Les Orbes impériaux

https://i2.wp.com/onlyhdwallpapers.com/wallpaper/outer_space_planets_fire_impact_art_desktop_1280x960_hd-wallpaper-1001211.jpg

Tandis que le Grand Soulèvement emporte dix millénaires de tyrannie des Sorciers dans la tourmente de l’Histoire des Sphères Connues, quelques vassaux restent liés à leurs maîtres disparus, et conservent jalousement des fragments de connaissances.

A la fin du dixième millénaire de règne des Clydön sur les Soixante Sphères, des explorateurs appartenant à des peuples jusqu’alors mineurs sont mandatés afin de trouver de nouveaux courants irisés menant vers de nouvelles conquêtes. Le temps que ces aventuriers ne reviennent, le Trône Sorcier n’est plus, et le chaos règne partout. Les anciens vassaux se voient brièvement devenir les maîtres des jeunes peuples, mais de grandes forces sont apparues, contre lesquelles il est ardu de tenir.

Le onzième millénaire est celui du Grand exode des Vestiges. Cinq peuples conservent vivace la culture Clydön, et parviennent à s’unir afin de migrer ensemble le long du Courant de Salekth-Unoor, nommé en l’honneur du dernier grand Empereur-Sorcier. L’exode se prolonge durant de longs mois, jusqu’à ce que finalement, les Vestiges Rhunat atteignent les cinq Sphères de cristal formant l’ensemble des Orbes impériaux.

Les Orbes impériaux sont des Sphères de cristal regroupées dans une région restreinte, immobiles dans des nuées éthériques dominées par les forces du Feu et de la Cendre. Kaneshaï-Ceereeth est un orbe rougeoyant marqué par de mystérieux glyphes géants, évoluant au sein même de la matière cristalline toujours chaude. Le système que cette Sphère contient regroupe plusieurs ceintures d’astéroïdes tournant autour d’un soleil rouge, le Cœur de Nyashaï. Les Razhonn ont établis leurs puissantes tribus guerrières au sein des plus gros planétoïdes du système, ce sont eux qui ont le mieux résisté à la venue des Goshènes, qui se cantonnent depuis longtemps aux Confins.

L’orbe de Dronesh-Qual’nareeth est une Sphère d’un brun sombre, veinée de fleuves d’or et d’argent s’écoulant depuis des crânes cristallins semblant avoir poussé sur la face externe. L’origine de ces monuments reste inconnue, mais les Proonal qui règnent dans l’ombre des Goshènes exploitent les eaux d’or et d’argent, à la base d’une forme élaborée de magie profane. Le système est constitué de trois mondes désertiques, formant l’Empire du Pharaon Dionothep XXIIIune culture décadente dans laquelle les Thésauriseurs sont les éminences grises des puissants.

Tyaleerth-Knalaath est une Sphère de cristal noire, cernée de nuées élémentaires chargées de Foudre et d’éclairs de Vide. Un vaste océan liquide recouvre la face interne de l’orbe, servant de berceau à une multitude de créatures animales et végétales. Deux planètes liquides forment le système tournant autour d’un soleil vert. De nombreuses lunes telluriques forment autant de colonies pour les terribles Saadrah, maîtres de rituels profanes en mesure de tenir tête aux plus puissants Goshènes, qui pour leur part maintiennent des communautés sur les flots apaisés de l’Océan extérieur.

Avaardh-Suneel est un orbe cristallin perpétuellement noyé dans des flammes rendant toute approche depuis le Phlogiston impossible. Un Anneau de translation a été assemblé au sein même des courants éthériques par les Ka’tirii, qui contrôlent ainsi l’accès à leur système où les Goshènes n’ont jamais tenté d’incursion. Un triple soleil orangé diffuse une chaleur intense au sein du Vide, et les cinq planètes orbitant autour de lui sont des rocs calcinés. Les Ka’tirii regroupent leurs communautés dans les Confins de leur Sphère, à travers une vaste ceinture d’astéroïdes riches en métaux rares.

L’orbe pourpre de Diomaal-Sevreem est une Sphère de cristal dont la matière semble avoir été altérée par des énergies cosmiques qui ont liées cet orbe au Plan de l’énergie négative. Les êtres vivants approchant de Diomaal-Sevreem meurent tout simplement, leur essence absorbée par la matière. Le système se résume à un soleil gris entouré d’une dizaine de planétoïdes arides. Les Diomaal ont adoptés une culture nomade, se déplaçant dans les Confins à bord de flottilles marchandes faisant du négoce avec les Goshènes, peu nombreux et sillonnant également le Vide, là où l’influence néfaste du soleil gris se fait le moins ressentir.

Publicités
Catégories : Les Orbes impériaux, Sphères de cristal | Étiquettes : , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Les Orbes impériaux

  1. un beau paquet d’evil à basher!

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :