La Sphère de Nyesh-taan-Sarnii

Isolée au sein du Phlogiston, cette Sphère semblant constituée de l’or le plus pur renferme de nombreux mystères, des mondes désormais silencieux, et bon nombre de questions pour les sages des Sphères Connues.

Nyesh-taan-Sarnii est également connue sous le nom peu flatteur de Mausolée. En effet, pratiquement toutes les grandes métropoles planétaires sont en ruines, et semblent avoir été transformées en vastes nécropoles par les dernières générations d’êtres vivants.

Il n’existe aucun portail permanent menant à l’espace de Mausolée, dont les Confins sont encombrés d’une impressionnante ceinture d’astéroïdes, très probablement le fruit de l’explosion d’une planète tellurique géante.

Le Vide entre la paroi interne de la Sphère et les abords du système en lui-même est une immense Sargasse, où seuls quelques détroits instables permettent une navigation grâce au spelljamming. Ce lieu hostile à toute magie est cependant le territoire d’étranges poulpes géants adaptés aux terribles conditions de l’espace. Ces créatures, les Naut’laan, ont données leur nom à la région comprise entre la ceinture d’astéroïdes des Confins et la planète la plus externe du système ; C’est la Mer de Nautilaan. Bien des légendes mentionnent cet océan invisible, dévoreur de magie et de vie. La plus singulière reste cependant celle du Dieu sur le récif, qui voudrait qu’une Puissance, dont le vrai nom fut oublié mais qui est désormais désigné sous celui de Nautilaan, se trouva perdue au cœur de la Sargasse, incapable d’échapper au terrible pouvoir de cette région, coupé de ses fidèles. Il est dit que certains peuvent approcher ce dieu perdu au cœur de la Mer de Nautilaan, et peuvent réclamer une faveur, en échange d’un service.

Bon nombre d’aventuriers ont risqué leur vie pour rencontrer cette divinité égarée, mais nul récit n’a encore mentionné d’éventuels bienfaits retirés d’une telle quête. Plus fréquemment, des navigateurs épouvantés reviennent témoigner d’affrontement avec des Naut’laan morts-vivants et gigantesques, se rassemblant clairement dans certaines zones de la Sargasse.

 

Le système planétaire est composé de trois planètes tournant autour d’un soleil noir. Les deux mondes extérieurs ont été heurtés par d’énormes astéroïdes constitués de ténèbres solaires, seule la plus petite planète, la plus proche du soleil nommé Nekorun, semble avoir été épargnée par les cataclysmes affectant régulièrement le système.

 

Le monde de Pyonyesh est donc le seul à ne pas avoir été frappé par les étranges projections solaires constituées de ténèbres brûlantes. Petite planète rocailleuse, où la Vie semble avoir disparue il y a bien longtemps, Pyonyesh abritait jadis une brillante et cruelle civilisation, clairement inspirée par les Reigar au vue de l’architecture. C’est au cœur du monde, non loin du noyau de feu noir, que règne encore un bouillonnement d’activités contre-nature ; C’est là que les Yeshal’knii, héritiers d’ancêtres redoutables, rassemblent leurs forces afin de se lancer à la conquête des Plans de la Roue.

 

Taan’uahr est le monde médian du système de Mausolée. La moitié de son hémisphère Sud a été emporté dans une formidable explosion qui a balayée toute trace de vie à la surface, ne laissant que des ruines partiellement vitrifiées par les sombres énergies solaires. Une civilisation fortement influencée par les Clydön régnait là depuis des millénaires, celle des Taanua’knii, les terribles Minotaures aux cornes d’obsidienne. Leurs grandes cités dévastées sont depuis longtemps de silencieuses nécropoles, où des non-morts errent sans but, sous le regard d’une poignée de créatures ayant su préserver un fragment de leur essence en la fusionnant avec des cristaux solaires. Anciens prêtres de divinités sauvages, ils sont les Runataan, les adorateurs du soleil noir.

 

Sarunii, à l’extérieur du système, a également été affecté par une pluie d’astéroïdes en provenance du soleil. Seule la région du pôle septentrional a été épargnée par le pilonnage intensif qui se prolongea durant plus d’un siècle. Très peu de ruines ont été épargnées par cette dévastation, et seuls quelques accès vers le monde souterrain permettent de découvrir la splendeur d’antan des grands bâtisseurs qu’étaient les Saru’knii.

La planète est déchirée par de larges et profondes crevasses, certaines révélant le magma noirâtre du cœur. Des séismes agitent régulièrement la surface, et l’atmosphère elle-même est depuis longtemps saturée de gaz empoisonnés. L’attrait des aventuriers pour cet enfer ravagé se trouve dans son sous-sol, là où les anciens Saru’knii érigèrent la nécropole de Shardhunn, s’étendant sur des dizaines de milliers de lieues et renfermant les trésors de centaine de milliers d’individus. Mais les énergies noires ont fait leur œuvre, et la nécropole planétaire abrite désormais les plus épouvantables formes de morts-vivants connus.

 

Histoire de Mausolée: Il y a bien longtemps, une petite communauté Reigar découvrit la Sphère connue plus tard sous le nom de Mausolée, et que leur chef baptisa alors Nythanam. Le soleil diffusait alors un halo d’un brun maladif et se révéla nettement insuffisant pour susciter des champs magiques intéressants pour les Reigar. Déjà détenteurs d’un important savoir, ils préparèrent un complexe rituel à l’échelle cosmique, qui acheva de consumer leurs ressources magiques et ne put être complété. Les plus puissants tentèrent malgré tout d’altérer le soleil et perdirent tout contrôle sur les formidables forces élémentaires en présence. Le soleil prit une teinte écarlate, et une onde de pure énergie balaya la surface des trois premiers mondes, brisant le quatrième, plus éloigné, dont les débris furent éparpillés dans les Confins.

Les Reigar n’étaient plus qu’une poignée, atrocement mutilés, privés de la plus grande part de leur magie. Ils basculèrent dans la démence, errant à la surface dévastée des mondes, incapables de quitter ces derniers.

Des siècles passèrent. Les Reigar basculèrent dans une forme unique de léthargie, contrecoup de leur lien forcé avec le soleil écarlate. Leurs corps décomposés engendrèrent des formes de vie nouvelles, et avec le temps, les trois mondes rescapés du cataclysme finirent par abriter des multitudes d’êtres, partiellement imprégnés par l’essence Reigar.

 

Lorsque vinrent les Clydön, l’esprit des Reigar disparu avait inspiré les peuples nés de leur chair, et les conquérants redoutèrent un temps que les puissants anciens ne veillent sur ces mondes. Ce furent les Taanua’knii qui furent contactés les premiers. Déjà de grands architectes, et de redoutables guerriers, les minotaures aux cornes d’obsidienne tolérèrent l’occupation Clydön, sans toutefois jamais céder sur le degré de taxation ou l’asservissement de leur propre caste d’esclaves, les Nuahaan, de pathétiques gobelinoïdes parqués dans les sous-sols des grandes métropoles Taanua’knii.

Les minotaures ne furent jamais intéressés par les voyages dans le Vide, ils négligèrent également les arts magiques enseignés par leur nouvel allié, pour se consacrer à leur développement spirituel et guerrier. A travers les récits des Clydön trouvés sur place par d’intrépides aventuriers, il apparaît clairement que la proximité de ces êtres massifs, imprégnés par l’essence vitale des Reigar, dérangeait fortement les plus puissants Sorciers.

Mais la gloire de l’Empire des Soixante Sphères laissa malgré tout son empreinte sur la culture Taanua’knii, principalement dans son architecture mais également dans sa perception des peuples plus faibles. Ainsi, peu après le grand soulèvement contre l’envahisseur, les minotaures reprirent à leur compte toutes les possessions Clydön au sein de cette Sphère de cristal, en asservissant les navigateurs Yeshal’knii, seuls des peuples de Nyesh-taan-Sarnii à avoir suivi leurs maîtres dans le Vide.

Sur leur monde de Pyonyesh, les sauriens subissent fortement l’influence de leurs géniteurs involontaires Reigar. Combinant un goût pour les arts à une cruauté exacerbée par un environnement rigoureux, les Yeshal’knii conservent longtemps un mode de vie tribal, jusqu’à l’arrivée des Clydön, qui profitent de la proximité du soleil écarlate pour mener des expériences à grande échelle. Sous l’influence impériale, beaucoup de Yeshal’knii voyagent à travers les Anneaux de Translations et se découvrent une affinité avec le Vide. Leur goût pour le sang les place au cœur de nombreuses grandes batailles au sein des Soixante Sphères, tout particulièrement contre les ancêtres des Syndarh, qui conserveront par la suite une haine viscérale envers eux.

Durant le déclin de l’Empire, les Yeshal’knii ont secrètement intrigués afin d’occuper les postes clés au sein de la Flotte de guerre du Nathoon-Sanuurath, mobilisée en orbite de Pyonyesh. Mais si les sauriens sont de bons matelots, ils ne peuvent prendre par la force tous les bâtiments d’une flotte Clydön. Ils font donc appel aux puissants Taanua’knii, qui le moment venu, les trahissent pour prendre le pouvoir. Malgré tout, les Yeshal’knii ont su se rendre indispensables et restent maîtres du Vide durant toute la nouvelle ère.

 

Les Clydön n’ont que faire de trois mondes mineurs et sans valeur stratégique, ils abandonnent donc cet espace à leurs vassaux, qui s’entredéchirent longuement pour le contrôle des ressources. Le règne sanglant des minotaures aux cornes d’obsidienne perdurent un siècle, puis celui des sauriens de Pyonyesh lui succède pour moitié moins de temps. Les conflits sont incessants, limitant le développement des métropoles et de connaissances qui auraient pu favoriser l’expansion par des moyens plus pacifiques.

Finalement, lorsque les Saru’knii, maîtres des entrailles minérales, déchaînent leur puissance par le biais d’un réseau de vortex telluriques, les autres peuples doivent s’incliner après de brèves batailles au cœur même de leurs cités. Une ère de paix interplanétaire débute alors, le réseau de vortex élémentaires devient la colonne vertébrale d’une société basée sur l’échange de savoirs et la recherche des origines de la Vie au sein de la Sphère de Nyesh-taan-Sarnii.

Des mages des trois peuples dominants unissent leurs efforts et observent longuement les effets de leur soleil écarlate. En se basant sur les connaissances retrouvées des Sorciers Clydön, ils retrouvent des fragments de la mémoire ancestrale Reigar et comprennent comment altérer durablement le rayonnement solaire afin de revitaliser leurs mondes faibles en ressources et peinant à soutenir la Vie.

Les seigneurs des différents peuples s’accordent pour fournir à leurs mages toutes les ressources dont ils ont besoin afin de transformer le soleil en un orbe de feu doré. Il faut plus d’un siècle à l’ensemble des mages des trois mondes pour compléter le rituel initié par leurs ancêtres communs. Dans le même temps, plusieurs mouvements religieux apparaissent, principalement au sein de la culture Taanua’knii. Ils sont nés de la philosophie guerrière antique et cherchent à transformer la civilisation des minotaures en une brutale théocratie barbare.

 

Enfin, le grand Rituel de Transolarisation est entamé. Jusqu’au dernier instant, nul ne voit les failles dans le patient tissage des sortilèges entremêlés. Certains accuseront plus tard des fanatiques religieux d’avoir sciemment altérés le rituel. Le résultat est que d’un carmin aveuglant, le soleil devient un sombre puits de néant projetant une onde de pure énergie négative à travers tout le système. Des centaines de milliers périssent dans d’épouvantables souffrances, les survivants voient leurs âmes horriblement corrompues par les énergies maléfiques émanant de leur nouvel astre, qui est rebaptisé Nekorun.

La majorité des mages ayant officié durant le Rituel de Transolarisation ont été consumé les premiers par le déchaînement des forces élémentaires, ceux qui ont survécut sont désormais de redoutables seigneurs non-morts imprégnés par l’énergie du soleil noir. Ils prennent le nom de Dwanaarg et portent leur attention au-delà de leur Sphère de cristal. Ils s’opposent rapidement à d’autres entités, les Runataan, qui se sont rassemblées autour d’un culte naissant, vénérant le soleil noir.

Pour ces deux groupes, les vivants deviennent des pions de choix, car de nombreuses reliques anciennes sont inaccessibles aux non-morts. Les nouvelles énergies solaires affectent également les vortex telluriques des anciens Saru’knii, qui se ferment les uns après les autres. Les Dwanaarg utilisent les anciens spelljammers tandis que les prêtres de la nécrose favorisent les déplacements par la Bordure Ethérée, elle aussi affectée par le rayonnement du soleil noir, et engendrant de nouvelles créatures.

 

La guerre fait rage, débordant à travers les Plans de la Roue, en de rares occasions au sein d’autres Sphères. Les Dwanaarg acquièrent rapidement de nouvelles connaissances et pactisent même avec les N’uru’N, beaucoup finissent par délaisser leur Sphère natale, tandis que les Runataan doivent rester proches de Nekorun afin de profiter de ses bienfaits. Les mages finissent par s’exiler ou plongent dans une transe semblable à celle des Reigar, en leur temps.

Et enfin, le silence tombe sur les immensités ravagées par les énergies du soleil noir. Les vivants disparaissent définitivement et seuls restent des hordes errantes de non-morts. Les aventuriers qui découvrent par la suite le système de Nyesh-taan-Sarnii le rebaptisent Mausolée, et encouragent ceux qu’ils croisent par la suite à ne jamais se rendre en ces lieux maudits.

Publicités

Auteur : derynnaythas

Passionné par les univers imaginaires depuis toujours, je me suis tourné vers les jeux de rôles et l'écriture à douze ans, je n'ai jamais plus arrêté de jouer, de mener, d'écrire, dessiner et lire. Fasciné par l'acte créatif, qu'il soit artistique ou scientifique, j'essaie de m'ouvrir à autant de sources que possible, afin de créer mon propre univers fantastique, essentiellement autour du thème de Spelljammer.

Quelques traces de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s