Les Amas de Simuoc, les mines de kodrinite

ImageType de monde: Ceinture d’astéroïdes rocheux

Taille: Majorité de Taille A

Rotation: Aucune

Révolution: 218 jours

Lunes: Aucune

Population: 123 576 K’r’r‘r

 

Les K’r’r’r divisent la ceinture d’astéroïdes résultant de la destruction de Simuoc en huit grands amas qui forment autant de territoires aux limites clairement définies. Seulement une dizaine de planétoïdes possèdent une atmosphère respirable par les K’r’r’r, mais qui reste toxique pour la majorité des espèces natives des Sphères Connues.

Les forces gravitationnelles de Korunoc s’exercent ici de manière erratique et perturbent fortement les amas de débris qui se heurtent violemment et réduisent ainsi régulièrement la taille de la ceinture d’astéroïdes. Les Amas sont des zones relativement stables où sont regroupées les plus importantes communautés.

 

Port d’accueil : Chacune des tribus K’r’r’r maintien un grand port spatial, symbole de sa puissance et cœur de son économie. Si les échanges entre communautés des Amas restent réduits, il en va tout autrement avec les ethnies des autres ceintures d’astéroïdes, qui possèdent généralement des liens anciens remontant à ce que les K’r’r’r désignent comme l’Âge de la Grande errance, une période correspondant peu ou prou à l’Âge spirituel des Sphères Connues.

Bien que les huit tribus de Simuoc soient d’égale puissance, ce sont les K’r’s’s’t qui ont su profiter le mieux d’un environnement hostile et instable. Leur grand port marchand de T’l-K’r’s’s est une toile arachnéenne d’un diamètre de trois kilomètres, ancrée à vingt-trois planétoïdes abritant autant de mines de kodrinite, base d’un formidable alliage K’r’r’r servant à la conception de leurs psijammers, de leurs armes, mais également à bien d’autres applications.

T’l-K’r’s’s abrite vingt milliers d’habitants, répartis à bord de trois milliers de navires ancrés à autant de mouillages rassemblés le long des plus solides sections de la toile cristalline. Les tronçons les plus larges sont creusés pour former de grands entrepôts, reliés entre eux par des galeries protégées du Vide. Le cœur de la toile est un amas de cristaux psioniques géants concentrant le rayonnement solaire pour le transformer en énergie psychique que les plus puissants K’r’s’s’t peuvent employer durant des rituels psioniques.

 

Ressources : La légendaire kodrinite reste la principale ressource exploitée par les K’r’r’r qui en font eux-mêmes un grand usage. Tous les planétoïdes possédant des filons de ce minerai sont depuis longtemps exploités et certains commencent même à s’épuiser, tant l’exploitation des mines est intense.

Bien que les rares visiteurs d’outresphère pensent que les vastes toiles cristallines soient l’œuvre d’une quelconque sécrétion provenant des K’r’r’r eux-mêmes, il n’en est rien. La réalité étant qu’il faudrait des multitudes d’êtres se consacrant à une telle production durant des millénaires sans fin pour parvenir à élaborer des structures comme celles permettant d’abriter les mouillages des huit tribus de Simuoc.

En vérité, les K’r’r’r disposaient de certaines connaissances liées à la manipulation de certains cristaux organiques inventés par les Junans. En explorant les vestiges des mondes Sharood de Son-Koruu, ils découvrirent plusieurs amas de ces minéraux vivants, qu’ils exploitèrent grâce à leurs capacités psioniques. Les actuels ports spatiaux K’r’r’r ont bien une origine organique, mais sans rapport direct avec leur propre espèce.

 

Cultures : Nimbée de mystères renfermant d’insondables énigmes, l’Histoire Sharood est désormais accessibles par bribes dans les plus grandes bibliothèques des Sphères Connues. Les anciens mondes de Son-Koruu sont connus des sages, qui ne savent rien d’un cataclysme ayant dévasté les prodigieux sanctuaires des Voies de l’esprit, et les quelques explorateurs qui recherchent ces lieux ne semblent jamais avoir atteint les abords de la Sphère de cristal.

L’Histoire récente de Son-Koruu est étroitement liée au peuple K’r’r’r, qui s’est établi au sein des ceintures d’astéroïdes, allant jusqu’à se sédentariser en des lieux où des peuples plus jeunes jugeraient toute vie impossible. Mais pour des êtres tels que les K’r’r’r, l’enfer gravitationnel des anneaux de Son-Koruu est un havre idéal pour laisser se développer une progéniture nombreuse et résistante.

 

Trente tribus K’r’r’r se sont regroupées dans ce système, et huit plus particulièrement autour des planétoïdes de l’ancienne Simuoc. Avec le temps, une culture commune s’est développée, puis s’est figée en traditions immuables, différentes de celles des tribus nomades sillonnant les courants éthériques du Phlogiston.

Les huit tribus des Amas sont souvent nommées K’t-K’r’n’t’k, les Tribus piocheuses, de par leur exploitation intensive de la kodrinite. Le terme était jadis péjoratif, mais avec les besoins grandissant en minerai, ce sont les membres de ces huit communautés qui se parent fièrement de ce titre.

 

Les K’t-K’r’n’t’k sont chacune dirigée par un conseil de cinq à neuf K’r’n, les pondeuses de la tribu, qui assurent le renouvellement des générations et veillent au développement de leur lignée. Les décisions des K’r’n sont sans appel, ceux qui désobéissent à leurs génitrices sont immédiatement dévorés par les plus jeunes. Lorsqu’il s’agit d’une K’r’n qui va à l’encontre des décisions de ses sœurs, ce sont ces dernières qui offrent la rebelle en offrande à leur peuple. De tels événements restent rares, et amènent invariablement de profondes scissions au sein d’une tribu. Mais les K’r’r’r sont des créatures inclinées vers la Loi, et l’obéissance aux K’r’n reste ancrée dans leur chair.

Trois groupes se distinguent au sein d’une tribu K’t-K’r’n’t’k; Les K’t’k sont les mineurs qui repèrent les filons de kodrinite puis les exploitent. Ils forment également une force guerrière en charge de défendre la tribu.

Les K’t’l sont les K’r’r’r en charge de la collecte des ressources vitales à la tribu. Ce sont également les artisans qui assemblent les nefs, façonnent les habitats cristallins et chassent les nombreuses créatures insectoïdes se développant dans des cavernes isolées, spécifiquement aménagées avec un ensemble de connaissances proches de celles enseignées dans la philosophie Kuraa-Vacuu. Les K’r’k sont les navigateurs et matelots à bord des nefs tribales. Bien que leur rôle reste prépondérant au sein de cette culture, la sédentarisation des tribus de Son-Koruu amoindrie leur influence.

 

Il n’existe aucune structure familiale autre que la tribu. Les K’r’r’r élèvent ensemble les plus jeunes générations, et sélectionnent les membres des différentes castes selon des résultats d’épreuves organisées régulièrement, et qui sont autant de cérémonies marquant l’évolution de l’individu. Il arrive que certains échouent à toutes les épreuves, ils sont alors dévorés par ceux qui ont participés avec eux à leur ultime épreuve.

Les K’r’r’r ne vénèrent aucune Puissance et méprisent ouvertement les jeunes peuples des Sphères Connues s’appuyant sur leurs croyances en ces entités lointaines et manipulatrices. Ils respectent cependant les Hautes-sciences des Junans et consacrent beaucoup de temps à collecter des bribes de ce savoir. Bien qu’ils s’inspirent plus souvent des connaissances Sharood qu’ils retrouvent un peu partout au sein des ensembles de Sphères à travers lesquelles ils nomadisent, les K’r’r’r n’ont de respect que pour les peuples de l’Âge des Légendes.

 

Les tribus K’t-K’r’n’t’k de Simuoc représentent une force économique majeure au sein des communautés de la Sphère de Son-Koruu, leur contrôle sur une ressource essentielle fait que souvent, ils sont considérés comme les marchands de leur peuple, ce qui est faux. Les K’r’r’r n’ont pas de notion de commerce au sein de leur culture, et les K’t-K’r’n’t’k se contentent de troquer la kodrinite contre d’autres ressources qu’ils ne possèdent pas en quantités suffisantes. Les coutumes marchandes s’arrêtent là, mais même envers une tribu rivale, ou ne pouvant troquer équitablement en échange du précieux minerai, les traditions d’entraide K’r’r’r prévalent, et tous reçoivent ainsi une cargaison minimale, permettant à la tribu dans le besoin de survivre.

Les autres espèces peinent souvent à comprendre le puissant esprit collectif qui unit les K’r’r’r, le résumant à un esprit de ruche tournant autour d’une autorité suprême des K’r’n. Il est peut-être juste de considérer les pondeuses comme étant au cœur de la société K’r’r’r, mais chaque individu se plie sciemment à une stricte hiérarchie et aux traditions millénaires de son peuple. Pour les tribus K’t-K’r’n’t’k, cette obéissance aux coutumes ancestrales permet d’évoluer dans un environnement particulièrement hostile, fortifiant les individus dans une lutte permanente face à des éléments agressifs.

 

Sites notables : Les Amas de Simuoc n’abritent que peu de ruines des peuples qui vécurent sur le monde ayant jadis existé en cet endroit. L’influence de Korunoc se fait cependant ressentir à travers tous les territoires des K’r’r’r qui assistent à de singuliers phénomènes cosmiques, peu fréquents mais néanmoins marquant.

 

La Neuvième grande toile d’A’nra est un lieu marquant pour les tribus K’t-K’r’n’t’k qui découvrirent les vestiges d’une toile cristalline assez semblable à leurs propres structures portuaires. Nulle trace cependant de glyphes traditionnels marquant le territoire, ni d’aménagements notables à l’intérieur de ce qu’il subsiste des plus gros tronçons.

La Neuvième grande toile a cependant abritée une peuplade très proche des K’r’r’r, en un temps qui succéda de peu au cataclysme ayant pulvérisé la planète Simuoc. Quelques fresques primitives sont en effet gravées dans la matière cristalline pétrifiée, et un grand espace renferme une colossale statue d’une créature inconnue, nommée A’nra selon les rares inscriptions trouvées sur les lieux.

Bien plus vaste que les mouillages actuels des K’r’r’r, la Neuvième grande toile possédait une architecture assez primitive, mais troublant ceux des tribus qui vinrent se sédentariser, car leur rappelant un temps très éloigné durant lequel leurs ancêtres adoptaient cette technique de construction dans le Vide.

Du peuple d’A’nra ne subsiste aucune trace. Des fragments récemment retrouvés dans la même zone de la ceinture d’astéroïdes semblent indiquer que ces mystérieux arachnides évoluaient dans le Vide à bord de nefs cristallines, grâce à une forme de Timon solaire.

 

La Fissure du K’r’k est un phénomène cosmique prenant la forme d’une large brèche déchirant le Vide et dardant un rayonnement pourpre dans un large périmètre. La région est parfois une Sargasse, parfois une zone de magie entropique, elle affecte toujours les Psions qui se voient régulièrement attaqués par des parasites synaptiques.

Les K’r’r’r tentèrent d’explorer le passage mais les nefs envoyées disparurent toutes. Les maîtres de la Voie clairsentiente usèrent leurs forces sans plus apporter de réponses aux nombreuses questions au sujet de la Fissure du K’r’k.

Finalement, il advint qu’une petite flottille émergea un jour de ce passage. Les nefs étaient d’un modèle inconnu mais clairement façonné par des K’r’r’r. Ceux qui étaient à bord n’échangèrent que de brefs signaux lumineux avec les psijammers mobilisés pour venir à leur rencontre, avant que leurs bâtiments ne disparaissent soudainement dans un halo pourpre. Ils eurent cependant le temps de transmettre deux questions et une réponse; En quel Âge sommes-nous? La Grande K’r’n stellaire est-elle née? Et à la question d’un K’r’k vif d’esprit qui interrogea les mystérieux arrivants sur leur point d’entrée dans le système de Son-Koruu, la réponse n’en fut pas moins aussi nébuleuse que les questions: Nous venons de franchir le Grand disque des Anciens après un périple à travers K’r’l’n’t’n.

Pour les K’r’r’r, le légendaire empire de K’r’l’n’t’n aurait été le cœur d’une civilisation arachnide hautement avancée et rivalisant avec les Junans grâce à leur maîtrise de certains pouvoirs oubliés. Les K’r’r’r seraient les héritiers de ce peuple, dispersés à travers les Sphères après avoir commis une faute dont la nature varie selon les époques. Celui qui posa cette unique question fut désigné pour enquêter sur la nature de cette faille, en usant de tous les moyens requis pour ramener des informations utiles. Il arma une flotte de cent psijammers de fort tonnage, emportant des milliers de volontaires pour tenter d’approcher de la légendaire K’r’l’n’t’n. En employant de nombreuses connaissances oubliées, un rituel psionique fut élaboré, assurant une protection physique mais surtout temporelle des explorateurs.

Comme précédemment, les navires disparurent dans un halo pourpre. Mais près d’un siècle plus tard, de nombreux oracles de différentes tribus K’r’r’r reçurent la vision d’une Fissure du K’r’k bien plus large, formant un passage où les attendaient une entité semblable à une K’r’n, mais formée d’étoiles pourpres, illuminant de nombreux mondes peuplés de centaines d’espèces d’arachnides évolués. Depuis cette vision partagée, un puissant courant spirituel traverse les communautés K’r’r’r de Son-Koruu, et une profonde évolution est entamée à partir des termes de la Prophétie du K’r’l’n’t’n renaissant.

Publicités

Auteur : derynnaythas

Passionné par les univers imaginaires depuis toujours, je me suis tourné vers les jeux de rôles et l'écriture à douze ans, je n'ai jamais plus arrêté de jouer, de mener, d'écrire, dessiner et lire. Fasciné par l'acte créatif, qu'il soit artistique ou scientifique, j'essaie de m'ouvrir à autant de sources que possible, afin de créer mon propre univers fantastique, essentiellement autour du thème de Spelljammer.

4 réflexions sur « Les Amas de Simuoc, les mines de kodrinite »

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s