La Sphère Namasa

sun-green

La légendaire Sphère oubliée de Namasa fut redécouverte en 9703 cs par la Maîtresse-Guildienne Brenild Hols durant le grand pèlerinage de Ptah. Orbe à l’aveuglante teinte d’émeraude, difficile d’accès depuis le Phlogiston, Namasa abrite un système de deux mondes telluriques riches en métaux rares et en gemmes. Le soleil vert pâle est nommé Nabra par les autochtones, qui lui attribuent une nature divine ayant une influence certaine sur le règne végétal. Cet astre est d’ailleurs ceint d’une couronne d’astéroïdes massifs, tous recouverts par une épaisse végétation résistant au rayonnement pourtant intense du soleil proche. Le Collier du Nabra-Sanuu est peuplé par des espèces insectoïdes nombreuses, apparentées aux mystérieux S’unn Kreen de la Sphère Pourpre.

 Une autre ceinture d’astéroïdes occupe les Confins de la Sphère de Namasa. Les plus importants planétoïdes semblent avoir également abrité une dense végétation, désormais gelée par le froid intense de l’Espace sauvage. Il est probable que ces débris furent éloignés du soleil vert par un antique phénomène cosmique. Les lieux sont désormais autant de tanières pour des prédateurs du Vide et quelques Pirates de Gith, considérant cette région de Namasa comme leur territoire séculaire.

Le monde de Nadasa est le plus proche du soleil, il bénéficie ainsi d’une épaisse canopée pourpre recouvrant son hémisphère austral, tandis que le Nord est une vaste plaine volcanique où s’écoulent des fleuves de magma en fusion. De grandes métropoles en ruines se dressent sur les plateaux dominant les geysers de lave et un ciel empli de scories. Car si le Sud peut sembler bien plus clément à l’établissement de colonies, il apparaît que toutes les richesses minérales se trouvent concentrées dans l’enfer de feu et de cendre septentrional. Qui plus est, de sinistres ruines oubliées sont dissimulées dans les jungles et renferment de terribles monstres non-morts.

 Natasa, le monde le plus éloigné du soleil, fut de tout temps un comptoir minier exploité pour ses veines de métaux rares et ses gemmes. Les traces des Reigar y sont encore visibles, tout comme celles d’une douzaine de cultures anciennes, souvent oubliées par les peuples des Sphères Connues mais ayant encore une influence certaine sur les sociétés occupant toujours les lieux.

 L’activité cométaire au sein de la Sphère de Namasa fut toujours un grave problème pour les navigateurs du Vide qui peuvent rencontrer de véritables nuées de centaines de débris charriant avec eux une atmosphère viciée et imprégnée d’une multitude de spores agressives. Ceux qui parviennent à manœuvrer suffisamment vite pour éviter les comètes se voient affectés par les nuages de spores, porteurs de Vie à grande échelle, mais tuant à coup sûr n’importe quelle créature.

L’un des peuples anciens qui vécu et s’éteignit sur Natasa consacra beaucoup de temps à établir des calendriers cosmiques qui furent gravés dans l’émeraude éternelle, sous la forme de grandes roues ornementées, encore visibles au sein de ruines instables. Ces chartes permettent encore de prédire la trajectoire des comètes namasanes et depuis peu, plusieurs Quêteurs du Savoir se sont consacrés à la traduction et la mise à jour des Roues d’émeraude.

Publicités
Catégories : Les Anciens Domaines Reigar, Sphères de cristal | Étiquettes : , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “La Sphère Namasa

  1. soleil vert! soleil vert!

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :