshonorantes.

Mais bien que le Mouvement spirituel K’r’l’n’t’n prédomine dans cette région du système de Son-Koruu, la majorité des traditions ancestrales des K’r’r’r sont respectés, et les tribus conservent leur organisation habituelle, avec des groupes de K’r’n régnant sur leur progéniture et guidant l’espèce vers une évolution constante.

La Prophétie du K’r’l’n’t’n renaissant affecte bien plus les tribus de l’Anneau de Junoc, qui ont développées une caste de quêteurs, les K’s’k, vouant leur existence à rechercher des fragments du savoir ancien pouvant permettre de forger un passage vers l’empire légendaire. Chaque tribu de Junoc dispose ainsi d’un groupe de K’r’r’r combinant de nombreux talents et ramenant régulièrement reliques Sharood et informations sur de nombreux peuples des Sphères voisines. A travers le jeu des alliances tribales, les K’s’k ont pour devoir de partager ces connaissances, afin que la grande quête du peuple K’r’r’r puisse progresser rapidement.

Un bon tiers des K’s’k sont des Ensorceleurs Arachno-stellaires affiliés à l’une des trois lignées mystiques, ce qui les lient autant aux tribus de Junoc qu’au mouvement mystique. Ils sont ainsi les parfaits intermédiaires entre toutes les communautés de la ceinture d’astéroïdes.

 

Les tribus K’r’l’n’t sont au nombre de douze, elles sont dirigées par des conseils de douze à vingt K’r’n, qui engendrent ainsi des générations vigoureuses et bien plus nombreuses que celles des autres tribus. Chacun des groupes de pondeuses à prit l’habitude de détacher l’une d’entre elle au sein d’un Grand Conseil des Oracles du K’r’l’n’t’n renaissant, qui collationne et diffuse toutes les connaissances liées à la grande quête de l’empire légendaire.

Bien que cette quête implique également d’autres tribus à travers le système de Son-Koruu, seules les K’r’n de l’Anneau de Junoc ont ressenti la nécessité de former un conseil commun. Les communautés du Mouvement spirituel K’r’l’n’t’n profitent le plus de l’existence du Grand Conseil des Oracles, dont ils emploient les ressources afin de s’aventurer sur des Courants éthériques mal connus.

La caste des K’t’l est majoritairement représentée au sein de cette région du système. Ce sont essentiellement des artisans et des collecteurs de ressources, qui forment de grands groupes mobilisant des flottilles entières de nefs tribales, toujours en recherche de nouveaux filons, de cavernes où faire croître des colonies d’insectes comestibles, mais surtout, les K’t’l de l’Anneau de Junoc représentent la base de la communauté mystique K’r’r’r. Bien que l’esclavagisme n’existe pas au sein de ce peuple, les K’t’l naissent clairement pour servir toutes les autres castes, et accomplissent les plus durs labeurs. Et tandis que les K’r’n les plus traditionalistes comptaient s’appuyer sur eux afin de minimiser l’influence de ce courant contre-nature, ce sont bien les K’t’l, indifféremment de leurs liens tribaux, qui se mirent à regarder différemment les étoiles, et les forces nées de leurs lointains ancêtres.

Au sein de l’Anneau de Junoc, un réseau d’entraide existe entre les K’t’l des douze tribus, peu importe les relations de ces dernières, le K’t’l’s’n’k existe depuis plusieurs siècles désormais, et permet à l’artisanat K’r’r’r d’évoluer rapidement, sans réel contrôle des autres castes. Bien entendu, une telle organisation en-dehors des traditions tribales provoque l’inquiétude des K’r’n, mais même le Grand Conseil des Oracles du K’r’l’n’t’n renaissant ne peut envisager de contraindre les membres de la caste ouvrière, pourvoyeuse de toutes les ressources des douze tribus. Finalement, il y a moins d’un siècle de cela, des membres éminents du K’t’l’s’n’k ont été autorisés à donner leur avis durant certaines réunions du Grand Conseil des Oracles, essentiellement, ils interviennent pour toutes les questions de logistique des longues expéditions.

Enfin, les K’r’k des tribus de l’Anneau de Junoc possèdent une plus grande influence que ceux de leur caste au sein des Amas de Simuoc, ils sont également les moins impliqués dans la quête mystique des K’r’r’r de Son-Koruu. Navigateurs et matelots des innombrables nefs des douze tribus locales, comptent parmi les plus traditionalistes de leur peuple, et se contentent de favoriser les décisions des K’r’n n’appartenant pas auMouvement spirituel K’r’l’n’t’n. La plupart du temps, la grande majorité des psijammers tribaux sont ainsi mobilisés pour de longs voyages vers les confins, en quête de ressources rares, où simplement envoyés pour des missions d’observation de plusieurs années locales.

 

Sites notables : L’Anneau de Junoc est ce qu’il subsiste d’un monde Sharood ancien et densément peuplé. Le cataclysme qui le frappa emporta apparemment de nombreuses âmes anciennes, et les devins de la ligné Arachno-stellaire A’r’n’k perçoivent encore les hurlements épouvantés d’une multitude.

Les douze tribus K’r’r’r se partagent de vastes territoires rayonnant autour des plus gros planétoïdes ayant été épargnés par les collisions nombreuses dans cette région du système de Son-Koruu. Depuis plus d’un millénaire, les guerres territoriales ont cessées, et la caste K’r’k, ne souhaitant pas adhérer au Mouvement spirituel K’r’l’n’t’n, mobilise ses nefs afin de ramener de nombreuses ressources exotiques. Cette situation limite de fait les éventuels désirs d’expansion tribale.

Mais des ressources abondantes existent dans l’Anneau de Junoc, des lieux n’ont toujours pas été découverts malgré des millénaires de présence K’r’r’r dans les environs. Des trésors attendent donc toujours d’être découverts.

 

La Géode de Sotoc-Nunol est l’un de ces lieux oublié, isolé au sein d’un petit amas oscillant sans cesse entre la région de l’ancienne Junoc et les Amas de Simuoc. Le lieu était un sanctuaire réservé aux plus puissants membres du peuple Sharood, le réceptacle de grands pouvoirs, à partir duquel selon la légende, Ceux-aux-nombreuses-gemmes tentèrent d’influer sur le rayonnement de leur soleil, afin de hâter certains projets des Junans.

La Géode était une lune artificielle de Junoc, et l’explosion du monde la projeta au loin, pulvérisant sa surface, mais épargnant de nombreux niveaux souterrains, élaborés à partir d’un cristal organique extraordinairement dur.

Son atmosphère s’en est allée depuis bien longtemps, mais le grand sanctuaire de Sotoc-Nunol est toujours intact, renfermant bien des secrets comptant parmi les plus puissants du peuple ancien des Sharood.

Le lieu est en apesanteur, il l’était bien avant le cataclysme planétaire, et toute son architecture est agencée en sphères imbriquées, enserrant la Géode elle-même. Il existe quelques références obscures à cet artefact cosmique, disséminées à travers les grandes bibliothèques des Sphères Connues. Selon les dires des quelques disciples à avoir pu assister aux rituels de leurs maîtres, la Géode aurait été une forme élaborée et plus ancienne de la Tour des Rhulistii, des créateurs de Vie au sein de ce qui est aujourd’hui la Sphère Pourpre. Quelles actions les Sharood entreprirent grâce à la Géode? Difficile de le savoir, maintenant que les mondes de cette Sphère de cristal ne sont plus que vestiges glacés. D’obscures références mentionnent cependant le développement de dons psioniques à l’échelle de régions entières, l’amplification de pouvoirs à une échelle cosmique, où ce qui semble bien être une forme d’Ascension spirituelle.

 

Les Clignotantes de Junacal sont des étoiles cristallines de Taille A, au nombre de six, elles représentent l’ultime modèle de psijammer Sharood qui fut développé afin d’envoyer des communautés entières sur des Courants éthériques alors mal connus. Les Clignotantes tiennent leur nom de leur Timon cristallin, convertissant le rayonnement solaire en énergie motrice par le biais d’un Timonier psion. Leur halo était aussi aveuglant que celui de véritables étoiles, mais celles qui ont survécus au désastre possèdent des enveloppes ternies et recouvertes d’une épaisse couche de poussière stellaire.

Les Clignotantes, de par leurs dimensions, sont semblables aux Citadelles des Nains, mais leurs aménagements intérieurs sont destinés à des périples longs de plusieurs décennies. De ce qui subsiste des vastes nefs cristallines, il est possible de distinguer trois ponts principaux, formant des sphères imbriquées au sein d’un amas en apparence chaotique de vastes dalles cristallines multicolores. Le pont extérieur était une serre gigantesque, peuplée d’une faune et d’une flore singulière, adaptée pour de très longs voyages sur les Courants éthériques. Le pont médian est celui des quartiers de vie, avec des bibliothèques contenant des milliers de tablettes cristallines, des laboratoires et des salles de méditation. Le pont central est occupé par le Timon, un complexe assemblage de cristaux spécifiquement agencés pour générer une sorte de halo psionique. Des géodes attenantes semblent indiquer que des assistants pouvaient sans nul doute renforcer les capacités du Timonier en cas de besoin.

De tels psijammer, entre les mains de puissants Psions, influenceraient très certainement l’équilibre des forces au sein des Sphères Connues, où le souvenir des Etoiles Sharood reste ancré dans les plus antiques légendes.

 

Publicités
Catégories : Sphères de cristal | Étiquettes : , , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “L’Anneau de Junoc, les sanctuaires Arachno-stellaires

  1. voilà qui devient intéressant… Et donc, à quand les descriptifs de ces K’r’r’r ensorceleurs?

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :